Category Archives: Christianisme

Email Twitter Facebook Pinterest Google+ Linkedin

Je voudrais signaler que pour une femme née chrétienne ou juive et dont la conversion à l’islam fait un bruit fou, il y a, chaque jour, des centaines de musulmans qui se convertissent à l’athéisme ou au christianisme. Et personne n’en parle.

Pourquoi n’en parle-t-on pas?

Tout simplement parce que personne n’a été tué pour avoir quitté le christianisme ou le judaïsme.

Lina Murr Nehmé, 16 novembre 2018

Email Twitter Facebook Pinterest Google+ Linkedin

Pakistan : Asia Bibi n’est pas un cas isolé (Causeur)

Email Twitter Facebook Pinterest Google+ Linkedin

Pakistan: Asia Bibi n’est pas un cas isolé

Email Twitter Facebook Pinterest Google+ Linkedin

Assia Bibi, CEDH: la censure, symptôme d’une passation de pouvoirs ?

Email Twitter Facebook Pinterest Google+ Linkedin

Au Pakistan, les islamistes deviennent fous parce qu’une femme, Asia Bibi, n’a pas été tuée alors qu’on l’accuse d’avoir attaqué l’islam (et réciproquement, on avait attaqué le Christ devant elle, mais c’est permis au Pakistan apparemment). Et en Europe, au contraire, on tend à punir de simples citations.

Ainsi, Georges Bensoussan a été traîné en justice pour avoir simplement cité un auteur maghrébin parlant d’antisémitisme au Maghreb; Facebook censure des pages qui en disent cent fois moins que les pages islamistes qui sont autorisées en arabe (et je lis les deux).

En Autriche, et aussi à la Cour européenne des droits de l’homme, on tire dans le même sens exactement, pénalisant ce que l’islam appelle blasphème, et non ce à quoi le christianisme ou le judaïsme donnent ce nom.

On assiste à une sorte de passation de pouvoirs. Au Pakistan, quand les Anglais régnaient, et même après que les Pakistanais eurent pris le pouvoir (et cela dura jusqu’au temps de la dictature dans les années 1980), on ne tuait pas une femme pour avoir répondu à une autre, même si l’échange concernait les religions.

Maintenant, en Autriche, on punit une femme d’avoir simplement traité un concept religieux pakistanais avec des critères légaux autrichiens. L’affaire, présentée à la Cour Européenne des droits de l’Homme, eut le même jugement.

Dans les trois cas, en Autriche comme au Pakistan, ou devant la Cour européenne des droits de l’homme, on en arrive au même jugement, à la même conclusion, qui est aussi la même qu’en Arabie Saoudite, qui est aussi la même que chez Daech: une seule religion au monde est reine, elle est sacrée, elle l’est sous tous les cieux, même là où elle est minoritaire. Au nom du respect des sentiments d’autrui, il est interdit, non seulement de la caricaturer, mais même de la citer en rapport avec les standards européens. Quant aux autres, au nom de la liberté d’expression, elles peuvent être insultées ou caricaturées, même là où elles sont majoritaires.

Le rêve du cheikh Qaradawi, d’une invasion calme et douce de l’Europe, du style euthanasie, une invasion différente de la précédente… se réalise peu à peu. Le cheikh Qaradawi avait promis une invasion de Rome. Il fallait le voir en parler sur la télévision al-Jazeera, et de quel un air rêveur. C’est bien lui qui a légalisé les attentats-suicides, à condition qu’ils visent certaines catégories de population: les juifs ou les alaouites, par exemple. C’est lui qui, d’un seul cri, orchestra les manifestations violentes dans le monde entier, contre les chrétiens à cause des caricatures de Mahomet de 2005, manifestations-émeutes qui aboutirent à des pogroms avec incendies de maisons et d’églises, coups et blessures et assassinats au Pakistan, et surtout au Nigéria, où plus de cent personnes furent tuées pour des caricatures dont elles ne savaient rien.

Ne voyez-vous pas, dirait le Frère Qaradawi s’il nous lisait, ne voyez-vous pas le Vatican devenir une mosquée, Notre-Dame de Paris et Notre-Dame de Chartres devenir des mosquées, et la cour européenne de justice, une cour régie par la charia?

Je ne comprends pas comment mon père a pu, après la Deuxième Guerre mondiale, dénigrer l’héritage que leur avait laissé la génération précédente. Un jour qu’il énumérait à mon grand-père tous les maux que sa génération avait créés, guerres et autres, mon grand-père lui dit: “Ecoute, mon fils, j’ai été condamné à mort deux fois, et banni une fois. Je ne pouvais pas faire plus.”

Du moins n’a-t-il été condamné à mort par contumace que par les Jeunes Turcs en 1916 et par les nazis en 1944, puis banni par les Libanais en 1948. De nos jours, les condamnations des régimes criminels (Daech, al-Qaïda, Nosra, etc.) par contumace se font au grand jour, par le biais des réseaux sociaux.

J’en ai trop vu, et je ne m’accroche à la vie que pour servir, avec le désespoir de l’enfant qui bouchait les trous du barrage avec ses doigts, et qui, à la fin, n’avait plus assez de doigts pour pallier à toutes les fissures. Mon temps finira, j’espère, avant que le drapeau de Daech ne flotte sur Beyrouth ou sur l’Europe, car voir cela, pour moi, serait bien pire que de mourir.

C’est là la différence entre moi, et le cheikh Qaradawi. Vous remarquerez que j’ai mis mon nom avant. C’est exprès, parce que je suis femme et parce qu’il est lui.

Lina Murr Nehmé, 2 novembre 2018

Email Twitter Facebook Pinterest Google+ Linkedin

Asia Bibi : vers une libération ?

Email Twitter Facebook Pinterest Google+ Linkedin

Asia Bibi est entre la mort et la vie.

Par principe, quand on n’a pas la même religion, c’est qu’on n’est pas d’accord. Cela ne devrait pas être punissable, surtout dans la communauté indienne dont est issu le Pakistan, et qui a été chrétienne bien avant la venue de l’islam. Les Indes, en effet, ont été évangélisées par saint Thomas l’Apôtre, et son tombeau se trouve là-bas.

Malheureusement, au Pakistan et en Inde, il y a des fanatiques criminels. Lors de l’affaire des caricatures danoises, des chrétiens ont été assassinés au Pakistan.

S’ils tuent des chrétiens de leur pays parce que des Danois ont fait des dessins, a fortiori les tueront-ils s’ils ont eux-mêmes dit quelque chose.

Donc, comme par sadisme, Asia Bibi est traînée en prison et va de procès en procès depuis très, très longtemps pour cause de “blasphème”. Est-il normal, est-il humain, est-il acceptable de faire traîner ce procès durant tant d’années, faisant vivre cette fille dans l’angoisse parce qu’elle est chrétienne, faisant vivre ses parents dans l’angoisse, et pour finir, annoncer qu’on la tuera?

Maintenant, elle est entre la mort et la vie. Certes, la mort n’est pas une fin, mais on préfère qu’elle vive le plus longtemps possible.

Toutes nos sympathies et nos affections à une jeune fille courageuse. En espérant qu’à la dernière minute, comme pour Dostoïevski, les choses pourraient se retourner et qu’elle soit sauvée.

Mais pas elle seule. Tous ceux qui, comme elle, croupissent dans les geôles de l’injustice dans le monde entier.

 

Lina Murr Nehmé, 16 octobre 2018

Email Twitter Facebook Pinterest Google+ Linkedin

Précisions sur le voile islamique en France

Email Twitter Facebook Pinterest Google+ Linkedin

Un article que j’ai écrit sur le voile et posté il y a deux jours a suscité des commentaires durs de part et d’autre. Le but de ce post était de dire que le voile ne posait pas de problème en soi. Personnellement, je ne considère pas du tout que le voile soit un signe de sujétion pour la femme, et je ne partage pas ce qui se dit à ce sujet. Je trouve même que le voile peut être très joli. Marguerite Yourcenar partage cet avis, puisqu’elle a fait dessiner un voile pour son costume d’académicienne.

Question religion, je ne vois pas pourquoi nous voudrions la liberté religieuse alors que nous la refuserions aux autres. Mais qu’il soit bien entendu que le costume est une affaire de culture, et que lorsqu’on vit dans un pays, on doit respecter sa culture. C’est bien parce que le voile (ou le non-voile) sont considérés comme une affaire de culture que le port du voile s’est fait de façon si hostile en France. Il s’est fait comme un signe d’opposition.

Mais quand on est dans un pays, on doit s’habiller comme les gens du pays, sinon on fait de la discrimination (ou on pousse à la discrimination). C’est bien ainsi que l’entendent les Saoudiens, qui obligent les Occidentales à se voiler. En ce moment les choses changent un peu, mais de façon très superficielle. C’est pour cacher la réalité sordide, et autrement plus grave, des assassinats déguisés en accidents, des arrestations pour raisons politiques ou religieuses, du génocide au Yémen, des exécutions.

Ainsi, sous les califes, les chrétiens et les juifs n’avaient pas le droit de s’habiller comme les musulmans: il fallait que la différence se voie pour qu’on puisse les mépriser. En France, où il n’est pas possible de dicter aux Français leur habillement, on s’habille de façon différente pour marquer une distinction, et continuer la discrimination. C’est pourquoi il y a une telle hostilité envers les Blancs ou les chrétiens ou les juifs dans les quartiers islamisés. L’assassinat de Sarah Halimi, comme je l’explique dans plusieurs chapitres de L’islamisme et les Femmes, est en fait dû à cette hostilité.

Le voile est une question de coutume. Mais en France, il est utilisé comme un signe d’opposition à la culture du pays, comme un signe d’appartenance à une autre nation. Justement parce qu’il s’oppose aux coutumes vestimentaires de ce pays. Certes, les Françaises se voilaient autrefois. Mais imaginez qu’une femme s’habille avec la grosse robe à rubans style 17e siècle. Il y aurait discrimination. Et si dans les écoles on imposait autrefois un costume, c’est bien pour qu’il n’y ait pas de risque de discrimination sur base vestimentaire. Car le vêtement, après tout, c’est la première chose qu’on remarque.

Les Français prennent le port du voile de façon violente parce que c’est devenu un réflexe: à cause de la violence des islamistes en France, ils finissent par associer le voile à la haine. Et parce qu’en France, on porte le plus souvent le voile comme un signe de discrimination positive, pour se reconnaître, pour ne pas s’assimiler, et pour se distinguer des Français, en France, avec une idée de supériorité qui est intolérable (et injustifiée).

Une preuve que ce n’est pas le voile en soi qui dérange en France, mais ce que les femmes (et les hommes qui les y obligent) mettent derrière, est le succès qu’a rencontré durant des années une femme voilée, Latifa Ibn Ziaten, mère de la première victime du terroriste Mohamed Merah. Certes, elle est moins populaire maintenant, mais ce n’est pas à cause de son voile, qu’elle porte en signe de deuil (elle ne se voilait pas avant la mort de son fils, étant gardienne de musée dans une ville de province). C’est parce que Albert Chennouf-Meyer, le père d’un autre martyr tué par Merah, Abel Chennouf, a révélé une histoire sordide qui est arrivée avant l’enterrement des martyrs. Son fils, parce que catholique, a été ôté de la chambre ardente où se trouvaient ses compagnons musulmans, à la demande de Latifa.

Sinon, avant cette révélation d’un fait qu’elle n’a pas nié, Latifa était aimée, respectée, acceptée avec son voile, parce qu’elle poussait les jeunes à aimer la France. C’est l’idée qu’elle ait exercé une discrimination envers un compagnon d’armes de son fils parce qu’il était chrétien, qui l’a fait baisser dans l’esprit des gens. C’est alors qu’ils ont commencé à critiquer son voile, qu’ils avaient très bien accepté durant trois ans.

Lina Murr Nehmé, 13 octobre 2018

Email Twitter Facebook Pinterest Google+ Linkedin

Le voile : propagande et différencialisme

Email Twitter Facebook Pinterest Google+ Linkedin

Le voile en soi ne pose problème, en France, que depuis qu’il a été utilisé contre les Français, et justement comme signe ostentatoire.

Signe ostentatoire, c’est-à-dire, en fait, instrument de propagande. Car le principe de la publicité, c’est l’exposition médiatique. Occuper l’espace public de cette façon, c’est faire de la publicité à des idées et exclure une partie des gens. Du moins quand on présente le voile comme un instrument religieux.

Je donne un exemple: en 1975, au début de la guerre au Liban, quelqu’un nous a distribué de grosses croix en bois, que nous avons tous mis fièrement. Nous étions dans un quartier chrétien, qu’est-ce que cela faisait? Mais il y avait avec nous un druze qui combattait avec nous (et nous voyions souvent sa famille), et peut-être deux ou trois musulmans aussi.

Quand je suis revenue à la maison avec ma croix énorme, mon père m’a grondée, disant que si je faisais cela, j’excluerais les musulmans qui se battaient pour la même cause que nous, et qu’on ne pouvait pas construire une patrie multiconfessionnelle sur la religion. Ceci, sachant que c’est mon père qui m’a appris ma religion, et que c’est à cause de lui que je suis profondément chrétienne.

Depuis, je n’ai plus jamais affiché une croix ou une médaille au cou. J’en ai toute une collection, mais je les cache sous mes vêtements. Non par peur des musulmans, comme font les dhimmis, mais par amour pour eux, pour qu’ils ne se sentent pas exclus et qu’il n’y ait pas du communautarisme.

C’est pourquoi le voile, en France, où il est exhibé comme un instrument de guerre, me choque tant. Et non le voile en tant que voile mais, je le répète, le voile en tant qu’instrument de différenciation, de rejet de la communauté d’accueil.

Je sais que beaucoup de Français ressentent cela de la même manière, mais je ne pense pas qu’ils aient raison de réagir de façon haineuse ou hargneuse. Car ce genre de réactions est une preuve de faiblesse. Dès qu’on réagit comme ceux qui nous combattent, on devient comme eux parce qu’on les imite.

Il faut réagir exactement à l’inverse: en aimant les méchants et non en les imitant. C’est cela, la force.

Lina Murr Nehmé, 10 octobre 2018

Email Twitter Facebook Pinterest Google+ Linkedin

Sur la liberté de pensée de ceux qui ont quitté l’islam

Email Twitter Facebook Pinterest Google+ Linkedin

Tout le monde a droit à la liberté de pensée, à la liberté d’expression, sauf les musulmans qui ont quitté l’islam. D’après le rapport Montaigne, ils sont 15% des enfants dont les parents sont musulmans. Et je vous garantis que ces gens-là aiment la France plus que les Français de souche. Car ils connaissent sa valeur.

Ce que souffrent ces gens, on ne peut l’imaginer. Ils sont exclus par leurs familles, harcelés, menacés de mort.

Et dans les paroisses bien pensantes, ça ne se fait pas de vouloir être chrétien de nos jours. L’islam est si prestigieux chez les catholiques bien-pensants! On leur a tellement assené de coups sur leur religion, que ce soit dans les médias, que ce soit avec l’omniprésence des sarcasmes de plusieurs célébrités de France-Culture (financée avec les deniers du contribuable), ou même au lycée (dans les livres au programme ou dans les moqueries des professeurs) qu’ils sont devenus des dhimmis. Pour ne pas faire partie de ceux sur lesquels on crache (songez que le Christ fut un jour l’un d’eux), ils veulent bien faire des rencontres avec les musulmans, mais non les entendre critiquer. Pourtant, la France garantit la liberté de conscience.

Lina Murr Nehmé, 3 octobre 2018

Email Twitter Facebook Pinterest Google+ Linkedin

Roqya: les victimes du “jihad contre les djinns”

Email Twitter Facebook Pinterest Google+ Linkedin

Quelquefois, les musulmans qui ont quitté l’islam sont soumis à des séances de roqya, et ils changent totalement. La roqya, pratique d’exorcisme animiste ou musulman dont j’ai parlé dans mon livre L’islamisme et les Femmes, frappe bien plus souvent qu’on ne le croit. Parfois elle tue. Parfois, elle envoie une personne dans le coma.

Car il s’agit d’une véritable séance de torture quand on estime que la personne est “touchée” par un “djinn mécréant”, et qu’il faut lui infliger une roqya pour le convertir. On fait le “djihad” contre lui en frappant le patient avec un bâton, en lui infligeant des chocs électriques, en lui plongeant la tête dans l’eau, en le forçant à boire de l’eau coranisée (de l’eau dans laquelle on a dissous des versets du Coran). Jusqu’à ce que ce djinn devienne musulman, c’est-à-dire, jusqu’à ce que le patient quitte sa nouvelle religion chrétienne, juive, athée, bouddhiste ou autre.

Et si le patient meurt ainsi sous les coups, ou noyé dans l’eau dans laquelle on le plonge, comme il en a été de Louisa à Roubaix ou de Brahim dans la mosquée Omar de la rue Jean-Pierre Timbaud, ou s’il est dans le coma à cause de la quantité d’eau qu’on lui a fait ingurgiter, alors, tant pis pour lui.

L’Islamisme et les femmes par Lina Murr Nehmé

Certaines familles musulmanes apprennent en effet à la mosquée qu’un des signes que quelqu’un est “touché d’un djinn” est qu’il n’a pas de plaisir à prier ou à lire le Coran, ou qu’il devient chrétien ou juif. On dit alors qu’il est “touché par un djinn mécréant”. Ils infligent alors une roqya à leur enfant. Pour cela, ils commencent par ôter de la maison tout ce qui peut représenter une autre religion, “surtout la croix”, considérée par les cheikhs comme un symbole satanique.

 

Lina Murr Nehmé, 24 septembre 2018

Email Twitter Facebook Pinterest Google+ Linkedin

Origine des janissaires et du devchirmé ottomans

Email Twitter Facebook Pinterest Google+ Linkedin

Un des sultans ottomans, en admiration devant la qualité combattive et militaire des chrétiens, s’était dit qu’il ne pourrait défaire les armées chrétiennes d’Europe Centrale que s’il employait des enfants éduqués chrétiens, mais islamisés.

Ce fut l’origine du devchirmé (voir notre post sur le sujet). Une fois que les Ottomans avaient enlevé le cinquième des enfants chrétiens, les petites filles étaient gardées pour la prostitution, et les petits garçons étaient gardés pour servir de soldats.

On appelait ces enfants islamisés et envoyés à l’armée “janissaires” (jeunes recrues). Evidemment, ceux qui résistaient à ce traitement mouraient. Les autres devenaient de farouches soldats, l’élite de l’armée ottomane.

Lina Murr Nehmé, 19 septembre 2018

Email Twitter Facebook Pinterest Google+ Linkedin

Propagande des islamistes turcs sur Mirmar Sinan et les Ottomans

Email Twitter Facebook Pinterest Google+ Linkedin

Que les Turcs et les islamistes me pardonnent, mais Mirmar Sinan n’était certainement pas le plus grand architecte de tous les temps.

D’abord, il n’était pas turc: c’était un architecte chrétien, éduqué chez les chrétiens byzantins qui lui avaient appris leur science. Et il avait été enlevé alors qu’il était totalement formé, à 18 ans, en tant que janissaire. Et il avait été islamisé.

Comme architecte, toute sa vie, il n’a fait que copier Sainte-Sophie ou Aya Sophia de Constantinople. Il l’a fait avec talent, avec des variantes, utilisant notamment la céramique d’Izmir (encore une production d’origine et de technologie chrétienne) pour les intérieurs de ses mosquées (car il ne pouvait pas, comme les chrétiens, peindre des fresques et concevoir des mosaïques représentant des personnages).

Sa hantise était de faire plus haut que les architectes de Sainte-Sophie. Sur sa tombe, il est écrit qu’il y a réussi, et que sa mosquée Sélimiyé à Edirne est plus haute. Mais ils ont fait un mauvais calcul: elle est plus basse, sans compter le fait qu’elle est beaucoup moins belle sur le plan de l’architecture intérieure. Or c’est son architecture intérieure qui fait que Sainte-Sophie est si spéciale. Car dans l’architecture byzantine, l’extérieur est modeste, et toute la beauté est à l’intérieur.

Il y avait en tout cas beaucoup plus de mérite à Anthémius à construire Sainte-Sophie au VIe siècle en innovant et en inventant… qu’à Sinan à copier Sainte-Sophie au XVIe siècle en disposant des connaissances d’Anthémius.

Dans le cadre de la désinformation, un site de propagande islamique dit avec euphémisme que l’architecte Sinan avait

“été recruté dans le cadre du devchirmé destiné aux jeunes gens chrétiens convertis à l’Islam”.

On croit rêver: le devchirmé était l’enlèvement des enfants chrétiens pour les islamiser. Chaque village voyait, tous les cinq ans, les collecteurs venir prendre la marchandise humaine: les plus beaux enfants, pour être réduits en esclavage. Certains parents mutilaient leurs enfants pour qu’on ne les leur prenne pas. Dans cette miniature ottomane, on voit la levée d’enfant, ou devchirmé, avec, au fond, les familles et le prêtre qui supplient l’envoyé du calife de ne pas les prendre.

La force était utilisée, on frappait, on tuait des parents pour prendre ces enfants. Car quel père, quelle mère laissera prendre son enfant sans le défendre? C’était un rapt qui mettait tout le village en deuil, et dont certains enfants ne se remettaient jamais!

Assez de mensonges ! L’histoire est ce qu’elle est, cessez, États islamiques, de l’embellir pour faire croire que vous êtes beaux !

Je m’adresse surtout à Erdogan qui, depuis quelques années, tente de ramener la Turquie au temps des Ottomans.

Lina Murr Nehmé, 9 septembre 2018

Commander 1453 : Mahomet II impose le schisme orthodoxe

Email Twitter Facebook Pinterest Google+ Linkedin