Fatwas et Caricatures

Email Twitter Facebook Pinterest Google+ Linkedin

Recension dans L’Orient le jour (27/10/2015)

Fatwas et caricatures de Lina Murr Nehme : le rêve panislamique

Historienne et politologue, Lina Murr Nehmé n’a jamais craint de déranger ou de bousculer les idées reçues. La plupart de ses ouvrages dérangent. Mais le dernier-né, Fatwas et caricatures, la stratégie de l’islamisme (aux éditions Salvator), est stupéfiant en raison des informations qu’il contient et du franc-parler de l’auteure qui n’hésite pas à démonter les réseaux de l’islamisme, ancien et moderne, qui a aujourd’hui pour noms el-Qaëda, les Frères musulmans et Daech, en France notamment. D’une façon claire et documents à l’appui, Lina Murr Nehmé raconte comment la famille royale saoudienne ainsi que les dirigeants du Qatar, notamment le précédent émir, ont systématiquement dépensé des sommes énormes pour répandre l’islam dans tous les coins du monde. Un chapitre est même consacré à un échange peu amical entre l’auteure et le penseur philosophe Tariq Ramadan dans le cadre d’une conférence qu’il donnait à l’Institut du monde arabe (Ima) à Paris en 2009. Lina Murr Nehmé raconte comment elle a essayé d’obtenir de Ramadan une opinion claire sur la position des islamistes au sujet du viol des esclaves et du fait de coucher avec des petites filles. Mais l’auditoire s’est dressé contre elle, prenant parti en faveur du penseur philosophe, qui selon l’auteure a obtenu sa chaire à la prestigieuse université d’Oxford en raison du don important fait par l’émir du Qatar à cette même université.

Lina Murr Nehmé ne mâche donc pas ses mots et c’est sans la moindre complaisance que son ouvrage évoque les sujets sensibles, notamment l’expansion de l’islam en France (elle est elle-même franco-libanaise) et les intérêts en jeu. Elle ne craint pas ainsi de dire que Charlie Hebdo était en train de perdre de l’argent et devait pratiquement déclarer sa faillite, lorsqu’il a décidé « de recourir à la méthode habituelle » pour faire parler de lui et pour renflouer ses caisses : attaquer l’islam. L’hebdomadaire qui en 2014 ne vendait que 30 000 exemplaires en a brusquement vendu 7 millions après l’attaque dont il a été victime en janvier 2015… Lina Murr Nehmé revient aussi sur la grande manifestation organisée par le gouvernement français en solidarité avec l’équipe de Charlie Hebdo et en guise de refus du terrorisme, à laquelle étaient conviés de nombreux chefs d’État dont certains ne respectaient pas dans leurs pays les droits de l’homme… L’auteure parle ainsi de Raïf Badawi, le blogueur saoudien arrêté et condamné à mille coups de fouet parce qu’il avait osé parler de laïcité et critiquer les ulémas. Elle reprend d’ailleurs une partie des articles publiés par le blogueur notamment lorsqu’il affirme que « la relation entre la religion et l’État est amorale dans de nombreux cas, car elle est politisée pour servir une poignée de gens qui veulent réaliser leurs envies aux dépens du concept de patrie… ». L’auteure revient aussi sur la manifestation de protestation contre les caricatures visant le prophète Mahomet qui avait été organisée à Beyrouth le 5 février 2006 et qui avait donné lieu à des actes de vandalisme à Achrafieh contre des symboles chrétiens, comme l’église Saint-Maron.

Les exemples sont nombreux et ils sont tous méticuleusement exposés et analysés par l’auteure dans un souci de vérité, non de polémique. Il ne s’agit donc pas de dénoncer l’islam, mais les islamistes, et de démonter leurs réseaux humains et financiers dans l’ensemble du monde occidental. Qu’ils s’appellent les Frères musulmans, el-Qaëda et Daech, qu’ils aient un vernis occidentalisé et modéré, ou qu’ils soient des prédicateurs comme cheikh Youssef Qardaoui, ils constituent une menace non seulement pour la région mais pour l’Occident et l’auteure a voulu mettre l’accent sur cette menace, sans se soucier ni de prudence ni de complaisance. Pour elle, c’est presque un devoir moral, celui de clamer la vérité, même lorsque celle-ci n’est pas bonne à dire, en avançant des preuves et en faisant un travail minutieux de documentation et de recoupements divers pour aboutir à l’idée que la création d’un État islamique est un vieux rêve qui n’a jamais été abandonné depuis Hassan al-Banna et qui est en train de s’étendre selon le concept panislamique des Frères musulmans.

Recension par Jean-Pierre Péroncel-Hugoz (journaliste au monde de 1969 à 2004; correspondant permanent du Monde pour l’Afrique du nord puis le Proche Orient de 1973 à 1981). Magazine 360, 6/11/2015.

On ne se bouscule pas au portillon, tant en Occident qu’à travers la Oumma, pour formuler des critiques charpentées à l’encontre du ravageur «Califat de Raqqa». Pourtant, des femmes arabes ont relevé le gant sans se faire trop prier. Projecteur sur l’une d’entre elles.

Je ne m’en suis jamais caché, je ne suis pas très enthousiaste pour le «féminisme», surtout quand il est défiguré par des pitreries indécentes façon Femens, qui m’ont remis en mémoire ce mot de Napoléon 1er ( 1769-1821) : « Rien n’est pire qu’une femme sans pudeur!». Cependant, quand il s’agit d’une affaire capitale comme Daech, je guette sans relâche les critiques visant ces bourreaux des confins syro-irakiens, d’où qu’elles viennent.

 

C’est ainsi qu’à la fin de l’été 2015, j’ai noté que les phrases les plus sensées, les plus réalistes à ce sujet venaient de deux femmes arabes en vue, l’eurodéputée Rachida Dati et la reine Rania de Jordanie. Toutes deux, séparément, ont estimé dans des termes quasi similaires que «les musulmans devaient régler entre eux les graves problèmes qui les assaillent!» L’épouse d’Abdallah II a ajouté, pour sa part : «Les musulmans modérés, à travers le monde, ne font pas assez pour gagner la lutte idéologique qui est au cœur de cette bataille. Si nous échouons face à ces extrémistes, la région proche-orientale sera dévastée avec des répercussions mondiales.».

 

Depuis lors, en cet automne, une troisième femme arabe, moins connue sauf dans les milieux universitaires, est venue apporter sa contribution à cette «lutte idéologique» : Lina Murr-Nehmé, professeur d’histoire à l’Université libanaise et riche d’une vingtaine d’ouvrages en plusieurs langues sur les civilisations d’hier et d’aujourd’hui;  elle a publié récemment: « Fatwas et caricatures. La stratégie de l’islamisme», un ouvrage d’accès facile mais extraordinairement bien documenté, sans compter les photos tragiques qui appuient les textes.

 

Mme Murr-Nehmé, parfaite arabophone, a épluché à la loupe fatwas, sermons, livres, tracts, films, journaux en ligne, etc., mettant à nu les motivations d’Al-Qaïda, Daech, Boko-Haram et autres engeances de cet acabit. Elle a non seulement décortiqué, expliqué, mis à la portée du lecteur non spécialiste les justifications des tueurs de Montauban, Bruxelles, Paris, Casablanca, Madrid et ailleurs, mais elle a mis en lumière l’enseignement-propagande mortifère dispensé à de jeunes musulmans à la barbe ( si j’ose dire !) des autorités nationales en France, Allemagne, Belgique, Amérique du Nord, etc.

 

Bien renseignée sur ce qui se passe au sein du «Califat» pour les gens ordinaires, ou dans des pays où les forces islamistes, sans être au pouvoir, gouvernent en fait la population, tout ou en partie ( en Algérie, par exemple, ou au Nigeria), l’historienne du temps récent, nous fait pénétrer dans des mondes interdits.

 

Des preuves, des arguments, des faits ou des fatwas occultés jaillissent également au fil du travail de la prof libanaise, à la satisfaction de ceux qui cherchent des arguments en faveur de l’éradication morale et physique du jihadisme daechiste. Edité à Paris, pour sa version francophone, «Fatwas et caricatures» a suscité quelques remous au Liban mais il a finalement pu être diffusé et débattu au tout récent Salon «Libres Livres» de Beyrouth. Attendons maintenant les réactions lors de la parution en arabe de ce véritable manuel anti-Daech. Que Lalla Lina renforce alors sa sécurité! …

Source : http://fr.le360.ma/blog/le-coup-de-dent/une-femme-face-a-daech

 

Extrait (vidéo) du chapitre “Tariq Ramadan: mentir pour séduire”:

 

Ressources vidéo et audio citées dans le livre Fatwas et caricatures – la stratégie de l’islamisme (Salvator, 2015).

 

Manifestation devant l’ambassade du Danemark à Londres.
Vidéo par: NEFA

Discours de l’Imam Abu Laban a Copenhague après le meurtre de Theo van Gogh
Montage par: blogbalderorg (sur Youtube)

Tariq Ramadan: Nous sommes des agents de la paix
Vidéo par: ACSE

Fabrice Balanche: «Il y a au moins 2000 djihadistes français»
Source: RMC

Email Twitter Facebook Pinterest Google+ Linkedin