Category Archives: Judaïsme

“L’islamisme et les femmes” sur Judaïques FM

Email Twitter Facebook Pinterest Google+ Linkedin

Invitée par Maya Nahum dans le cadre de son émission « L’étoile et le jasmin », Lina Murr Nehmé aborde les principaux thèmes traités dans L’Islamisme et les femmes :

– Les quatre sœurs saoudiennes séquestrées et affamées, ignorées par le président Obama, malgré une médiatisation massive de l’affaire,

– L’alliance, dans les villes européennes, des associations religieuses avec les trafiquants de drogue, voulue à l’origine par les islamistes afghans,

– La montée en puissance des sermons qui lavent les cerveaux de jeunes musulmans, comme Kobili Traoré, l’assassin de Sarah Halimi, et la recrudescence des viols collectifs et autres violences faites aux femmes.

Télécharger le podcast de l’émission.

Email Twitter Facebook Pinterest Google+ Linkedin

Le nouvel Antisémitisme en France : recension du Monde

Email Twitter Facebook Pinterest Google+ Linkedin

Le nouveau livre où je parle de l’assassinat de Sarah Halimi, d’après le texte publié par Salvator dans L’Islamisme et les femmes. Le Monde me consacre ce petit bout d’article.

“… Collectif se partageant entre essayistes ou écrivains comme Pascal Bruckner, Luc Ferry ou Boualem Sansal, des psychanalystes tels que Daniel Sibony et Michel Gad Wolkowicz, et des universitaires. Le ton adopté est celui d’un cinglant réquisitoire contre « un véritable déni de réalité ».

“Lina Murr Nehmé, une spécialiste de l’histoire du Liban, revient dans sa contribution sur les circonstances de la mort de Sarah Halimi. Elle retrace le parcours de l’assassin, Kobili Traoré, un « caïd dérangé » qui a fréquenté la tristement célèbre mosquée Omar de la rue Jean-Pierre Timbaud, à Paris, dont l’imam a été expulsé de France, en 2012, pour avoir prêché le djihad.

“Pris de délire, et après des semaines de menaces, Traoré parvient à s’introduire chez sa victime dont il connaît la judaïté. Il la roue de coups en criant « Allahou abkar », « le cri du djihad armé »,« lancé la première fois par Mahomet quand il a attaqué les juifs de Khaybar en Arabie », signale l’auteure en s’appuyant sur l’un des six grands recueils d’hadiths. Elle demande aux autorités de lire les hadiths extraits du Coran ou de l’œuvre de différents imams qu’elle a rassemblés, pour décider s’il convient de les interdire.”

Le Nouvel Antisémitisme en France, Paris, Albin Michel, 214 pages, 15 euros

Lina Murr Nehmé, 27 avril 2018

Email Twitter Facebook Pinterest Google+ Linkedin

Discours des Bernardins : Macron inaugure le communautarisme

Email Twitter Facebook Pinterest Google+ Linkedin

A la dernière messe de Pâques en région parisienne, un prêtre, l’air jovial, commence son homélie en disant à ses paroissiens : “Alors ??? ça va, ce soir ??? !” Hier, les rôles étaient intervertis. Le Père Macron, l’air doucereux, s’est attelé à la rude tâche de lire une homélie interminable censée édifier les évêques. Il leur dit : “Je compte sur vous aussi, sur vous tous pour nourrir ce dialogue…” Le dialogue avec qui ? Mais avec les autres communautés !

Vu de Beyrouth, c’est particulièrement comique. La République libanaise reconnaît 18 cultes, et traite avec les chefs des communautés religieuses. Mais la République française ne reconnaît aucun culte ! ! !

Et le problème, quand Macron se rapproche ainsi d’une communauté, c’est qu’il pourra prétexter cela pour opérer un rapprochement avec d’autres communautés. Or la deuxième communauté française sur le plan numérique, c’est la communauté musulmane. C’est donc avec elle que se fera le geste parallèle à celui-ci.

Et la force, dans cette communauté, se trouve dans le camp de ceux qui oppriment les quartiers, notamment les Frères Musulmans (l’UOIF). Macron a quêté leur aide durant sa campagne électorale, et ils ont appelé à voter “massivement” pour lui.

Les Frères Musulmans ne donnent rien pour rien. S’ils ont aidé Macron, c’est qu’il a été généreux. Il l’a montré dans le choix de certains de ses conseillers. Mais visiblement, il va leur donner bien davantage, vu le déséquilibre créé par sa conférence religieuse aux Bernardins. On ne voit d’ailleurs pas quelle peut bien être la raison d’être de cette conférence où Macron servait aux évêques leur propre discours… sinon de permettre un rapprochement semblable avec l’UOIF. (De même que la femme-rabbin française avait été là pour que Macron puisse recevoir la femme-imam danoise, qui a été la seule à être honorée, puisqu’elle seule a eu droit au fauteuil du Président français.)

Durant les élections, le but que poursuivait Macron était la Présidence. Il ne réalisait peut-être pas que les Frères Musulmans (l’UOIF) poursuivaient exactement le même but. Leur Présidence, cependant, s’appelle “califat”.

Car si les Frères Musulmans existent, c’est pour rétablir le califat ou État islamique. Prendre le pouvoir est le but de leur fondation. Or en Occident, cela ne peut se faire que par la voie démocratique. Amar Lasfar, président de l’UOIF, l’explique en quelques phrases enregistrées qu’on peut écouter en suivant le lien suivant : goo.gl/LnxBj6

La stratégie de l’UOIF a été expliquée depuis longtemps par le fondateur des Frères Musulmans, Hassan al-Banna (Voir ses textes traduits dans mes livres « Fatwas et Caricatures » et « Tariq Ramadan, Tareq Oubrou, Dalil Boubakeur : ce qu’ils cachent. »). Elle consiste à prendre le pouvoir par n’importe quel moyen disponible. En Europe, c’est la démocratie. C’est le moyen utilisé par Hitler. Et comme les Frères Musulmans, Hitler avait tout dit, tout écrit à l’avance. Ce sont les chefs des démocraties qui refusaient de le prendre au sérieux. Tout comme ils refusent de prendre au sérieux, aujourd’hui, les textes que distribuent, que lisent, que recommandent les Frères Musulmans.

Lina Murr Nehmé, 10 avril 2018

Photo : AFP

Commander nos livres : boutique

Email Twitter Facebook Pinterest Google+ Linkedin

Strasbourg: Des apprentis djihadistes s’entraînent dans un parc public

Email Twitter Facebook Pinterest Google+ Linkedin

 

Rassurez-vous, la photo ci-dessous n’a pas été prise en France mais en Syrie. Mais il y a tout de même eu, paraît-il, six “barbus en djellaba” qui s’entraînaient à faire le djihad dans un parc public à Strasbourg, poussant des cris de guerre et brandissant des armes factices. Des adultes et non des enfants jouant.

Les habitants du quartier ont appelé la police qui a appris que ces djihadistes amateurs voulaient “venger leurs frères musulmans morts sous les balles”. Ça ne vous rappelle rien?

Moi ça me rappelle l’assassinat de Sarah Halimi. C’est exactement ce qu’a dit Kobili Traoré. Après avoir tué cette retraitée qui ne lui avait rien fait, il avait dit qu’il avait “vengé ses frères”. Comme Kobili Traoré n’avait pas de frère à venger, il fallait comprendre qu’il s’agissait de ses frères en islam. Sarah Halimi était juive, donc sœur des Israéliens. Cette phrase et le cri d’Allahou Akbar m’ont fait penser à un attentat antisémite et m’ont poussée à enquêter dans ce sens, jusqu’à écrire L’islamisme et les Femmes. L’enseignement qu’avait reçu Kobili Traoré à la mosquée voisine, le poussait à faire ce genre de raisonnements. La publicité médiatique faite à des attentats près de lui, les appels des djihadistes et des islamistes à tuer les Français, l’y poussaient aussi.

Dans le parc de Strasbourg, donc, les apprentis djihadistes s’entraînaient apparemment à venger “leurs frères” à la manière dont Kobili Traoré a vengé les siens sur Sarah Halimi. Ils ont accueilli les policiers en leur disant qu’ils allaient “brûler en enfer”. (1)

Mais comme, en France, il n’est pas interdit de jouer, même à la faire le djihad pour venger ses frères musulmans (ce qui implique le meurtre de mécréants), aucune charge n’a été retenue contre ces “barbus en djellabas”.

Que se passera-t-il ensuite? Seront-ils fichés “S”? Surveillés? Ou oubliés comme Mohamed Merah et comme l’assassin de l’héroïque Beltrame ?

L’État pourrait estimer n’avoir pas de conseils à recevoir de ma part. Mais j’ai une demande, et je suis en droit de la faire après avoir annoncé ces tragédies dans des livres qui demeurent actuels. C’est que ces hommes soient surveillés, car ce genre de paroles fait peur, connaissant la littérature dont ils sont nourris et le sens des paroles qu’ils ont dites.

La suite des événements pourrait en effet se révéler bien plus sanglante et douloureuse qu’un simple entraînement d’hommes adultes jouant à la guerre dans un parc public. Car il y a beaucoup de femmes vivant seules comme Sarah Halimi en France, beaucoup de prêtres célébrant leur messe sans surveillance policière, comme le P. Hamel, beaucoup de danseurs allant veiller comme ceux du Bataclan, beaucoup de clients de supermarchés, beaucoup d’écoliers dans des écoles juives comme les enfants tués par Merah.

Un jour, ces six hommes pourraient avoir envie de cesser de jouer à la guerre contre les mécréants, pour commencer à la faire pour de bon. Et alors, il pourrait être trop tard.

Lina Murr Nehmé, 7 avril 2018

Source : https://www.ladepeche.fr/article/2014/10/14/1971980-straasbourg-des-apprentis-jihadistes-s-entrainent-dans-un-parc-public.html

 

Commander nos livres : boutique

Email Twitter Facebook Pinterest Google+ Linkedin

Georges Bensoussan attaqué injustement par Mohamed Sifaoui

Mohamed Sifaoui a traîné en justice l’historien Georges Bensoussan, parce qu’il ne lui permet pas, en tant que juif, de dire une chose que lui, musulman, écrit sous une autre forme.

Georges Bensoussan a dit en effet que les enfants maghrébins tétaient l’antisémitisme avec le lait de leur mère. On peut trouver la formule excessive, mais on ne peut pas dire qu’elle est mensongère. Rachid, chrétien né musulman maghrébin comme Sifaoui, dit la même chose, sous une forme particulièrement dure, comme le montre le passage ci-dessous, extrait de son livre Daech et l’Islam (Ministries Network, 2017).

Et si l’on veut savoir les raisons pour lesquelles la situation des minorités chrétiennes et juives est si terrible dans les quartiers en France, je recommande la lecture de mon livre L’islamisme et les Femmes : Meurtre de Sarah Halimi, Princesses Saoudiennes séquestrées, et autres scandales passés sous silence (Salvator, 2017).

 

Lina Murr Nehmé, 17 mars 2018