Tag Archives: Kobili Traoré

Sarah Halimi : L’assassin et les textes

Email Twitter Facebook Pinterest Google+ Linkedin

Sarah Halimi, retraitée juive, a été assassinée en 2017 par son voisin Kobili Traoré qui récitait le Coran et des «Allahou Akbar». Au début, silence complet sur l’acte terroriste: l’assassin est prétendu irresponsable au moment du crime.

Sarah Halimi était femme et perçue comme étrangère par ses voisins musulmans, à cause de la propagande qui se diffusait dans la mosquée voisine. 40 pages de mon livre L’islamisme et les Femmes parlent de cette mosquée, de ses tenants, de son influence sur le quartier, de Kobili Traoré, de ce qu’il avait appris dans cette mosquée et dans les sermons et entretiens des tablighis qui la tenaient; et enfin, décrivent le meurtre et expliquent le sens religieux des paroles de Kobili Traoré au regard de l’enseignement qu’il avait reçu; la croyance au djinn, à la roqya, opération violente d’expulsion du djinn, etc., l’assassinat de Sarah Halimi ressemblant à une roqya. Et enfin, comprendre ses paroles à la lumière des textes qu’il révérait, notamment dans leurs passages concernant les juifs.

S’être donnée tant de mal, et apprendre, pour finir, que c’est pour rien, et que Kobili Traoré pourrait être déclaré pénalement irresponsable?

Non seulement c’est une injustice (car si Sarah Halimi avait été une musulmane tuée par un juif au son de phrases du Talmud, il n’y aurait pas eu ce silence), mais il y plus grave, bien plus grave: le risque que cette déculpabilisation amène une répétition de cette tragédie.

Car les candidats au meurtre religieux connaissent parfaitement les textes que j’ai épluchés dans L’islamisme et les Femmes, et que la justice française se refuse à prendre en considération.

En voyant la justice française, et ceux qui l’ont influencée, passer outre ces textes pour faire de l’effet de la drogue une “circonstance atténuante”, ils comprennent qu’il leur suffira de fumer du cannabis et d’aller tuer des juives ou des chrétiennes pour qu’on puisse dire qu’ils sont irresponsables.

Pour conclure, je cite Anne-Sophie Chazaud à laquelle il “semblait pourtant que «assassin» venait de l’arabe «Hashīshiyyīn», qui fume du haschisch… Et curieusement, d’habitude, la prise de stupéfiants ou d’alcool, est précisément considérée comme une circonstance aggravante du crime. Subitement, cela devient un quitus. Elle est pas belle la vie ?” conclut-elle avec une ironie noire.

Non, elle n’est pas belle, la vie. Elle est de plus en plus horrible. On va jusqu’à encourager la drogue en dépénalisant l’assassin de Sarah Halimi sous prétexte qu’il était drogué.

Pourtant, la drogue n’abolit pas l’antisémitisme du meurtre de Sarah Halimi. (Cf le livre précité.) Les candidats au meurtre religieux savent parfaitement que l’assassinat de Sarah Halimi était antisémite. Et que la justice française n’a pu dire le contraire, sauf en passant outre l’existence de données sociologiques et religieuses de premier plan.

Lina Murr Nehmé, 21 mars 2019

Email Twitter Facebook Pinterest Google+ Linkedin

Affaire Sarah Halimi : Kobili Traoré ne sera pas jugé

Email Twitter Facebook Pinterest Google+ Linkedin

Donc Kobili Traoré, après un service de réhabilitation dans un département de psychiatrie, sera remis en liberté, et ni prison ni procès. À ce moment, les Français auront oublié la tragédie de Sarah Halimi, une fois de plus. On pourra alors s’attendre à voir passer inapercue cette mise en liberté d’un individu qui, psychologiquement responsable ou non, pourrait récidiver.

À ce moment, Kobili sera-t-il surveillé de façon à ne pas récidiver? Dans L’islamisme et les Femmes, j’ai expliqué, et prouvé que le principal problème de Kobili Traoré n’était pas psychique, il était beaucoup plus grave que cela. Faute d’avoir fait le bon diagnostic, on ne pourra pas le guérir de façon définitive. On le débarrassera des symptômes, non de la maladie. Ensuite se posera la question de savoir si les services débordés seront vraiment en mesure de le surveiller d’assez près pour découvrir le moment où le problème réapparaîtra.

Et c’est là la tragédie. Car nous avons vu 19 fichés “S” («sûreté de l’Etat») passer à l’acte. Les plus célèbres : Mohamed Merah à Toulouse et Montauban en 2012, les frères Kouachi à Paris en janvier 2015, Ayoub El Khazzani qui a attaqué un train Thalys en août 2015, Adel Kermiche qui a égorgé le Père Hamel en juillet 2016, Sarah Hervouët et Inès Madani qui avaient rempli une Peugeot 607 de six bonbonnes de gaz et de deux bidons de pétrole en septembre 2016 non loin de la cathédrale Notre-Dame de Paris, et y avaient mis le feu pour faire tout exploser. En réalisant que le feu n’avait pas pris, elles étaient revenues vers la voiture pour reprendre l’allumage. C’est alors que, croyant voir des policiers en civil, elles avaient pris la fuite. Vainement recherchées par la police, elles avaient été retrouvées après avoir, quatre jours plus tard, attaqué des policiers au poignard. Récemment, Redouane Lakdim, lui aussi fiché « S », a commis les attentats de mars 2018 à Caarcassonne et à Trèbes, égorgeant le lieutenant-colonel Beltrame en criant « Allahou Akbar ».

Certes, Kobili Traoré n’était pas radicalisé comme tout ce monde, mais il n’était pas dans un état meilleur. J’ai décrit dans mon dernier livre, L’islamisme et les Femmes, dans quel état de harcèlement on l’avait mis, et j’ai expliqué, pas à pas, les raisons pour lesquels une telle situation peut exister en France.

Je pensais que mon livre aiderait la vérité à se faire au sujet de l’affaire Sarah Halimi, mais mon livre a été enfoncé dans le silence, tout comme la tragédie de Sarah Halimi elle-même. Et, je pense, pour les mêmes raisons. Car c’est l’occultation des informations que fournit l’enquête dans mon livre qui a permis à la juge de prétendre que Kobili Traoré était irresponsable. Si ces informations avaient été mises à la portée du grand public, cela n’aurait pu se faire.

Nous vivons dans une spirale suicidaire dans laquelle le signal douloureux ne parvient plus à destination parce qu’il est désagréable. Mais sans la douleur, comment saurait-on qu’il y a une blessure, un danger de mort? Si la douleur n’était pas désagréable, comment éviterait-on la mort? Je vois notre société comme un malade si gravement atteint qu’il n’a plus la notion de la douleur quand il est frappé par une arme ou par un mur. Le mal a rongé si profondément ses chairs que sa sensibilité est partie: les médias font tout oublier en parlant de football et de défilés de mode, et la société accepte cela.

Seulement, voilà. Cette lâcheté, ce refus de juger Kobili Traoré par peur de dévoiler les véritables raisons de son mal, multiplient le risque que la tragédie de Sarah Halimi se répète. Car il y a bien des femmes appartenant à des minorités religieuses qui vivent seules en France. Il y a bien des jeunes qui, comme Kobili, se croient possédés d’un djinn et se sentent désespérés à l’idée d’aller en enfer parce qu’ils n’ont pas fait la prière aux heures. Et il y a bien des moyens pour eux de pénétrer chez ces femmes pour accomplir le djihad qui, leur a-t-on dit, leur permettra de troquer les djinns de la terre contre les houris du paradis. Un djihad de vengeance. Cela existe. C’est là la pauvre histoire de Kobili, que j’explique en 40 pages denses et de grand format dans L’islamisme et les Femmes. Un petit livre, quoi, précédé de chapitres qui permettent de comprendre comment et pourquoi la France a changé.

Et si vous me dites : « À qui profitait le silence qui a entouré le meurtre de Sarah Halimi? A qui profite le silence qui entoure votre livre? » je répondrai : « Ce silence profite à ceux qui ont opéré cette transformation de la France. » Ce sont eux qui ont causé le malheur de Sarah Halimi, et avant elle, celui de Kobili Traoré.

 

Lina Murr Nehmé, 7 juillet 2018

Email Twitter Facebook Pinterest Google+ Linkedin

Le nouvel Antisémitisme en France : recension du Monde

Email Twitter Facebook Pinterest Google+ Linkedin

Le nouveau livre où je parle de l’assassinat de Sarah Halimi, d’après le texte publié par Salvator dans L’Islamisme et les femmes. Le Monde me consacre ce petit bout d’article.

“… Collectif se partageant entre essayistes ou écrivains comme Pascal Bruckner, Luc Ferry ou Boualem Sansal, des psychanalystes tels que Daniel Sibony et Michel Gad Wolkowicz, et des universitaires. Le ton adopté est celui d’un cinglant réquisitoire contre « un véritable déni de réalité ».

“Lina Murr Nehmé, une spécialiste de l’histoire du Liban, revient dans sa contribution sur les circonstances de la mort de Sarah Halimi. Elle retrace le parcours de l’assassin, Kobili Traoré, un « caïd dérangé » qui a fréquenté la tristement célèbre mosquée Omar de la rue Jean-Pierre Timbaud, à Paris, dont l’imam a été expulsé de France, en 2012, pour avoir prêché le djihad.

“Pris de délire, et après des semaines de menaces, Traoré parvient à s’introduire chez sa victime dont il connaît la judaïté. Il la roue de coups en criant « Allahou abkar », « le cri du djihad armé »,« lancé la première fois par Mahomet quand il a attaqué les juifs de Khaybar en Arabie », signale l’auteure en s’appuyant sur l’un des six grands recueils d’hadiths. Elle demande aux autorités de lire les hadiths extraits du Coran ou de l’œuvre de différents imams qu’elle a rassemblés, pour décider s’il convient de les interdire.”

Le Nouvel Antisémitisme en France, Paris, Albin Michel, 214 pages, 15 euros

Lina Murr Nehmé, 27 avril 2018

Email Twitter Facebook Pinterest Google+ Linkedin