Tag Archives: Traité de Taef

lettre de Michel Aoun à François Mitterrand en 1989

Email Twitter Facebook Pinterest Google+ Linkedin


Suite à mon article d’hier, montrant Mitterrand accueillant des hors-la-loi à égalité avec le Président libanais en 1984, voici comment Mitterrand traite la légalité libanaise en 1989.

Cette fois, elle est représentée par Michel Aoun, Premier ministre d’un Cabinet exerçant les pouvoirs présidentiels à titre intérimaire.

Les Saoudiens prétendent imposer au Liban une nouvelle constitution made in Saudi Arabia. Pour cela, ils ont réuni à Taef, ce qui restait du Parlement élu en 1972, par la génération précédente — et qui n’est plus valide depuis 1976. Ils leur ont fait signer cet accord qui dépouille les chrétiens de tout pouvoir et, pire, légalise l’occupation syrienne d’une partie du Liban.

La Constitution libanaise a été violée une dizaine de fois pour rendre cela possible. De façon toute aussi illégale, les ex-députés élisent ensuite un Président en région sous occupation syrienne. Il n’est évidemment pas valide, à cause de ces violations de la loi et de la Constitution, que j’ai détaillées dans mon livre “Du règne de la Pègre au réveil du Lion”. Mais c’est lui que Mitterrand a reconnu.

Dans une lettre écrite alors que ces événements sont encore récents, Aoun pense émouvoir Mitterrand en lui rappelant les manifestations du voile à Paris, et en lui disant qu’il y aura une confrontation entre l’islamisme et le monde occidental avant la fin du siècle. Voici leur échange épistolaire:

Lina Murr Nehmé, Du règne de la Pègre au réveil du Lion, Beyrouth 2009

Lettre envoyée par le Premier ministre libanais Michel Aoun au président François Mitterrand, le 29 octobre 1989

« Une défaite, ici, maintenant, ne sera pas sans conséquences, chez vous, demain. J’ai lu la semaine dernière que trois tchadors bouleversaient la France. Une des grandes affaires de notre siècle finissant sera, à n’en pas douter, la confrontation entre l’islam et la chrétienté. Il y aura dialogue, ou pas. Accepter la disparition du Liban, c’est se priver d’une terre où ce dialogue a été depuis longtemps plus qu’une réalité quotidienne, une culture constitutive…

« J’ai aujourd’hui un véritable problème de conscience. Vous avez, naturellement, été informé de l’essentiel des accords de Taëf. On me dit que la diplomatie française, comme celle de toutes les grandes puissances, est en faveur de leur mise en œuvre très rapide. J’ai fait savoir publiquement que je n’avais aucune objection aux plans de réforme politique qu’ils comportent. En revanche, quand je lis les textes complets et les formules censées s’appliquer à la restauration de l’indépendance libanaise, à la fin des occupations étrangères et à la définition des rapports futurs avec la Syrie, je suis profondément inquiet. Ai-je, encore une fois en conscience, après des années d’attente et de sacrifices, ai-je le droit d’accepter ces phrases qui consacrent le rôle de la Syrie, placent pratiquement tous les gouvernements sous son influence, donnent pour la première fois par écrit une justification à sa présence et à son action, avec uniquement pour son retrait des calendriers vagues et des engagements ambigus ? N’est-il pas légitime et indispensable que des précisions publiques, internationalement garanties, soient apportées à cet accord ? Actuellement, la Syrie peut interpréter ce texte comme elle le veut. Les Libanais sont désarmés. On me demande des gestes de compréhension. Ils ne peuvent être dans ce contexte que des gestes d’abandon…

« Vous connaissez les circonstances de la réunion de Taëf et les pressions exercées. Les députés présents à Taëf n’ont pas reçu l’investiture du suffrage universel depuis 1972. Aucun Libanais de moins de 40 ans n’a pu voter pour eux. Ces députés peuvent-ils vraiment engager l’avenir du Liban ? »

Réponse que Mitterrand dit avoir envoyée à Aoun

Le 10 décembre, Mitterrand déclara avoir écrit à Aoun que Hraoui, élu par un Parlement dissous, est légitime :

« La légitimité appartient au Président et au gouvernement issu du choix du Parlement, en application des accords de Taëf».

Qui était-il pour prétendre que dans une démocratie, la légitimité n’appartient pas au peuple, mais à ce qui reste du Parlement élu par la génération précédente, qui a empiété sur les prérogatives du gouvernement en négociant ce traité, et commis un crime de haute trahison en livrant une partie du pays à l’occupant ? L’Occident refusait aux Libanais des élections libres, car un Parlement représentatif aurait rejeté Taëf et mis les importations de pétrole en danger.

Lina Murr Nehmé
Extrait de “Du règne de la Pègre au réveil du Lion”, (lettre ouverte à monsieur Sarkozy), Beyrouth, 2009

Fac-similé tiré du livre de Lina Murr Nehmé
“Du règne de la Pègre au réveil du Lion”, (lettre ouverte à monsieur Sarkozy),
Beyrouth, 2009


Email Twitter Facebook Pinterest Google+ Linkedin