Category Archives: Médecine

Roqya: les victimes du “jihad contre les djinns”

Email Twitter Facebook Pinterest Google+ Linkedin

Quelquefois, les musulmans qui ont quitté l’islam sont soumis à des séances de roqya, et ils changent totalement. La roqya, pratique d’exorcisme animiste ou musulman dont j’ai parlé dans mon livre L’islamisme et les Femmes, frappe bien plus souvent qu’on ne le croit. Parfois elle tue. Parfois, elle envoie une personne dans le coma.

Car il s’agit d’une véritable séance de torture quand on estime que la personne est “touchée” par un “djinn mécréant”, et qu’il faut lui infliger une roqya pour le convertir. On fait le “djihad” contre lui en frappant le patient avec un bâton, en lui infligeant des chocs électriques, en lui plongeant la tête dans l’eau, en le forçant à boire de l’eau coranisée (de l’eau dans laquelle on a dissous des versets du Coran). Jusqu’à ce que ce djinn devienne musulman, c’est-à-dire, jusqu’à ce que le patient quitte sa nouvelle religion chrétienne, juive, athée, bouddhiste ou autre.

Et si le patient meurt ainsi sous les coups, ou noyé dans l’eau dans laquelle on le plonge, comme il en a été de Louisa à Roubaix ou de Brahim dans la mosquée Omar de la rue Jean-Pierre Timbaud, ou s’il est dans le coma à cause de la quantité d’eau qu’on lui a fait ingurgiter, alors, tant pis pour lui.

L’Islamisme et les femmes par Lina Murr Nehmé

Certaines familles musulmanes apprennent en effet à la mosquée qu’un des signes que quelqu’un est “touché d’un djinn” est qu’il n’a pas de plaisir à prier ou à lire le Coran, ou qu’il devient chrétien ou juif. On dit alors qu’il est “touché par un djinn mécréant”. Ils infligent alors une roqya à leur enfant. Pour cela, ils commencent par ôter de la maison tout ce qui peut représenter une autre religion, “surtout la croix”, considérée par les cheikhs comme un symbole satanique.

 

Lina Murr Nehmé, 24 septembre 2018

Email Twitter Facebook Pinterest Google+ Linkedin

Portraits de femmes 1 : Mère Teresa aurait-elle pu réussir en tant que musulmane ?

Email Twitter Facebook Pinterest Google+ Linkedin

Née à Skopje en Macédoine — qui faisait alors partie de l’État islamique ottoman — elle était fille de parents albanais. Orpheline de père à 8 ans, elle désire dans son adolescence devenir missionnaire, ce qui n’est pas possible dans l’État islamique : tout musulman converti doit être tué.

À 18 ans, elle se rend en Angleterre et intègre un ordre de religieuses enseignantes à vocation missionnaire. Elle apprend l’anglais et prend le nom de Maria Teresa. Elle est envoyée en Inde, où elle devient professeur dans une école de jeunes filles, dont elle est plus tard nommée directrice.

Mais en fréquentant davantage les Indiens, elle réalise que les Européens sont bien mieux logés et nourris que la majorité indienne. En 1946, elle décide de fonder une nouvelle congrégation, vivant dans une pauvreté totale et partageant la vie des plus pauvres. Des jeunes filles indiennes se joignent à elle. Elles font vœu non seulement d’obéissance, de pauvreté, de chasteté, mais aussi, d’accueil des pauvres. Elles vivent dans un bidonville de Calcutta. Chacune d’elles possède un chapelet, un seau et les vêtements qu’elle porte, costume à mi-chemin entre celui des religieuses occidentales et des femmes indiennes.

Un soir, Mère Teresa trouve un jour une vieille femme qui agonise dans la rue, personne ne voulant s’occuper d’elle. Elle la recueille et la soigne jusqu’à sa mort. Et elle fonde un mouroir pour aider les agonisants trouvés dans les rues, à mourir dans la dignité. Ce n’est qu’une des œuvres fondées par la mère Teresa, à côté d’établissement d’enseignement scolaire, d’orphelinats, d’hôpitaux pour les pauvres.

Ceux qui en bénéficient le plus sont d’abord les Intouchables. Ce sont eux, les plus pauvres en Inde.

Dans la religion hindoue, en effet, la société est divisée en castes. Au sommet, il y a les prêtres, les brahmanes, considérés comme étant les plus purs, les meilleurs. Et au bas de l’échelle, il y a les Intouchables. La caste formée par ces derniers est jugée tellement impure chez les Hindous, que non seulement ses membres sont considérés impurs, mais leur ombre elle-même l’est. Pour justifier la ségrégation qu’ils leur infligent de siècle en siècle, les Brahmanes ont convaincu le peuple qu’il s’agit de personnes ayant commis beaucoup de péchés dans une vie antérieure, et qu’ils sont punis. Donc ils doivent accepter leur sort pour pouvoir se réincarner dans une caste supérieure à la leur. Ainsi, les Intouchables ne peuvent être soignés que par des Intouchables, ils ne peuvent fréquenter les mêmes écoles que les autres, ils ne peuvent exercer des métiers les mettant en contact avec d’autres castes qu’ils rendraient impurs, ils ne peuvent se marier qu’entre eux, et ils vivent dans une pauvreté sordide. Mais bien moins que le mépris dont ils sont victimes.

Si Teresa avait été musulmane, toute son activité aurait été impossible, notamment le vœu de pauvreté et d’accueil des pauvres. Car une femme n’a pas le droit de donner des aumônes sans la permission de son mari ou de son père. Et pour bien d’autres raisons qu’on verra peu à peu dans ma série « Les femmes et l’islam », et qu’on pourra lire progressivement, avec les textes et les références, dans mon livre L’Islamisme et les femmes.

Lina Murr Nehmé, 29 juillet 2018

Email Twitter Facebook Pinterest Google+ Linkedin