Tag Archives: féminisme

Infériorité de la femme dans le judéo-christianisme ?

Email Twitter Facebook Pinterest Google+ Linkedin

Une légende veut que la femme dans le judéo-christianisme soit un être inférieur. Si vous remarquez l’art chrétien médiéval, il est rarissime de voir le serpent représenté par une femme. C’est à la Renaissance, avec le retour des idées grecques et romaines de supériorité du sexe masculin (avec les idées aussi de supériorité de la “race” et de l’inégalité des humains en général), que la façon de dessiner cet emblème biblique du mal a changé.

Michel-Ange, Raphaël donnent ainsi au serpent un corps de femme dans leurs fresque et mosaïque de la Sixtine et des Stances. Michel-Ange va encore plus loin: il montre Eve après le péché, comme étant devenue le diable: elle acquiert le visage, la peau brune et la couleur rousse et la texture des cheveux du serpent. Or dans la même Sixtine, Michel-Ange dessine le Christ, Dieu des chrétiens, avec le visage d’Adam. En d’autres termes, l’homme est devenu Dieu, la femme est devenue Diable. C’est totalement hérétique d’après le vrai texte biblique, où le serpent n’est pas présenté comme un être sexué, et s’il l’est, il est de sexe masculin, puisque la Femme est présentée comme étant son ennemie en tant que femme: “La descendance de la Femme t’écrasera la tête, et toi, tu l’atteindras au talon”. D’où la représentation de la Vierge de cette façon, le pied écrasant le serpent.
La femme n’est même pas présentée, dans le texte biblique, comme étant inférieure ou soumise à l’homme de façon naturelle, au contraire, puisque la malédiction (qui est en fait présentée comme une description) dit: “Ta convoitise te poussera vers lui, et lui dominera sur toi”. C’est d’ailleurs ce que reproche Marguerite Yourcenar aux femmes: chercher à plaire en n’étant plus elles-mêmes, pour capter l’attention.
Quant à l’égalité des sexes dans le même texte, elle est dite dans la phrase “Dieu créa l’homme à son image, homme et femme il les fit”, reprise par le Christ. Michel-Ange et l’esprit de la Renaissance en général, ne considèrent pas du tout que la femme est à l’image de Dieu, comme le montre la peinture ci-dessous.

Lina Murr Nehmé, 20 mai 2018

Email Twitter Facebook Pinterest Google+ Linkedin

Mennel Ibtissem, Lallab et le “féminisme islamique”

 

Depuis quelques années, les islamistes ont compris qu’ils obtiendraient davantage de résultats avec de jolies femmes télégéniques plutôt qu’avec des barbus peu appétissants ou des Malika Dif, reléguées à l’arrière-plan pour chaperonner les converties fragiles psychologiquement.

“Lallab” est une association qui représente l’islamisme “new look”, notamment par le biais de profils comme celui d’Attika Trabelsi, une femme jeune, éduquée, moderne, prête pour le combat féministe “dans la voie d’Allah”.

Dans les années 1980, l’expression “féminisme islamique” a été décriée par les oulémas, qui refusaient que l’on accole l’adjectif “islamique” à un concept occidental.

Mais aujourd’hui, Lallab impose cette expression avec un triple objectif :

1. Dire aux non-musulmans que : Oui, l’islam est compatible avec la modernité occidentale et même en avance sur l’Occident. Ils en veulent pour preuve les arguments avancés par une islamiste marocaine instruite, Asma Lamrabet, dont les thèses sur le statut mirobolant de la femme en islam ont inspiré à Nicolas Sarkozy sa fameuse question sur le genre de coups qu’il fallait infliger aux femmes. Asma Lamrabet, en effet, défend cela, à condition que les coups ne soient pas trop méchants.

2. Convaincre les musulmanes que l’Occident n’a rien inventé pour elles : vous voulez agir pour les droits des femmes ? Nous avons justement un produit tout prêt : le “Féminisme islamique” !

3. Dans ce cas, l’islam authentique n’a fait que libérer la femme, et l’Occident les opprime en les privant de leur “dignité” et de leur “pudeur”. Alors la seule libération valable serait, toujours d’après les théoricien(nes) de Lallab, dans le respect des règles de l’islam. Le voile respectant les règles de l’islam, le voile serait une libération de la femme, ajoutent ces dames.

Cette position paraît d’emblée hypocrite et met en perspective la manière dont l’islamisme se joue de l’Occident. Lorsque Nadia Hamour, femme politique musulmane, a soulevé un tollé quand elle a appelé à utiliser le bonnet phrygien pour voile, cette fourberie est apparue au grand jour. Pourquoi ce tollé ? Il y a bien des musulmanes qui se voilent avec un turban. Allez voir les musulmanes libanaises à Paris. Voyez aussi l’humouriste maghrébine Samia Orosemane. Ou encore, cheikha Moza, la femme du précédent émir du Qatar. Elles sont élégantes en turban.
Le problème, je vais le dire. C’est que, contrairement à ce qui se passe dans les pays d’Orient, le voile est prêché, utilisé ou imposé en France ou en Occident pour imposer la défiance à l’égard du non-Musulman, et plus encore, de la non-Musulmane, à un public auquel on répète inlassablement que son seul pays est la oumma islamique mondiale. Le bonnet phrygien peut couvrir les cheveux d’une musulmane pieuse, il ne serait alors pas un signe de démarcation, puisque c’est la coiffure de Marianne.

Dans ce schéma de pensée, on conspue les musulmanes qui refusent de se joindre au concert. D’où les attaques que subissent parfois ces musulmanes.

C’est cette supercherie que dénonce Céline Pina, car ce n’est pas une libération qu’elle a constaté sur le terrain chez les femmes voilées. Comme en témoigne l’histoire d’une femme qu’elle avait interpellée et qui lui avait avoué qu’elle se voilait malgré elle, pour se protéger, et surtout, pour protéger ses enfants.

Céline Pina a quitté une position prometteuse, une carrière au sein d’un Parti politique, par respect pour ses principes. C’est parce qu’elle avait touché de près l’oppression des femmes — et pas seulement des femmes — dans les banlieues. C’est un courage dont elle sort grandie.

C’est cela qu’il faut répondre à ceux qui l’attaquent: cette histoire d’une femme voilée qui fait si mal à entendre, et qu’elle m’a racontée dans l’interview qu’elle a consenti à me donner pour mon livre, “L’Islamisme et les Femmes”.

Lina Murr Nehmé