Tag Archives: terrorisme

En France, Les vrais pauvres ne sont pas criminels

Email Twitter Facebook Pinterest Google+ Linkedin

D’après une étude citée par Xavier Raufer, la pauvreté n’est pas dans les banlieues mais dans la France rurale, là où on ne vole pas de voitures, où on n’en brûle pas non plus, où il n’y a pas de violences, ou très peu. Donc la violence des banlieues, notamment en 2005, ne s’explique pas par la pauvreté, contrairement à ce que prétendent ses défenseurs.

Je l’ai d’ailleurs expliqué dans Fatwas et Caricatures​ en citant les textes d’al-Qaïda qui appelle à nuire aux “mécréants” en brûlant leurs voitures comme un genre de djihad (ci-dessous, fac-similé d’une page de Fatwas et Caricatures).

Xavier Raufer ajoute que les cinq département les plus pauvres de France, ceux où les gens ont des maisons qui croûlent, où les prestations sociales ne sont pas reçues parce qu’elles sont inconnues, sont des départements de la France rurale comme le Cantal.

Il en conclut que la justification que fait Victor Hugo de la violence dans “Les Misérables”, en l’expliquant par la pauvreté, n’est pas vraie.

C’est déjà ce qu’avait prouvé René Girard dans “Mensonge romantique et vérité romanesque”: Hugo et les romantiques sont de grands menteurs, contrairement à Dostoïevski, Shakespeare et même Flaubert, qui dissèquent les tréfonds de l’âme humaine, et montrent ce que l’homme a de moins beau.

Je sais que bien des mouvements sociaux justifient leur violence à la Victor Hugo, par la pauvreté, ou par leur prétention à jouer les Robin des Bois. C’est bien à ce titre qu’al-Qaïda et les caïds des quartiers appellent à frapper, à casser, à tuer du Blanc. Mais ce n’est pas vrai. La pauvreté n’a rien à voir avec le crime, comme le montre le fait que la violence, chez les enfants d’une même famille, ne soit jamais justifiée par la nécessité, mais par la jalousie. Il en est de même à l’école: c’est la jalousie ou le mépris — et non la différence de richesse — qui pousse des enfants à être agressifs. Il y a aussi l’idée qu’en étant violent, on sera grand et admiré. Et c’est vrai que les plus violents sont souvent les caïds de la classe. C’est cet instinct sur lequel cherche à jouer al-Qaïda quand elle appelle à frapper les mécréants, et qu’elle fait une publicité glorieuse aux assassins.

Mais cela n’est nullement justifié par la pauvreté. Les victimes de Daech et d’al-Qaïda n’ont pas été triées en fonction de leur richesse. Elles sont toujours plus pauvres que leurs bourreaux. C’est notamment le cas avec les coptes tués au bord de la mer: des ouvriers tués par des gens plus riches qu’eux, souvent instruits et venus d’Occident, comme l’Anglais Emwazi. En Orient, ce sont les riches qui sont instruits. Les familles d’ouvriers, en Egypte, n’ont généralement pas de quoi instruire leurs enfants.

De même, Oussama Ben Laden et la plupart des terroristes du 11 septembre étaient des riches, souvent instruits. Et s’ils ne sont pas nés riches, les terroristes le deviennent en s’appropriant les biens de leurs victimes. Les veuves et les orphelins de leurs victimes, qu’ils vendent comme esclaves, contribuent à cette richesse. En tout cas, ils sont nettement plus riches que leurs victimes. Ce ne sont que des brigands: les prétextes sociaux n’ont rien à voir avec le véritable mobile de leurs crimes. C’est pourquoi al-Qaïda recrute surtout dans les prisons.

De même, les victimes françaises de la haine des islamistes ne sont pas les riches “bobos” qui les font travailler — et qui d’ailleurs leur obtiennent tous ces avantages sociaux dont sont dépourvus les Français de la France profonde. Ceux que les islamistes accusent sont plutôt les pauvres, si pauvres qu’ils ne peuvent pas déménager de quartiers d’où les autres non-musulmans sont partis.

Et quand les islamistes haïssent les Français moyens, ne s’agit-il pas de ces Français qui vivent à la campagne et n’ont pas accès aux transports en commun dont sont pourvus les immigrés des banlieues? (Les transports en commun sont un grand facteur de richesse, quand vous calculez ce que cela coûte de se déplacer, surtout quand il n’y a pas de commerce à proximité.)

Ces pauvres de la France profonde n’ont même pas accès aux prestations sociales réservées aux plus démunis, car l’Etat n’a pas pris la peine de les informer de leur existence… alors que dans les quartiers, les islamistes se chargent d’informer les leurs.

Lina Murr Nehmé​

Email Twitter Facebook Pinterest Google+ Linkedin


Incendie de Notre-Dame et paradis djihadiste

Email Twitter Facebook Pinterest Google+ Linkedin

Vous souvenez-vous de cet attentat aux bonbonnes de gaz projeté par des filles contre Notre-Dame de Paris ? Ces filles sont actuellement jugées. Quelle sera la sentence ? Pas grand-chose, on peut en être sûr. À terme du moins.

L’attentat projeté par ces filles n’a pas réussi, il n’a même pas abouti. Et s’il avait réussi ? Et s’il avait abouti et avait incendié Notre-Dame? Gageons qu’on aurait parlé dès la première heure d’un incident de chantier !

Il est criminel de se taire face à cette multiplicité d’attentats, sous prétexte que ce sont des attentats contre des chrétiens (ou des juifs). Car s’il s’était agi d’une mosquée, se serait-on tu ? Dans mon livre L’islamisme et les Femmes, j’ai donné des exemples: quand des tags sur une mosquée ont ému tout le monde politique du pays, alors que la profanation de l’église voisine, l’étendard islamique sur son toit et les tentatives répétées d’assassinat du curé, n’ont presque pas été mentionnés. Dites-moi ce qui est le plus important: une vie humaine ou un mur ? Et quand on cherche à brûler Notre-Dame durant le jour, comme comptaient faire ces filles, ne sont-ce pas des dizaines, parfois des centaines de vies humaines qui sont en jeu ?

Le laxisme du pouvoir n’est pas seulement criminel envers les vicitmes, qu’il s’agisse d’édifices ou de personnes. Il est également criminel envers les coupables. Ce laxisme est un véritable encouragement au crime. D’ailleurs, oublions les victimes. Supposons que les chrétiens et les juifs soient des riens, et qu’il soit juste de pleurer davantage sur le climat que sur une Sarah Halimi ou sur l’assassinat d’un professeur, ou encore sur la tentative d’assassinat d’un curé. Supposons que ceux-là n’aient pas de valeur, qu’ils soient des citoyens de seconde zone. Est-ce que la vie du terroriste ou d’un autre criminel, n’est pas ruinée parce qu’il a vu, ou cru que la loi ne serait pas appliquée si la victime, ou l’édifice ciblé, était chrétien ou juif ?

Sarah Halimi, retraitée assassinée à Paris aux cris d’ “Allaou akbar!”
John Dowling, professeur d’anglais assassiné à Courbevoie aux cris d’ “Allaou akbar!”

Je n’ai pas oublié Sarah Halimi, tuée aux cris d'”Allahou Akbar!”. Je n’ai pas oublié John Dowling, le professeur d’anglais tué à Courbevoie aux cris d'”Allahou Akbar!” aussi. Et si j’estime qu’il faut être débile pour commettre des crimes pareils, je pense que la cour qui ne les châtie pas est la première criminelle. Car la loi a été établie pour servir de parapet, pour protéger le criminel lui-même contre ses propres instincts, avant de protéger la société. Car c’est lui, la première victime. Que son attentat réussisse ou échoue. C’est lui dont la vie est ratée. Et dites-moi, on a promis aux garçons djihadistes d’aller dans un paradis où il y a des houris s’ils sont tués au djihad. (Encore que je n’aie jamais entendu parler d’un homme qui soit revenu pour le confirmer.)

Et aux filles djiadistes qui se font exploser, qu’a-t-on promis? Le savez-vous, mesdemoiselles? On vous a promis que vous auriez un palais de pierreries et des servantes houris; mais je crois qu’on ne vous a pas dit ce que ces messieurs prédicateurs disent aux hommes (Only for men): “Votre cher mari, seigneur et maître sur terre, passera son temps à vous tromper avec les houris vos suivantes !”

Excusez-moi, mais comme vous êtes sottes !

Lina Murr Nehmé,
mardi 24 septembre 2019

Email Twitter Facebook Pinterest Google+ Linkedin

Lettre ouverte à M. Mikati, par Lina Murr Nehmé

En juillet 2012, les événements accompagnant la libération de Chadi Mawlawi étaient tellement scandaleux que j’ai alors publié une lettre ouverte au Premier ministre de l’époque, Nagib Mikati.
La tragédie qui se déroule en ce moment à Tripoli, et les déclarations de Mikati me poussent à la publier de nouveau.
Car l’homme qui vient de diriger la bataille contre l’Armée libanaise à Tripoli est ce même Chadi Mawlawi qui avait été libéré deux ans plus tôt, de façon à la fois incroyable et inacceptable:

Monsieur le Premier Ministre

Il y a quelques semaines, Chadi Mawlawi fut arrêté dans un immeuble appartenant au ministre Safadi. Les salafistes, outrés, mirent votre ville, Tripoli, à feu et à sang.

Ce n’est pas à moi, c’est au corps judiciaire de dire si les accusations contre Mawlawi sont fondées. Cependant, j’ai le droit de refuser de croire qu’un homme est innocent quand il consent à ce que ses amis le libèrent de prison en plongeant sa ville dans la guerre, tuant cinq personnes, et en blessant beaucoup d’autres. Un homme qui n’a rien à voir avec le crime, ne remercie pas ses amis parce qu’ils ont tué des innocents pour le servir. Car cela fait de lui leur complice et lui fait porter la responsabilité de leurs meurtres.

Le corps judiciaire a libéré Chadi Mawlawi à cause de pressions venant de vous, M. Mikati, et de M. Muhammad Safadi. Vous êtes, tous deux, des hommes très riches. Chacun de vous craint de perdre une partie de sa fortune. Chacun de vous prépare  les élections. Je peux comprendre tout cela. Mais mon devoir est de vous dire la vérité, aussi riches que vous soyez, aussi proches que les élections soient. Il n’est pas à l’honneur d’un Premier ministre libanais de fortifier les assassins des innocents, aux dépens de la sécurité publique, de l’Armée libanaise, et des citoyens de Tripoli. Votre devoir est de punir ces meurtriers et d’imposer la loi et l’ordre, comme le désire la majorité silencieuse à Tripoli. Et Tripoli est la seconde ville du Liban. Elle mérite la paix comme Beyrouth, monsieur le Premier ministre.

Lebanese Army Tripoli

Et vous ne vous êtes pas contenté de protéger des assassins en faisant pression sur le corps judiciaire afin de libérer Chadi Mawlawi. Vous avez encore plus affaibli l’autorité de l’Etat en opposant, à Tripoli, l’Armée libanaise aux Forces de Sécurité libanaises. Mawlawi put donc dire que “L’Etat libanais ne peut se permettre de ne pas plaire aux sunnites”, comme si l’honorable communauté à laquelle il appartient était supérieure aux autres communautés libanaises.

Et les ministres de se précipiter à la porte du tribunal, et chacun d’eux d’offrir à Chadi Mawlawi les services de sa voiture. C’est ainsi que se précipitent les chauffeurs de taxi à l’aéroport, quand ils voient un voyageur.

Safadi gagna: c’est sa voiture ministérielle que Mawlawi élut pour se transporter à Tripoli.

Shadi Mawlawi free

Votre voiture, monsieur le Premier ministre, fut refusée. Mais vous avez reçu Mawlawi à votre domicile. Nous avons lu dans certains journaux que vous lui avez offert 10.000 dollars. Votre bureau a démenti l’information par la suite : vraie ou fausse, elle vous aurait fait beaucoup de tort, si elle avait circulé en ville.

Et vint le temps de la commémoration annuelle du massacre de Halba. Mais les salafistes décidèrent d’organiser une autre cérémonie dans un endroit non loin de là. L’armée fut donc envoyée pour empêcher les hommes d’apporter des fusils, afin de protéger toute personne voulant participer à une des deux cérémonies.

Nous savons tous que, quand l’Armée est envoyée dresser un barrage sur la route, elle reçoit l’ordre de tirer sur les pneus de tout véhicule dont le conducteur refuse d’arrêter son moteur. Et de tirer sur les occupants dudit véhicule, si, malgré les pneus crevés, ils continuent à circuler ou tirent sur les soldats.

Un convoi de deux voitures passa devant le barrage dressé par l’Armée à Koueikhate. Le coffre arrière d’une de ces automobiles contenait un grand nombre de fusils, et son conducteur ne s’arrêta pas quand les soldats lui en donnèrent l’ordre. Les occupants de la voiture tirèrent sur les soldats, et en blessèrent un. Les autres soldats ripostèrent et tuèrent les deux oulémas salafistes. L’un d’eux était le cheikh Ahmad Abdul-Wahed, célèbre parce qu’il avait fait passer en contrebande des armes pour le Fatah al-Islam (organisation palestinienne relevant d’al-Qaïda) alors en guerre contre l’Armée libanaise à Nahr al-Bared.

Sheikh Abdel Wahed

Les photos du soldat libanais blessé n’ont pas été communiquées à la presse. Pourquoi? Parce qu’elles auraient prouvé que l’armée a fait son devoir, et qu’on lui a tiré dessus avant qu’elle ne tire?

Des pressions ont alors été exercées par la populace dans la rue, et par vous aussi, monsieur le Premier ministre. Et les militaires qui avaient obéi aux ordres, furent arrêtés.

L’Armée ne fit rien pour les défendre. Pourquoi ? Peut-être par peur de certains politiciens dont la puissance et le financement viennent de pays étrangers. Mais les militaires libanais aussi ont besoin de sécurité. Sécurité quand ils obéissent aux ordres. Si ces ordres étaient mauvais, il fallait punir ceux qui les avaient donnés, pas ceux qui les avaient exécutés.

Ainsi, vous avez libéré l’homme inculpé pour crime, et jeté en prison ceux qui avaient obéi aux ordres. Après cela, monsieur Mikati, vous avez décidé de libérer les salafistes qui avaient été arrêtés après les événements de Nahr el-Bared.

Pour justifier l’intérêt que vous et le ministre de l’Intérieur portiez à ces prisonniers et non aux autres, on a dit qu’ils avaient été en prison durant cinq ans.

Mikati_Tripoli

Nous voulons que la loi soit appliquée. Nous voulons que les inculpés soient libérés après une certaine période, s’ils n’ont pas été jugés. Mais pourquoi voudriez-vous libérer les musulmans salafistes et non les musulmans qui ne sont pas salafistes ? Pourquoi libérer les musulmans salafistes et non les hommes appartenant aux autres communautés ? Dans cette même prison of Roumieh, il y a des hommes qui attendent depuis sept ans, et ils n’ont pas encore été jugés. Parmi eux, certains ont été arrêtés pour avoir volé 100.000 livres libanaises seulement (50 €) et non parce qu’ils appartiennent à une organisation terroriste qui a tué des civils et des militaires libanais.

Quelques jours plus tard, le Premier Juge d’Instruction militaire, Riad Abou Ghida, libéra les officiers qui avaient été arrêtés après la mort du cheikh Ahmad Abdul-Wahed et son compagnon. Alors les salafistes menacèrent de mettre de nouveau à feu et à sang Tripoli et le Nord. Alors vous êtes intervenu, vous, monsieur le Premier ministre qui ne cessez de craindre pour votre popularité électorale à Tripoli, et pour vos milliards de dollars investis en Arabie Saoudite. Et le Premier Juge d’Instruction militaire arrêta de nouveau les officiers.

Aucun pays ne peut tolérer un acte aussi tyrannique, monsieur Mikati. Son but est de ruiner le moral de l’Armée pour qu’elle cesse de protéger le pays. Ainsi, le Liban devient sans défense quand vient le temps de le transformer en… en quoi ? Peut-être en cette République islamique salafiste que réclament la plupart de ceux qui ont manifesté contre la libération des officiers.

Il aurait été moins nuisible pour la réputation de l’Etat, de ne pas libérer les officiers du tout.

Maintenant, la majorité au Liban, toutes religions confondues, est en colère. Mais écouterez-vous sa voix, la voix de la conscience, davantage que celle de la minorité qui brûle des pneus et tue des innocents?

Monsieur Mikati, régnez-vous sur la République d’Al Capone, qui défendait les assassins et abandonnait la majorité innocente?

 Lina Murr Nehmé

Cette lettre ouverte fut publiée par Elnashra, le 16 juillet 2012. Le ministre Safadi me répondit par le biais du même média. Il ne démentit rien de ce que j’avais écrit, excepté ceci: selon lui, Chadi Mawlawi n’aurait pas utilisé sa voiture pour aller à Tripoli.
Dans ce cas, pourquoi le ministre Safadi n’a-t-il pas contredit les reporters des télévisions qui avaient retransmis en direct la libération de Mawlawi, et avaient dit que Mawlawi avait utilisé sa voiture? C’est d’eux que je tiens le renseignement.

Email Twitter Facebook Pinterest Google+ Linkedin