Category Archives: Empire ottoman

Attentat de Soueida : pourquoi Daech s’en prend aux druzes

Email Twitter Facebook Pinterest Google+ Linkedin

Parlant de ce massacre de Soueida, qui a fait un grand nombre de victimes druzes, certains ont dit: “Bah! les druzes tuent les chrétiens”. Il faut mettre quelques points sur les i.

Le massacre des chrétiens de Damas, en 1860, a été commis par des sunnites. Il a commencé après le massacre des chrétiens du Liban par les druzes, mais ceux-ci étaient des mercenaires à la solde des autorités ottomanes, comme l’ont reconnu les grandes puissances (voir mon livre: Quand les Anglais livraient le Levant à l’Etat islamique). Et une partie des druzes n’avait pas participé au massacre des chrétiens du Liban.

La communauté druze au Liban est divisée en deux partis fortement opposés, qui s’entretuent à l’occasion (voir les révélations que j’ai traduites dans le même livre). Les Joumblatt, d’origine sunnite, ne sont pas reconnus par la communauté druze, qui les considère comme des intrus.

Enfin, il y a quelques années, Joumblatt a décrété à la télévision la mort de tous les druzes de Syrie parce qu’ils soutiennent le régime (j’ai la vidéo.) Donc il n’est pas possible de dire, au sujet des druzes syriens, qu’ils tuent les chrétiens syriens, puisqu’ils sont dans le même camp.

Non: ce massacre de Soueida frappe toutes les minorités de Syrie, et à terme, vise toutes les minorités du Levant. Le but de Daech et de Nosra est en effet d’unifier la Syrie, le Liban, Israël, la Jordanie et les territoires palestiniens sous sa houlette et sous le nom de “Cham” que leur donnaient les califes. Nosra a le même but, comme le prouve son nom actuel, Fatah el-Cham (“Conquête de Cham”).

Lina Murr Nehmé, 30 juillet 2018

Email Twitter Facebook Pinterest Google+ Linkedin

Portraits de femmes 1 : Mère Teresa aurait-elle pu réussir en tant que musulmane ?

Email Twitter Facebook Pinterest Google+ Linkedin

Née à Skopje en Macédoine — qui faisait alors partie de l’État islamique ottoman — elle était fille de parents albanais. Orpheline de père à 8 ans, elle désire dans son adolescence devenir missionnaire, ce qui n’est pas possible dans l’État islamique : tout musulman converti doit être tué.

À 18 ans, elle se rend en Angleterre et intègre un ordre de religieuses enseignantes à vocation missionnaire. Elle apprend l’anglais et prend le nom de Maria Teresa. Elle est envoyée en Inde, où elle devient professeur dans une école de jeunes filles, dont elle est plus tard nommée directrice.

Mais en fréquentant davantage les Indiens, elle réalise que les Européens sont bien mieux logés et nourris que la majorité indienne. En 1946, elle décide de fonder une nouvelle congrégation, vivant dans une pauvreté totale et partageant la vie des plus pauvres. Des jeunes filles indiennes se joignent à elle. Elles font vœu non seulement d’obéissance, de pauvreté, de chasteté, mais aussi, d’accueil des pauvres. Elles vivent dans un bidonville de Calcutta. Chacune d’elles possède un chapelet, un seau et les vêtements qu’elle porte, costume à mi-chemin entre celui des religieuses occidentales et des femmes indiennes.

Un soir, Mère Teresa trouve un jour une vieille femme qui agonise dans la rue, personne ne voulant s’occuper d’elle. Elle la recueille et la soigne jusqu’à sa mort. Et elle fonde un mouroir pour aider les agonisants trouvés dans les rues, à mourir dans la dignité. Ce n’est qu’une des œuvres fondées par la mère Teresa, à côté d’établissement d’enseignement scolaire, d’orphelinats, d’hôpitaux pour les pauvres.

Ceux qui en bénéficient le plus sont d’abord les Intouchables. Ce sont eux, les plus pauvres en Inde.

Dans la religion hindoue, en effet, la société est divisée en castes. Au sommet, il y a les prêtres, les brahmanes, considérés comme étant les plus purs, les meilleurs. Et au bas de l’échelle, il y a les Intouchables. La caste formée par ces derniers est jugée tellement impure chez les Hindous, que non seulement ses membres sont considérés impurs, mais leur ombre elle-même l’est. Pour justifier la ségrégation qu’ils leur infligent de siècle en siècle, les Brahmanes ont convaincu le peuple qu’il s’agit de personnes ayant commis beaucoup de péchés dans une vie antérieure, et qu’ils sont punis. Donc ils doivent accepter leur sort pour pouvoir se réincarner dans une caste supérieure à la leur. Ainsi, les Intouchables ne peuvent être soignés que par des Intouchables, ils ne peuvent fréquenter les mêmes écoles que les autres, ils ne peuvent exercer des métiers les mettant en contact avec d’autres castes qu’ils rendraient impurs, ils ne peuvent se marier qu’entre eux, et ils vivent dans une pauvreté sordide. Mais bien moins que le mépris dont ils sont victimes.

Si Teresa avait été musulmane, toute son activité aurait été impossible, notamment le vœu de pauvreté et d’accueil des pauvres. Car une femme n’a pas le droit de donner des aumônes sans la permission de son mari ou de son père. Et pour bien d’autres raisons qu’on verra peu à peu dans ma série « Les femmes et l’islam », et qu’on pourra lire progressivement, avec les textes et les références, dans mon livre L’Islamisme et les femmes.

Lina Murr Nehmé, 29 juillet 2018

Email Twitter Facebook Pinterest Google+ Linkedin

Réponse à Nader Allouche: Al-Azhar n’a pas à décider pour les chrétiens d’Orient

Email Twitter Facebook Pinterest Google+ Linkedin

Je suis désolée de devoir dire que ce n’est pas le recteur d’Al-Azhar qui décide de ce que les patriarches des chrétiens d’Orient vont faire, ni avec qui ils vont parler. Je trouve honteux ce post, auquel j’ai répondu comme suit:

Nader Allouche écrit : “Je demande aux autorités musulmanes en premier desquelles Al-Azhar de requérir des Patriarches chrétiens d’Orient, notamment certains bien connus, d’arrêter de chercher une protection extérieure pour laquelle ils se mettent au service d’agendas étrangers ou de la “francophonie”. C’est inacceptable. Si les chrétiens d’Orient veulent la citoyenneté alors qu’ils se lèvent contre les instrumentalisations à l’étranger et en particulier en France de leur nom et de leur cause. Tout le monde sait quels libanais tournent autour de Fillon.”

Ma réponse :
Nader Allouche, ce n’est pas le chef d’Al-Azhar qui va décider ce que mon patriarche, moi, Lina Murr Nehmé, va dire et faire, et à qui nous, chrétiens d’Orient, irons demander de l’aide.
Il est fini, le temps des Ottomans où, sous peine de mort, il était interdit aux chrétiens d’Orient de parler aux chrétiens d’Occident.
Vous voulez ramener le temps de la dhimmitude, mais je suis désolée, ce temps est révolu.Si les autorités islamiques prétendaient peser sur les autorités chrétiennes, nous, le peuple, nous refuserions.
Il est d’autant plus honteux, de votre part, de parler ainsi, qu’en tant qu’ancien journaliste de Sawt El Mada et de Tayyar.org vous savez parfaitement que le frère du patriarche grec-orthodoxe a été enlevé depuis plusieurs années, avec un autre évêque, que les deux ne sont jamais revenus. Est-ce le recteur d’Al-Azhar qui les a ramenés? Est-ce lui qui a empêché leur enlèvement? Est-ce le recteur d’Al-Azhar qui a empêché l’enlèvement des religieuses du couvent de Saydneya? Est-ce lui qui les a ramenées? Est-ce le recteur d’Al-Azhar qui a empêché les massacres de prêtres et de villages chrétiens entiers, enfants compris? Vous me direz que ce sont Daech et Nosra (issue de Daech) qui ont commis ces enlèvements. Je vous répondrai: pourquoi le recteur d’Al-Azhar a-t-il refusé d’excommunier Daech et Nosra, disant au contraire, qu’ils représentent l’islam ?

Lina Murr Nehmé, 6 juillet 2018

Email Twitter Facebook Pinterest Google+ Linkedin

29 mai 1453 : Chute de Constantinople et persécutions

Email Twitter Facebook Pinterest Google+ Linkedin

29 mai 1453: chute de Constantinople dans des flots de sang, qui soumet les chrétiens et les juifs de la capitale de la chrétienté à la dhimmitude. Et qui impose le schisme orthodoxe de par la volonté du sultan. (Ce schisme avait été supprimé par un concile œcuménique, celui de Florence.)

29 mai 1942, les juifs de France sont obligés de porter l’étoile jaune.

29 mai 2014: Proclamation de l’Etat Islamique ou califat, qui impose de nouveau la dhimmitude aux chrétiens et aux juifs, et le massacre aux autres.

J’ai plusieurs autres coïncidences historiques à citer, mais celles-ci suffisent, je pense, pour être, chacune, un rappel des autres. Les juifs devraient savoir qu’ils ne sont pas seuls à être persécutés, les chrétiens le sont aussi.

De même, les chrétiens devraient savoir qu’ils ne sont pas les seuls à être persécutés, les juifs le sont aussi.

Les ressorts de la persécution qui frappe un groupe humain sont subtils, et la persécution se fait quand l’esprit de la personne, matraqué à outrance, est trop fatigué pour résister par des arguments, et il se laisse faire. C’est là la base du lavage de cerveaux.

Il faut refuser ce genre de comportement, quel que soit le groupe humain auquel il s’adresse. Mais d’abord, pour le refuser, il faudrait que chacun de nous voie les ressorts de la persécution en lui-même, et les combatte en lui-même. Sinon, il n’y aura pas de justice. Les juifs continueront à ne voie que la souffrance des juifs, les chrétiens continueront à ne voir que la souffrance des chrétiens, les Palestiniens continueront à ne pas voir ce qu’eux ou leurs ancêtres ont fait aux uns et aux autres.

Et les islamistes continueront à exploiter ce refus de voir la réalité pour soulever les musulmans en particulier, les Occidentaux en général, contre les juifs, comme ils ont fait en 1920. À ceci près qu’en 1920, ils les ont massacrés gratuitement. Lire à ce sujet mon livre Quand les Anglais livraient le Levant à l’Etat Islamique, Salvator, 2016.

Commander 1453, Chute de Constantinople: Mahomet II impose le schisme orthodoxe.

Lina Murr Nehmé, 29 mai 2018

Email Twitter Facebook Pinterest Google+ Linkedin

Le site de Brad bombardé par les Turcs

Email Twitter Facebook Pinterest Google+ Linkedin

Pour illustrer mon livre Si Beyrouth parlait…, j’avais pris cette photo des ruines de la ville morte syrienne de Brad, trois mois avant le début de la guerre syrienne.

Tout récemment, l’aviation turque aurait endommagé ce site de première importance archéologique et religieuse, où se trouve également le tombeau de saint Maron, patron des maronites.

On parle peu des villes mortes de Syrie, dont certaines ont été endommagées par les bombardements. Ceux des Turcs aujourd’hui, et ceuxde leurs alliés depuis 2011. Ces alliés sont essentiellement des djihadistes, notamment l’ASL (Armée syrienne libre), rebuts de l’armée syrienne, et les premiers à avoir procédé à des égorgements devant caméra, et même, à avoir diffusé un acte de cannibalisme filmé.

L’ASL a constitué l’essentiel des effectifs d’al-Qaïda quand celle-ci est venue d’Irak en Syrie pour fonder la branche syrienne d’al-Qaïda appelée Nosra. Nosra est ainsi la fille de Daech.

L’ASL, Nosra, Daech et plusieurs autres organisations terroristes se sont battues entre elles ou contre l’armée syrienne (et souvent aussi contre les habitants) de la région des villes mortes, qui se situe en Syrie, à la frontière entre la Syrie et la Turquie.

On attend cependant la fin de la guerre pour savoir ce qu’il reste vraiment de ce précieux patrimoine archéologique datant des débuts du christianisme.

Lina Murr Nehmé, 26 mars 2018

Email Twitter Facebook Pinterest Google+ Linkedin

Pillage d’Afrin par l’ASL et la Turquie

Email Twitter Facebook Pinterest Google+ Linkedin

Le pillage d’Afrin par les alliés d’al-Qaïda et de la Turquie: l’ASL (Armée Syrienne Libre). L’ASL, ce sont les déserteurs sunnites et islamistes qui refusaient le gouvernement alaouite. Ce sont eux qui, les premiers, ont diffusé des vidéos d’égorgements (de policiers syriens en l’occurrence) , et même, une vidéo dans laquelle un de leurs chefs pratiquait le cannibalisme, mangeant le cœur d’un soldat syrien en faisant crier “Allahou Akbar!” par ses hommes. Ce sont eux que l’Occident appelle “opposition modérée” et a financés et armés contre l’armée nationale qu’ils avaient désertée.

 

Quelques mois plus tard, ils obtenaient une fatwa leur ordonnant de faire le djihad, fatwa qu’ils exhibent toujours. Leur sincérité quand ils prétendaient avoir déserté par patriotisme, a été vite prouvée par le fait que la plupart d’entre eux ont déserté l’ASL parce qu’al-Qaïda, venue d’Irak fonder la branche syrienne al-Nosra, leur offrait davantage d’argent.

Les reporters occidentaux et orientaux ayant rapporté l’existence de ce pillage généralisé de la malheureuse ville syrienne tombée aux mains des Turcs, la direction de l’ASL s’est dépêchée de publier un communiqué interdisant le pillage……… mais le djihad n’implique-t-il pas le pillage des vaincus ? C’est la charia qui le stipule, ajoutant que les femmes et les enfants font partie du butin.

En l’occurrence, l’armée turque, qui donne tout de même les ordres, n’en est pas revenue au stade de barbarie de l’ancienne Turquie ottomane d’avant les Tanzimat, où le butin était la loi officielle, qu’on faisait sans se cacher — et qui est la loi de l’ASL, puisqu’elle a reçu une fatwa de faire le djihad, dans lequel le djihadiste sait que sa récompense sera soit le paradis, soit le butin.

Afrin, comme je l’ai expliqué précédemment, est une ville syrienne frontalière. En l’occupant, la Turquie en fait le clou qui empêche le raccordement des Kurdes de Turquie et de Syrie, la réalisation du Kurdistan, et qui auraient pu se réfugier en Syrie.

Contrairement à une légende répandue, les Kurdes, traditionnellement dans l’opposition, combattent avec le gouvernement syrien parce qu’ils ont, dès le début de la guerre de 2011, demandé et obtenu un nombre substantiel d’avantages, dont des promesses d’autonomie partielle. Les Kurdes d’Irak soutiennent leurs frères kurdes de Syrie, et le risque de voir les Kurdes raccorder le Kurdistan turc au Kurdistan syrien, était pour Erdogan un danger qui a justifié, à ses yeux, des massacres de Kurdes, non seulement près de la Syrie, mais dans d’autres régions de Turquie également. Et, plutôt que de perdre la partie kurde de Turquie, il a préféré envahir une ville syrienne.

(Photo publiée sur Twitter par la journaliste Jenan Moussa, célèbre pour ses reportages du côté des rebelles libyens et syriens.)

Lina Murr Nehmé, 21 mars 2018

Email Twitter Facebook Pinterest Google+ Linkedin

Afrin : Erdogan massacre les Kurdes, silence mondial

La guerre d’Erdogan contre les Kurdes, qu’il massacre dans son pays dans le silence mondial, semble se terminer avec la chute de l’enclave d’Afrin aux mains d’Erdogan. Cette chute empêche la jonction entre le Kurdistan turc et le Kurdistan syrien et permet à Erdogan d’isoler les Kurdes turcs et de les empêcher de fuir en Syrie, ou d’en recevoir de l’assistance.

Les médias parlent pudiquement des “alliés syriens d’Erdogan” pour minimiser l’impact de cette perte, par l’Etat syrien, d’une partie de son territoire. Comme nous sommes beaucoup moins diplomates qu’eux, nous allons nommer ces alliés: les plus forts d’entre eux ne sont pas du tout les milices financées par Erdogan, mais bien al-Qaïda, et dérivés, Daech et surtout, en l’occurrence, Nosra.

Les islamistes n’aiment aucun régime sunnite, et surtout pas celui d’Erdogan, qui se réclame officiellement d’Atatürk, tout en détruisant son héritage en ramenant celui du sultan ottoman. Mais face à une même victime, les bêtes de proie s’allient. Après, elles se disputeront. Nous devons donc nous attendre à ce qu’al-Qaïda provoque une seconde bataille pour arracher Afrin à Erdogan. Le choix, en somme, entre la peste et le choléra.

 

Lina Murr Nehmé, 18 mars 2018

L’armée turque encercle Afrin (13 mars 2018)

L’armée turque annonce qu’elle a totalement encerclé Afrin, c’est-à-dire qu’elle a opéré la jonction avec le Hayat Tahrir Cham (al-Qaïda) pour couper cette localité syrienne du nord d’Alep, de son gouvernement.

Afrin est une petite ville de moins de 40 000 habitants, mais le district d’Afrin, qui est concerné, en compte 172 095. Il est surtout peuplé de Kurdes (alliés, comme toutes les minorités en Syrie, avec l’actuel gouvernement syrien). J’ai été frappée de voir que dans la littérature de Daech (al-Qaïda), les PKK, Peshmergas et autres, sont autant salis que le gouvernement syrien, et les statistiques où Daesh se vante de ses massacres, citent le PKK, les Peshmergas et Assad ensemble. Ce n’est pas du tout cela qu’on voit en Occident, où les PKK et Peshmergas sont montrés comme les “bons”, et Assad, comme le “mauvais”. Ils se battent pourtant côte à côte et pour la même cause. Mais il est vrai que les Kurdes, n’étant pas au pouvoir, ne sont pas responsable du fait qu’en matière de pétrole, Assad n’a pas accepté de privilégier l’Arabie Saoudite à l’Iran. L’alliance des minorités. Ainsi, la tragédie des Kurdes est bel et bien racontée, mais non des autres Syriens, alors qu’elle est strictement identique.
Or pour les sociétés pétrolières d’Occident, qui influent sur les gouvernements et sur les médias d’Occident, c’est essentiel, car la différence de prix que peut représenter le transport, peut se chiffrer par millions de dollars. Or la guerre contre Assad a pour but d’obtenir pour le gaz du Golfe, par la force, le passage à travers la Syrie qui lui a été refusé par la diplomatie. Le chaos en Syrie, ne l’oublions pas, est financé surtout par ces pays dont le pétrole et le gaz est concerné.

 

Lina Murr Nehmé, 13 mars 2018

Mevlut Cavusoglu: “Nous ne sommes pas la France…”

Le ministre turc des Affaires Etrangères Mevlut Cavusoglu a dit : “Nous ne sommes pas la France, qui occupa l’Afrique.”
Il dit vrai. La Turquie a occupé le Moyen-Orient, Constantinople, l’Europe de l’Est, une grande partie de l’Asie et de l’Afrique, et a tué des millions de chrétiens et de non-chrétiens en Asie, en Europe, en Afrique.

وزير الخارجية التركية قال: “نحن لسنا فرنسا التي احتلي افريقيا”. هذا صحيح، فقد احتلت تركيا اكثر من ذلك بكثير. احتلت الشرق الأوسط، والقسطنطينية، وأوروبا الشرقية، وقسما كبيرا من آسيا، وقتلت الملايين من المسيحيين وغير المسيحيين في آسيا، وأوروبا، وأفريقيا.

The Turkish Foreign Minister Mevlut Cavusoglu said: “We are not France, which occupied Africa.”
He is right. Turkey occupied the Middle East, Constantinople, Eastern Europe, a large part of Asia and Africa, and killed millions of Christians and non-Christians.