Category Archives: Renaissance italienne

Infériorité de la femme dans le judéo-christianisme ?

Email Twitter Facebook Pinterest Google+ Linkedin

Une légende veut que la femme dans le judéo-christianisme soit un être inférieur. Si vous remarquez l’art chrétien médiéval, il est rarissime de voir le serpent représenté par une femme. C’est à la Renaissance, avec le retour des idées grecques et romaines de supériorité du sexe masculin (avec les idées aussi de supériorité de la “race” et de l’inégalité des humains en général), que la façon de dessiner cet emblème biblique du mal a changé.

Michel-Ange, Raphaël donnent ainsi au serpent un corps de femme dans leurs fresque et mosaïque de la Sixtine et des Stances. Michel-Ange va encore plus loin: il montre Eve après le péché, comme étant devenue le diable: elle acquiert le visage, la peau brune et la couleur rousse et la texture des cheveux du serpent. Or dans la même Sixtine, Michel-Ange dessine le Christ, Dieu des chrétiens, avec le visage d’Adam. En d’autres termes, l’homme est devenu Dieu, la femme est devenue Diable. C’est totalement hérétique d’après le vrai texte biblique, où le serpent n’est pas présenté comme un être sexué, et s’il l’est, il est de sexe masculin, puisque la Femme est présentée comme étant son ennemie en tant que femme: “La descendance de la Femme t’écrasera la tête, et toi, tu l’atteindras au talon”. D’où la représentation de la Vierge de cette façon, le pied écrasant le serpent.
La femme n’est même pas présentée, dans le texte biblique, comme étant inférieure ou soumise à l’homme de façon naturelle, au contraire, puisque la malédiction (qui est en fait présentée comme une description) dit: “Ta convoitise te poussera vers lui, et lui dominera sur toi”. C’est d’ailleurs ce que reproche Marguerite Yourcenar aux femmes: chercher à plaire en n’étant plus elles-mêmes, pour capter l’attention.
Quant à l’égalité des sexes dans le même texte, elle est dite dans la phrase “Dieu créa l’homme à son image, homme et femme il les fit”, reprise par le Christ. Michel-Ange et l’esprit de la Renaissance en général, ne considèrent pas du tout que la femme est à l’image de Dieu, comme le montre la peinture ci-dessous.

Lina Murr Nehmé, 20 mai 2018

Email Twitter Facebook Pinterest Google+ Linkedin