Category Archives: Apostats

L’assassin préférable à celui qui ne fait pas ses prières

Email Twitter Facebook Pinterest Google+ Linkedin

En suivant ce lien, vous verrez la vidéo d’un cheikh qui vitupère. Ecoutez-le attentivement: il dit en anglais que celui qui tue, vole ou commet des actes pédophiles mais fait ses prières, est préférable aux yeux d’Allah, à celui qui est honnête mais ne fait pas ses prières.

En réalité, il ne fait que répéter en Australie, ce qu’il a lu dans la propagande religieuse financée par les Saoudiens. Elle enseigne que l’assassin est préférable au musulman qui ne fait pas ses prières. Donc il faut tuer ce dernier.

On apprend cela dans toutes les écoles d’imams, même celle de la mosquée de Paris, qui passe pour modérée.

Concernant cette prétendue modération : Tariq Ramadan, Tareq Oubrou, Dalil Boubakeur : ce qu’ils cachent.

Lina Murr Nehmé, 23 juin 2018

Email Twitter Facebook Pinterest Google+ Linkedin

Que vont prêcher les 100 imams algériens arrivés en France ?

Email Twitter Facebook Pinterest Google+ Linkedin

 

Le gouvernement français a consenti à ce que le gouvernement algérien envoie 100 imams prêcher en France pour le ramadan. Ils sont venus s’ajouter aux 150 autres imams algériens qui ont statut de fonctionnaires algériens en France.

On aimerait savoir pourquoi monsieur Macron autorise l’Algérie à prosélytiser en France, alors qu’en Algérie, les chrétiens algériens perdent leur citoyenneté, qu’ils sont mis en prison, que leurs lieux de prière sont saccagés. Le Président et son ministre de l’Intérieur auraient pu, avant d’autoriser ces imams à venir prosélityser en France, exiger que le gouvernement algérien cesse de persécuter ses citoyens quand ils osent exercer la liberté d’opinion ! Car un Algérien perd sa nationalité algérienne s’il devient chrétien, juif ou athée !

Peut-être que ces messieurs du gouvernement français ne savent pas que le sujet le plus important que traitent les prédicateurs en général durant le mois de ramadan est le djihad. Le ramadan est appelé le “mois du djihad”. C’est en effet durant ce mois que Mahomet a monté ses campagnes militaires les plus importantes, celle par laquelle il a commencé, et celle par laquelle il a fini sa guerre contre les Mecquois. La première était, en 622, la bataille de Badr, qui aboutit à la mort de 70 doyens — donc vieillards — mecquois tués alors qu’ils étaient assoiffés et privés d’eau, et épuisés par un long voyage dans le désert, et qu’ils avaient le soleil dans les yeux. La deuxième était celle de la conquête de La Mecque en 630.

Les oulémas prêchent l’obéissance au Coran et à la Sunna. La Sunna, ce sont les paroles et les actes de Mahomet, qu’il faut imiter en tout car le Coran dit: “Vous avez vraiment en l’Apôtre d’Allah un bon exemple à suivre.” Si Mahomet a imposé l’islam par la force et la violence durant le mois de ramadan à ses compatriotes mecquois, les terroristes comprennent qu’ils doivent faire de même.

La lecture de la biographie de Mahomet est recommandée avec la plus grande chaleur par les imams algériens, ainsi que par le programme de l’Institut pour imams de la Grande Mosquée de Paris, qui est partiellement financé par l’Algérie, laquelle impose ce programme. Pour avoir une idée du genre de choses que fait enseigner l’Algérie en France, je suggère la lecture de mon livre Tariq Ramadan, Tareq Oubrou, Dalil Boubakeur: ce qu’ils cachent, qui n’a rien perdu de son actualité après l’arrestation de Tariq Ramadan.

Même si l’imam est modéré au point de ne pas citer le passage concernant le massacre des vieillards à Badr durant le ramadan — et il est rare qu’un imam ne prêche jamais pour glorifier la victoire de Badr —, il renvoie obligatoirement ses lecteurs à des livres qui le font, notamment la Sira de Mahomet par Ibn Hicham, et le Hadith. L’enseignement ne se fait pas seulement en parlant. il se fait aussi par le biais des textes qu’on ordonne aux gens de lire et d’assimiler.

Il conviendrait de cesser de se mentir mutuellement, de cesser de prétendre qu’il existe un vivre-ensemble quand de telles choses se disent, se publient, se lisent dans un pays comme la France. S’il y a la guerre, qu’on nous le dise, mais ouvertement, pas de bouche à oreille, pas par le biais d’allusions ou de rébus, pas par le biais de livres.

Ce n’est pas le vivre-ensemble qu’il faut prôner. Le vivre-ensemble, c’est vivre l’un à côté de l’autre en chiens de faïence. C’est le “s’aimer mutuellement” qu’il faut prôner, car l’amour aurait exclu le mensonge, la duperie que nous constatons tous les jours.

Et c’est cela qu’on ne voit pas. Pourtant, c’est la seule chose qui puisse encore sauver la France.

Lina Murr Nehmé, 24 mai 2018

Email Twitter Facebook Pinterest Google+ Linkedin

 

Don à Syria Charity : à quoi Macron s’engage-t-il ?

Email Twitter Facebook Pinterest Google+ Linkedin

 

Il y a quelques jours, j’ai écrit que la contrepartie du rapprochement de Macron avec l’Eglise catholique rendrait possible un rapprochement avec les Frères Musulmans. Et que cela se ferait par un don concret, car les Frères Musulmans ont soutenu Macron aux élections, et ils ne donnent rien pour rien. 

Le don a donc été annoncé: pour commencer, 50 millions.
Pour commencer, car je ne crois pas que Macron se limitera à “Syria Charity” ou aux 50 millions.

Vous me direz que “Syria Charity” est une association caritative et qu’il s’agit d’aumônes. Je vous répondrai:

1° D’après le Coran, les aumônes ne vont pas nécessairement aux pauvres. D’après la sourate 9, verset 60, deux des huit parties n’iront jamais aux pauvres, puisque l’une d’elles va au djihad, et une autre va à “ceux dont les cœurs sont à rallier”, c’est-à-dire qu’elle sert au bakchich: « Les aumônes sont pour les pauvres ; pour les indigents ; pour ceux qui prélèvent ces aumônes et les distribuent ; pour ceux dont les cœurs sont à rallier ; pour l’affranchissement des esclaves ; pour ceux qui sont endettés ; pour la voie d’Allah [le djihad] ; pour le passant. Tel est l’ordre d’Allah ! »

2° Une partie des aumônes sera effectivement donnée à des pauvres par Syria Charity. Mais comme l’a prouvé Mohamed Louizi, Syria Charity est une des associations caritatives des Frères Musulmans, et la charité des Frères Musulmans a pour but l’islamisation. C’est par ce biais qu’Hassan al-Banna a islamisé l’Egypte, achetant les pauvres par le biais d'”aumônes”. Ces aumônes ne sont pas gratuites, puisque les bénéficiaires doivent évidemment être de “bons croyants”: voiler leurs femmes, venir se faire éduquer par les Frères Musulmans, et leur livrer leurs enfants. Et, en cas d’appel au djihad, ils sont obligés d’aller se battre.

Ce fut notamment le cas en Syrie, quand les Frères Musulmans décrétèrent le djihad parce qu’en 1963, un alaouite était devenu Président de la République ! Les Frères, ces prétendus bienfaiteurs des pauvres, vouèrent tous les membres de la secte alaouite à l’extermination totale, décrétant la guerre du djihad contre elle.

En fac-similé, un des textes d’Ibn Taymiyya publiés, lus, récités, commentés, diffusés par ces mêmes Frères Musulmans syriens. En voici la traduction :

« Le cheikh de l’islam Ibn Taymiyya dit de combattre [les alaouites] avant de combattre les mécréants, disant : “Ils sont tous plus mécréants que les juifs. Qu’ils ne s’approchent pas des musulmans ! Il est interdit d’épouser leurs femmes. Il est interdit de manger les animaux abattus par eux. Ce sont des apostats pires que les apostats. Ce sont les gens les plus empressés à livrer les places-fortes des musulmans à l’ennemi des musulmans. Il n’y a aucun doute possible, que la plus grande obéissance et le plus grand devoir envers Allah, c’est de faire le djihad contre ces gens et de leur infliger les châtiments légaux (la mort).” »

Et ce n’est là qu’un extrait de la “fatwa contre les noçaïris” d’Ibn Taymiyya, qui est reconnue par tous les wahhabites: les régimes saoudien et qatari, les Frères Musulmans, les salafistes, al-Qaïda, et, bien sûr, l’UOIF et Syria Charity. Et s’ils prétendent le contraire pour des motifs de taqiya, je recommande au lecteur de se référer aux textes cités dans mon livre Tariq Ramadan, Tareq Oubrou, Dalil Boubakeur: ce qu’ils cachent. Il verra alors ce que pensent vraiment les Frères Musulmans… d’après leurs propres textes.

Ainsi, Macron donne l’argent du contribuable français à une association qui appartient à une organisation confessionnelle qui a pour but l’extermination totale d’une partie de ses concitoyens ! Car les fatwas d’Ibn Taymiyya visent, non seulement les alaouites, mais aussi les athées.

Macron sait-il que les Frères Musulmans syriens, tout en faisant des aumônes, ont entamé leur guerre contre les alaouites, les communistes et les laïques en tuant une, deux ou trois personnes en moyenne par jour ? Un commando pouvait ainsi faire irruption dans un amphithéâtre pendant un cours dans une Faculté de médecine, tirer en l’air pour faire fuir les étudiants, puis mitrailler le professeur et repartir en criant dans des porte-voix: “Allahou Akbar !”

Et si un ouléma disait dans un sermon qu’il était interdit de tuer ainsi, c’est dans sa mosquée que débarquaient les Frères Musulmans, et c’est lui, dans son sanctuaire, qu’ils fusillaient ou égorgeaient en le traitant d’ “apostat” ! Et nous ne parlons pas d’aujourd’hui, nous parlons des années 1960-1980 !

Les Frères Musulmans Syriens ont décrété dès 1963 l’extermination des alaouites et des laïques, et le djihad contre eux parce qu’ils gouvernaient des musulmans. Monsieur Macron ne pense-t-il pas que dans la tête de ces gens, cela s’applique à la France aussi? Que ces gentils qui quêtent pour Syria Charity en France — ou leurs frères, ou leurs cousins — pourraient un jour montrer les dents comme ils le font en Syrie ?

À ce moment, au lieu de prendre avec Macron — ou n’importe lequel de ses successeurs — un selfie dans son bureau, ils lui diront plutôt : “Ôte-toi de là que je m’y mette, sale mécréant” ?

Il ne faut pas oublier qu’avant Syria Charity, les Frères Musulmans avaient donné naissance au Hamas, à al-Qaïda, à Daech, à al-Nosra et à Boko Haram.

Lina Murr Nehmé, 21 avril 2018

Email Twitter Facebook Pinterest Google+ Linkedin

Mohamed Choubi et les islamistes

Email Twitter Facebook Pinterest Google+ Linkedin

 

Dans un milieu qui s’islamise au point de rétablir les viols collectifs des femmes non voilées, c’est un acte de courage de la part d’un comédien comme Mohamed Choubi, d’oser puiser le sujet de sa satire dans un livre religieux.

Certes, Mohamed Choubi y a été un peu fort dans sa défense du sexe féminin, puisqu’il sait qu’on ne plaisante pas avec le contenu du Coran chez les islamistes, et qu’il a tout de même traité Adam de “sale gosse” en plaisantant. Pourtant, on ne demandait autrefois pas la tête d’un comédien pour si peu au Maghreb.

Et que l’on ne croie surtout pas que le fait d’avoir les islamistes à ses trousses va rendre ce comédien impopulaire. Il faut se souvenir qu’il y a en ce moment une montée prodigieuse du nombre de conversions au christianisme ou à l’athéïsme en Afrique du Nord. Si, en Algérie ou au Maroc, des foules de 30.000 ex-musulmans osent se déclarer chrétiens au grand jour, que dire du nombre d’ex-musulmans qui n’osent pas dire qu’ils sont devenus athées ou chrétiens ?

Lina Murr Nehmé, 5 avril 2018

Email Twitter Facebook Pinterest Google+ Linkedin