Afrin : Erdogan massacre les Kurdes, silence mondial

La guerre d’Erdogan contre les Kurdes, qu’il massacre dans son pays dans le silence mondial, semble se terminer avec la chute de l’enclave d’Afrin aux mains d’Erdogan. Cette chute empêche la jonction entre le Kurdistan turc et le Kurdistan syrien et permet à Erdogan d’isoler les Kurdes turcs et de les empêcher de fuir en Syrie, ou d’en recevoir de l’assistance.

Les médias parlent pudiquement des “alliés syriens d’Erdogan” pour minimiser l’impact de cette perte, par l’Etat syrien, d’une partie de son territoire. Comme nous sommes beaucoup moins diplomates qu’eux, nous allons nommer ces alliés: les plus forts d’entre eux ne sont pas du tout les milices financées par Erdogan, mais bien al-Qaïda, et dérivés, Daech et surtout, en l’occurrence, Nosra.

Les islamistes n’aiment aucun régime sunnite, et surtout pas celui d’Erdogan, qui se réclame officiellement d’Atatürk, tout en détruisant son héritage en ramenant celui du sultan ottoman. Mais face à une même victime, les bêtes de proie s’allient. Après, elles se disputeront. Nous devons donc nous attendre à ce qu’al-Qaïda provoque une seconde bataille pour arracher Afrin à Erdogan. Le choix, en somme, entre la peste et le choléra.

 

Lina Murr Nehmé, 18 mars 2018

Georges Bensoussan attaqué injustement par Mohamed Sifaoui

Mohamed Sifaoui a traîné en justice l’historien Georges Bensoussan, parce qu’il ne lui permet pas, en tant que juif, de dire une chose que lui, musulman, écrit sous une autre forme.

Georges Bensoussan a dit en effet que les enfants maghrébins tétaient l’antisémitisme avec le lait de leur mère. On peut trouver la formule excessive, mais on ne peut pas dire qu’elle est mensongère. Rachid, chrétien né musulman maghrébin comme Sifaoui, dit la même chose, sous une forme particulièrement dure, comme le montre le passage ci-dessous, extrait de son livre Daech et l’Islam (Ministries Network, 2017).

Et si l’on veut savoir les raisons pour lesquelles la situation des minorités chrétiennes et juives est si terrible dans les quartiers en France, je recommande la lecture de mon livre L’islamisme et les Femmes : Meurtre de Sarah Halimi, Princesses Saoudiennes séquestrées, et autres scandales passés sous silence (Salvator, 2017).

 

Lina Murr Nehmé, 17 mars 2018

L’armée turque encercle Afrin (13 mars 2018)

L’armée turque annonce qu’elle a totalement encerclé Afrin, c’est-à-dire qu’elle a opéré la jonction avec le Hayat Tahrir Cham (al-Qaïda) pour couper cette localité syrienne du nord d’Alep, de son gouvernement.

Afrin est une petite ville de moins de 40 000 habitants, mais le district d’Afrin, qui est concerné, en compte 172 095. Il est surtout peuplé de Kurdes (alliés, comme toutes les minorités en Syrie, avec l’actuel gouvernement syrien). J’ai été frappée de voir que dans la littérature de Daech (al-Qaïda), les PKK, Peshmergas et autres, sont autant salis que le gouvernement syrien, et les statistiques où Daesh se vante de ses massacres, citent le PKK, les Peshmergas et Assad ensemble. Ce n’est pas du tout cela qu’on voit en Occident, où les PKK et Peshmergas sont montrés comme les “bons”, et Assad, comme le “mauvais”. Ils se battent pourtant côte à côte et pour la même cause. Mais il est vrai que les Kurdes, n’étant pas au pouvoir, ne sont pas responsable du fait qu’en matière de pétrole, Assad n’a pas accepté de privilégier l’Arabie Saoudite à l’Iran. L’alliance des minorités. Ainsi, la tragédie des Kurdes est bel et bien racontée, mais non des autres Syriens, alors qu’elle est strictement identique.
Or pour les sociétés pétrolières d’Occident, qui influent sur les gouvernements et sur les médias d’Occident, c’est essentiel, car la différence de prix que peut représenter le transport, peut se chiffrer par millions de dollars. Or la guerre contre Assad a pour but d’obtenir pour le gaz du Golfe, par la force, le passage à travers la Syrie qui lui a été refusé par la diplomatie. Le chaos en Syrie, ne l’oublions pas, est financé surtout par ces pays dont le pétrole et le gaz est concerné.

 

Lina Murr Nehmé, 13 mars 2018

Yassine Bellatar rachète des parts du bar de Sevran

On apprend que l’humoriste Yassine Bellatar a acheté plus du tiers des parts dans le bar de Sevran dont un reportage de France 2 avait dit qu’il interdisait l’entrée aux femmes. Pour jeter de la poudre aux yeux, Yassine Belattar l’inaugure le 8 mars, à l’occasion de la journée de la femme. Mon expérience et l’expérience des Sevranais prouvent pourtant le contraire. Probablement dans le futur ce café deviendra mixte à cause de toute la publicité qu’il a eue. Il n’empêche que ses clients chassaient les femmes ou les poursuivaient pour les bloquer sur la route afin de leur voler les photos qui prouvaient que ce café n’avait que des hommes pour clients.

Les journaux prétendent que ce bar n’était pas interdit aux femmes. J’y suis allée et j’ai vu le contraire et j’ai pris des photos pour le prouver. Mais des hommes nous ont poursuivis et séquestrés sur la route, nous menaçant de nous garder à Sevran si nous ne leur livrions pas les photos. Ils ne nous ont laissé sortir qu’après avoir détruit toutes les photos, sauf celle ci-dessous. Quand je suis allée porter plainte au commissariat de police et que j’ai raconté l’histoire que je partage ci-dessous, la policière a refusé, disant que dans ce bar il n’y avait que des hommes et que je devais demander la permission de la préfecture pour aller à Sevran (Chic! nous sommes en France). Et un policier m’a dit que j’avais dû tomber sur une affaire de dealers qui, bien entendu, n’avaient pas envie de voir leurs visages publiés.

Et avec ça on continue à dire que le bar de Sevran est un bar mixte!!!! Cela permet à Yassine Bellatar de racheter 36% des parts du bar-PMU en prétendant qu’il veut “rétablir l’honneur d’un homme, d’un établissement, d’un quartier !” Comme si les femmes sevranaises qu’on chassait de ce bar ne faisaient pas partie du quartier!

Quant à mon post publié à l’époque (5 août 2017), le voici:

Jeudi en fin de journée, nous sommes allés, mon mari et moi, au Jockey Club de Sevran. C’est de ce bar que des Françaises d’origine maghrébine ont été chassées en décembre 2016, alors que la scène était filmée en caméra cachée pour France 2. Clémentine Autain, candidate aux législatives, avait prétendu que ce reportage revenait à stigmatiser la banlieue, et que les femmes n’étaient pas interdites dans ce café. Puis le Bondy Blog, voulant se refaire une virginité après la découverte des tweets racistes d’un de ses membres, Mehdi Meklat, avait prétendu faire une contre-enquête. Le patron, averti de la date, avait organisé un buffet et avait rempli son café de femmes. Il y a eu des témoignages de femmes dont certaines disaient qu’elles fréquentaient le café.
Comme je parle de cette affaire dans mon prochain livre — «L’Islamisme et les Femmes » — à paraître fin octobre, je voulais vérifier si les femmes étaient oui ou non tolérées dans ce café. Je pensais qu’étant accompagnée, je pourrais y prendre une consommation et voir ce qu’il en était.
Je demandai donc à mon mari d’aller là-bas, et nous entrâmes à Sevran.
Mais dès qu’il vit l’endroit, mon mari me dit : « Il n’y a que des hommes. On s’en va. »
Et il continua sa route.
C’est vrai que le spectacle d’un si grand nombre d’hommes assis et regardant la rue était impressionnant, alors que tout le pays croyait ce café mixte. Il fallait que j’en publie une photo. Car qui me croirait quand je dirais ce que j’avais vu?
Je demandai à mon mari de revenir pour que je puisse prendre cette photo, il refusa, disant : « Il n’y a que des hommes, qu’est-ce que tu veux photographier ? »
Comme j’insistais, il me dit qu’une femme pouvait avoir des ennuis avec ce genre de clientèle. Je lui racontai l’histoire du reportage de France 2 et de la soi-disant enquête du Bondy Blog. Il continua à refuser, cependant que nous sortions de Sevran. Alors je dis que si je ne prenais pas une photo en étant avec lui, je reviendrais seule par le métro et je la prendrais sans lui, et c’est alors que j’aurais des ennuis.
Aussitôt il fit demi-tour et nous revînmes à Sevran. Nous passâmes devant le café. Par la fenêtre ouverte de la voiture en marche, je pris quelques mauvaises photos dont la plupart furent floues.
À la sortie de la ville, nous nous arrêtâmes à un feu rouge. Alors, comme dans les films, une voiture nous doubla et vint nous boucher la route en diagonale, et une autre voiture s’arrêta à notre gauche. Il y avait beaucoup d’automobiles derrière nous, et la circulation fut bloquée.
Et comme dans les films, deux hommes sortirent des voitures et vinrent se planter devant mon mari d’un air menaçant. C’étaient Laurel et Hardy, un grand Noir musclé qui dominait un Blanc gringalet d’origine maghrébine, mais ils n’étaient ni sympathiques ni rigolos.
Mon mari ouvrit la fenêtre et leur demanda ce qu’ils voulaient. Ils dirent qu’ils voulaient « la vidéo ».
Je dis qu’il n’y avait pas de vidéo mais des photos, et qu’en tout cas cela ne les regardait pas. L’un d’eux se mit à crier : « Nous sommes chez nous ici. » Je dis : « Nous sommes en France. » Il répondit : « Nous sommes à Sevran. »
Ils nous menacèrent : « Vous ne partirez pas d’ici. »
Comme ils semblaient prêts à sortir un couteau, mon mari me demanda mon portable et leur montra les photos. La loi m’autorise à les prendre, car un café est un lieu public. Et j’avais le droit de les publier en floutant les visages. Elles étaient de toute façon floues, sauf une. Mais ils nous obligèrent à les effacer toutes, floues ou pas. Ils nous laissèrent tout de même celle-ci, qui prouve mon passage devant ce café à une heure de grande affluence, puisqu’il y avait un client assis si loin de l’entrée du café.
En apprenant l’histoire, un policier se mit à rire et me dit : « Vous avec eu de la malchance. Il devait y avoir une affaire de trafic de drogue qui se concluait, et vous êtes tombée en plein dedans. Vous vouliez photographier des hommes, vous avez photographié des dealers. Evidemment, ils ne voulaient pas qu’il y ait des preuves. »
Telle fut également la réflexion faite par plusieurs Sevranais.

Clémentine Autain a garanti que ce bar acceptait toutes les femmes sans exception, et elle y a gagné un siège électoral, car on a voté pour elle dans des régions où ce sont les consignes électorales des islamistes qui décident du résultat d’une élection.
Clémentine a ainsi couvert un bar où un homme n’ose pas introduire sa femme parce que, justement, il n’y a que des hommes et qu’elle pourrait devenir leur victime. Elle a fait cela aux dépens des femmes musulmanes, et au profit de leurs oppresseurs.
Il est loin, le temps où c’est cette même Clémentine qui se faisait agresser et violer.
Elle est devenue une célébrité, personne n’osera toucher à elle.
Personne ne braquera son auto pour lui voler des photos prises pour son travail, comme ils ont fait avec moi.
La pègre, en effet, défend ceux qui la défendent. Cosa nostra.

Lina Murr Nehmé, le 6 mars 2018

 

Des prières de rue en Algérie ?

Concernant les prières de rues qui bloquent la circulation en France de façon illégale puisque les rues sont un bien public qui n’est pas réservé à une communauté donnée.

En Algérie, “Le ministre des Affaires religieuses et des Wakfs vient de relancer l’interdiction de pratiquer la prière, celle du vendredi notamment, en des endroits publics, situés, pour être plus précis, à proximité des mosquées.

Il arrive, en effet, que pendant la prière hebdomadaire du vendredi, plusieurs dizaines de fidèles s’agglutinent à l’extérieur des mosquées pour accomplir leur devoir religieux à même les trottoirs jouxtant les maisons de Dieu.

Ce genre de constat est visible notamment dans les mégapoles du pays, à l’instar d’Alger où les mosquées ne désemplissent pas chaque vendredi. Seulement, ce n’est pas là une raison, insiste le ministre des Affaires religieuses, pour tolérer les rassemblements des fidèles au niveau des endroits environnants aux lieux de culte.

Il a indiqué : « Seul l’intérieur des mosquées est fait pour les prières et si celui-ci est rempli de pratiquants, les autres fidèles n’ont qu’à prier chez eux et non pas dehors ». Faut-il juste rappeler que le fait de prier en des lieux publics a toujours été une pratique interdite par la loi en vigueur.”

Source : Le Temps d’Algérie, 19 juillet 2010

Lina Murr Nehmé, le 7 mars 2018

Ne confondons pas les Arabes avec leurs victimes

Email Twitter Facebook Pinterest Google+ Linkedin

« Pourquoi le Français est français, l’Allemand est allemand, et l’Algérien est arabe ? Cela me dérange », a dit l’écrivain algérien Kamel Daoud (El-Watan, 20/02/2017).

 

L’identité arabe est celle de la Péninsule Arabique, ce n’est pas celle du Levant, dont les habitants ne comprenaient pas l’arabe quand les Arabes l’ont envahi.

 

Le vocabulaire libanais comprend beaucoup de mots qui viennent d’un grand nombre de langues, le tiers étant araméen. Et la grammaire de notre langue n’est pas arabe, mais araméenne.

 

Les Arabes sont une civilisation millénaire ; les Berbères, les Phéniciens, les Egyptiens et les Mésopotamiens ont des civilisations multimillénaires. Qui a pris aux autres ?

Nous avons aussi reçu des Perses, des Grecs, des Romains, des Arméniens, des Américains, des Russes : voyez notre architecture, notre peinture, notre musique.

Qu’y a-t-il d’« arabe » dans tout cela ?

 

La musique est interdite par l’islam. C’est pourquoi Tariq Ramadan interdit la musique, sauf la musique religieuse islamique. Par contre, la musique phénicienne, qui utilisait les mêmes instruments, était célèbre à Rome dans l’Antiquité.

 

Les Arabes qui sont venus au Liban et en Syrie, en Egypte et en Perse, en Irak et en Algérie, ne jouaient pas de musique, puisque c’est interdit dans le Hadith. Ils ont repris les musiques locales.

 

Tous les peuples des pays appelés abusivement “arabes” sont des peuples victimes des Arabes. Sauf les Saoudiens. Mais eux aussi sont victimes du génocide-nettoyage ethnique subi par leurs ancêtres.

 

Aussi, ne confondons pas les Arabes avec leurs victimes : on n’appelle pas les Français “Romains” parce qu’ils ont été envahis par Rome. Les Français sont-ils allemands parce qu’ils ont été occupés par les Allemands ? Sont-ils romains parce qu’ils ont été occupés par les Romains ? De même, ne nous appelez pas “Arabes” parce que nous avons été pillés, massacrés, violés par les Arabes.

Lina Murr Nehmé, février 2018

Email Twitter Facebook Pinterest Google+ Linkedin

 

 

 

Mennel Ibtissem, Lallab et le “féminisme islamique”

 

Depuis quelques années, les islamistes ont compris qu’ils obtiendraient davantage de résultats avec de jolies femmes télégéniques plutôt qu’avec des barbus peu appétissants ou des Malika Dif, reléguées à l’arrière-plan pour chaperonner les converties fragiles psychologiquement.

“Lallab” est une association qui représente l’islamisme “new look”, notamment par le biais de profils comme celui d’Attika Trabelsi, une femme jeune, éduquée, moderne, prête pour le combat féministe “dans la voie d’Allah”.

Dans les années 1980, l’expression “féminisme islamique” a été décriée par les oulémas, qui refusaient que l’on accole l’adjectif “islamique” à un concept occidental.

Mais aujourd’hui, Lallab impose cette expression avec un triple objectif :

1. Dire aux non-musulmans que : Oui, l’islam est compatible avec la modernité occidentale et même en avance sur l’Occident. Ils en veulent pour preuve les arguments avancés par une islamiste marocaine instruite, Asma Lamrabet, dont les thèses sur le statut mirobolant de la femme en islam ont inspiré à Nicolas Sarkozy sa fameuse question sur le genre de coups qu’il fallait infliger aux femmes. Asma Lamrabet, en effet, défend cela, à condition que les coups ne soient pas trop méchants.

2. Convaincre les musulmanes que l’Occident n’a rien inventé pour elles : vous voulez agir pour les droits des femmes ? Nous avons justement un produit tout prêt : le “Féminisme islamique” !

3. Dans ce cas, l’islam authentique n’a fait que libérer la femme, et l’Occident les opprime en les privant de leur “dignité” et de leur “pudeur”. Alors la seule libération valable serait, toujours d’après les théoricien(nes) de Lallab, dans le respect des règles de l’islam. Le voile respectant les règles de l’islam, le voile serait une libération de la femme, ajoutent ces dames.

Cette position paraît d’emblée hypocrite et met en perspective la manière dont l’islamisme se joue de l’Occident. Lorsque Nadia Hamour, femme politique musulmane, a soulevé un tollé quand elle a appelé à utiliser le bonnet phrygien pour voile, cette fourberie est apparue au grand jour. Pourquoi ce tollé ? Il y a bien des musulmanes qui se voilent avec un turban. Allez voir les musulmanes libanaises à Paris. Voyez aussi l’humouriste maghrébine Samia Orosemane. Ou encore, cheikha Moza, la femme du précédent émir du Qatar. Elles sont élégantes en turban.
Le problème, je vais le dire. C’est que, contrairement à ce qui se passe dans les pays d’Orient, le voile est prêché, utilisé ou imposé en France ou en Occident pour imposer la défiance à l’égard du non-Musulman, et plus encore, de la non-Musulmane, à un public auquel on répète inlassablement que son seul pays est la oumma islamique mondiale. Le bonnet phrygien peut couvrir les cheveux d’une musulmane pieuse, il ne serait alors pas un signe de démarcation, puisque c’est la coiffure de Marianne.

Dans ce schéma de pensée, on conspue les musulmanes qui refusent de se joindre au concert. D’où les attaques que subissent parfois ces musulmanes.

C’est cette supercherie que dénonce Céline Pina, car ce n’est pas une libération qu’elle a constaté sur le terrain chez les femmes voilées. Comme en témoigne l’histoire d’une femme qu’elle avait interpellée et qui lui avait avoué qu’elle se voilait malgré elle, pour se protéger, et surtout, pour protéger ses enfants.

Céline Pina a quitté une position prometteuse, une carrière au sein d’un Parti politique, par respect pour ses principes. C’est parce qu’elle avait touché de près l’oppression des femmes — et pas seulement des femmes — dans les banlieues. C’est un courage dont elle sort grandie.

C’est cela qu’il faut répondre à ceux qui l’attaquent: cette histoire d’une femme voilée qui fait si mal à entendre, et qu’elle m’a racontée dans l’interview qu’elle a consenti à me donner pour mon livre, “L’Islamisme et les Femmes”.

Lina Murr Nehmé

 

Mevlut Cavusoglu: “Nous ne sommes pas la France…”

Le ministre turc des Affaires Etrangères Mevlut Cavusoglu a dit : “Nous ne sommes pas la France, qui occupa l’Afrique.”
Il dit vrai. La Turquie a occupé le Moyen-Orient, Constantinople, l’Europe de l’Est, une grande partie de l’Asie et de l’Afrique, et a tué des millions de chrétiens et de non-chrétiens en Asie, en Europe, en Afrique.

وزير الخارجية التركية قال: “نحن لسنا فرنسا التي احتلي افريقيا”. هذا صحيح، فقد احتلت تركيا اكثر من ذلك بكثير. احتلت الشرق الأوسط، والقسطنطينية، وأوروبا الشرقية، وقسما كبيرا من آسيا، وقتلت الملايين من المسيحيين وغير المسيحيين في آسيا، وأوروبا، وأفريقيا.

The Turkish Foreign Minister Mevlut Cavusoglu said: “We are not France, which occupied Africa.”
He is right. Turkey occupied the Middle East, Constantinople, Eastern Europe, a large part of Asia and Africa, and killed millions of Christians and non-Christians.

Esclavagisme arabe en Afrique noire et en Afrique du Nord: ce que Taubira ne veut pas entendre

Le 4 mai 2006, Christiane Taubira affirmait dans L’Express : « Il ne faut pas trop évoquer la traite négrière arabo-musulmane pour que les jeunes arabes ne portent pas sur leur dos tout le poids de l’héritage des méfaits des Arabes. »

Il faut signaler que ce que dit Taubira est injuste envers les Arabes eux-mêmes, car ils ont été eux-mêmes massacrés et asservis avant que ceux qui les avaient ainsi tourmentés s’en aillent occuper et asservir les nations africaines, l’Afrique du Nord avant l’Afrique Noire, d’ailleurs.

Dans Tariq Ramadan, Tareq Oubrou, Dalil Boubakeur: ce qu’ils cachent (Salvator, 2017), j’ai raconté la vérité de l’esclavage des Noirs et des Maghrébins par les Arabes : d’abord des centaines de milliers capturés et vendus ou distribués, puis 360 enfants par an à titre d’impôt. Il paraît que Taubira n’aime pas ce genre de discours.

Tidiane N’Diaye, dans Le Génocide voilé (Gallimard), raconte, lui aussi, l’histoire de l’esclavage des Noirs par les Arabes. Seulement, il ne parle pas du Maghreb alors que celui-ci a autant souffert de l’esclavage pratiqué par les Arabes, quoique à une moindre échelle :
« Les Arabes ont razzié l’Afrique pendant treize siècles sans interruption. La plupart des millions d’hommes qu’ils ont enlevés et déportés ont disparu du fait des traitements inhumains. Cette douloureuse page de l’histoire des peuples Africains n’est apparemment pas définitivement tournée.

Le “Grand Désastre” a commencé lorsque l’émir et général arabe Abdallah Ben Saïd a imposé aux Soudanais un bakht (accord), conclu en 652, les obligeant à livrer annuellement des centaines d’Africains ensuite esclavagisés par les Arabes. La majorité de ces femmes, hommes et enfants était prélevée sur les populations du Darfour. Et ce fut le point de départ d’une énorme ponction humaine qui devait s’arrêter officiellement au début du XXe siècle. »

Lina Murr Nehmé, 15/01/2018