Tag Archives: Facebook

Ce que Facebook tolère en France

Email Twitter Facebook Pinterest Google+ Linkedin

Il est hypocrite — et dangereux — de dissocier l’ensemble de la personnalité de quelqu’un, de ses écrits. C’est ainsi, pourtant, que les modérateurs de Facebook reçoivent l’ordre de supprimer un post ou un article comme soutenant une organisation terroriste.

Si c’est vrai, leur devoir est de dénoncer le délinquant à la police. Car personne ne peut mettre un post prouvant qu’il soutient une organisation terroriste, s’il ne soutient pas lui-même une organisation terroriste. Les écrits, les publications sur les réseaux sociaux, ne sont en effet pas séparables du reste des publications. Ce n’est pas l’article ou la photo qui soutient Daesh, c’est la personne qui les a mis. Inversement, si la personne combat Daesh, on ne peut pas prétendre qu’elle soutient Daesh sous prétexte qu’elle a utilisé une capture d’écran d’un communiqué ou d’un poster de Daesh. C’est de la diffamation, et cela meyt sa vie en danger.

Facebook a recruté des dizaines de milliers de modérateurs qu’il paie très peu. Mais apparemment, il les prend pour des supermen capables de lire et de comprendre une analyse de la stratégie de Daesh qui fait plus d’une page, en une minute et demie, et d’y déceler “les contenus qui vont être viralisés et qui vont avoir un impact important dans la haine et la diffusion de cette haine”.

Ce serait très beau si c’était vrai. En réalité, ils fichent des gens terroristes, tout en laissant courir les vrais terroristes comme l’étudiant pakistanais Ali Hassan Rajput (pseudonyme “C’est la Rana” qui rua à coups de couteau son professeur en décembre 2018, en criant: “Allahou Akbar!” Mais visiblement, Ali Hassan Rajput bénéficiait des faveurs des modérateurs de Facebook, car voici ce qu’on pouvait voir sur sa page, après qu’une fuite ait permis de connaître son pseudonyme:

Ali Hassan Rajput avait, si je me souviens bien, un peu plus de deux cents amis Facebook. Parmi eux, il devait bien y avoir des Pakistanais vivant en France, et qu’il pouvait rencontrer à la mosquée ou au Pôle universitaire Léonard de Vinci à Nanterre, où il faisait des études de management. Il avait en tout cas des contacts islamistes palestiniens dont il partageait souvent les posts. Lui et ses contacts s’encourageaient mutuellement à la haine des juifs, postant des photos d’Hitler, niant le génocide des juifs, ou au contraire, appelant à le recommencer. En partageant le photomontage ci-dessus, il écrit: “Tuer les juifs comme Hitler. Ils ne peuvent pas vivre comme des êtres humains parce qu’ils sont des cafards”.

Dans un autre poster, il assimile Israël à un rat parmi les nations (ici). Allusion à ce qu’on lui a enseigné, à savoir que les rats auraient été autrefois des juifs:

Ali Hassan Rajput appelait aussi au génocide des chrétiens. Il vit une vidéo vantant les massacres commis par les califes, et intitulée “Pourquoi les musulmans ont menacé les Arabes pour qu’ils se convertissent à l’islam”. Il la partagea le 21 novembre 2018, avec le commentaire suivant : “Les musulmans ont le droit d’élever la voix de la Vérité, de Prêcher et même de Tuer les non-croyants qui sont contre l’ ‘ISLAM’ et courent après la ‘Religion Chrétienne’.” (Capture d’écran ci-dessous)

Elever la voix et tuer les adeptes de la religion chrétienne? C’est Asia Bibi, ou encore, Geert Wilders, le politicien néerlandais qui a lancé un concours de caricatures de Mahomet. En postant un photomontage horrible (ici), il appela à “pendre le maloon (maudit) Geert Wilders”, et promit, si cela n’arrivait pas, “beaucoup de meurtres d’humains” dans toute l’Europe. Car, écrit-il, Geert Wilders a “provoqué les émotions des musulmans en ‘célébrant’ le concours de caricatures de notre Saint Prophète Hazrat [le seigneur] Mahomet, ce qui amènera beaucoup de meurtres d’humains dans toute l’Europe.
L’Italie, l’Espagne, la France, la Hollande, l’Amérique et Israël participent au crime, et se soutiennent mutuellement.”

Le concours de caricatures de Geert Wilders n’eut finalement pas lieu, car le député l’annula. En revanche, Rajput affirme que son ex-professeur d’anglais, John Dowling, avait fait une caricature de Mahomet et l’avait montrée en classe. Dans son Pakistan natal, chacun de ces deux crimes mérite la mort.

Il décida d’appliquer la loi pakistanaise en France, en exécutant lui-même son professeur, appliquant une partie de la menace qu’il avait écrite dans le post de Geert Wilders.

Le mercredi 5 décembre 2018, il acheta un couteau de cuisine dans un supermarché et alla attendre John Dowling au campus de l’université vers midi. Quand celui-ci sortit, il demanda à lui parler en privé. Ils échangèrent quelques mots, et soudain, Rajput se jeta sur le professeur et le larda de plus de vingt coups en criant: “Allahou Akbar!“.

Dans cette scène de furie, Ali Hassan Rajput dut perdre tout contact avec la réalité. Il fut maîtrisé et désarmé par des étudiants, dont le premier ne se souvient pas de ce qu’il a fait sur le moment, tant l’émotion était forte.

Mais il était trop tard: le professeur était mort. Ali Hassan Rajput se laissa menotter. Sa furie était partie: il était calme ne disait plus rien. Il pensait probablement qu’il aurait la même gloire que les tueurs des journalistes de Charlie Hebdo dans les milieux islamistes. La même gloire, surtout, que Mumtaz Qadri qui, au Pakistan, avait tué le gouverneur du Pendjab parce qu’il avait dit que la loi anti-blasphème était une “loi noire”. Ce crime avait fait de Qadri l’homme le plus admiré du pays, surtout depuis sa mort. Pour le libérer, Khadim Rizvi, que Rajput soutenait, avait mis le pays à feu et à sang.

Encore eût-il fallu que l’État français reconnaisse que le meurtre du Pôle Léonard de Vinci était identique à celui de Charlie-Hebdo, du moins sur le plan du mobile. Alors, oui, Khadim Rizvi aurait pu faire d’Ali Hassan Rajput une victime de l’Etat français.

Mais la procureure Catherine Denis refusa de croire à cette histoire de caricature de Mahomet. Elle déclara à la presse qu’Ali Hassan Rajput n’avait pas d’antécédents de radicalisation, et qu’il était en fait dépité parce qu’il avait été renvoyé de l’université. En d’autres termes, il mentait.

Le portable d’Ali Hassan Rajput fut confisqué, et sa page Facebook épluchée par la police judiciaire. Il y eut des fuites. Un journaliste fit part des préoccupations des policiers face au contenu de cette page. Un article donna l’alerte et publia le pseudonyme FB du tueur et de très nombreuses captures d’écran, le 8 décembre 2018. Cela me permit de trouver l’adresse FB d’Ali Hassan Rajput et de commencer à éplucher sa page, comme firent d’ailleurs beaucoup d’autres internautes.

Le lendemain, les mêmes captures ou photos, et d’autres plus violentes, furent publiées sur ce site et sur Twitter.

Nous avons été des milliers à avoir consulté ces trois pages, et à être allés consulter la page Facebook du tueur — restée ouverte durant quelques jours. Ainsi avons-nous tous vérifié la véracité des captures d’écran qu’elles avaient publiées. Ceci, ajouté au fait que la police judiciaire possède ses propres captures d’écran prises pour les besoins de l’enquête.

En ce qui me concerne, je suis même allée plus loin que la moyenne des internautes français, puisque je peux me débrouiller un peu en ourdou: j’ai visionné les vidéos et exploré les pages des correspondants d’Ali Hassan Rajput, qui m’ont beaucoup appris en matière d’islamisme, tant palestinien que pakistanais. Malheureusement, le sujet, qui aurait dû causer un scandale national, a peu intéressé le monde politico-médiatique de l’époque, comme il en a été de l’assassinat de Sarah Halimi, un an plus tôt, et probablement pour les mêmes raisons. Contrairement au tueur de cette dernière, cependant, Ali Hassan Rajput prouvait sa radicalisation par ses publications.

Dans un poster où il montre la secte barelvie comme un géant terrassant un lion, il écrit: “Les anges peuvent prêcher et défier leur pays, vivant sur la Vérité, là où le but sacré devient le JIHAD, “combat pour la stabilité de la paix [le dar es-silm]”, combattant contre des Démons comme Israël, l’Amérique, la France et les hypocrites de La Mecque qui sont parmi nous.”

Dans un autre poster, un jeune homme, portant un tee-shirt de l’organisation djihadiste barelvie Pakistan Sunni Tehreek, a égorgé Asia Bibi dont la gorge et les yeux ruissèlent de sang (ici).

Si Facebook avait dénoncé cet homme, on aurait pu sauver la vie de son professeur. Il avait justement partagé, le 22 novembre 2018, un appel à “la destruction totale du règne de l’homme blanc”, avec la photo de Mumtaz Qadri en colère. Celui-ci avait trahi le gouverneur du Pendjab dont il avait la garde, et il l’avait tué parce que celui-ci avait défendu Asia Bibi et parlé de modifier la loi anti-blasphème :


Pour en revenir au poster de Geert Wilders (ici), on remarque qu’à part sa bouche et sa pommette déformée par le tournevis, rien de l’ossature, de la plantation des cheveux et de la forme du crâne, des oreilles — bref, tous ces détails auxquels se reconnaît un visage — n’ont été modifiés. Si les algorithmes de Facebook qui reconnaissent un morceau de visage dans un portrait de groupe de 20 personnes — ne se sont pas mis en branle, et n’ont pas signalé le visage de Geert Wilders ainsi transpercé à l’époque où pleuvaient les menaces de mort sur ce politicien néerlandais… c’est qu’ils ont dû être mis en sourdine concernant la page d’Ali Hassan Rajput et de ses amis… vu le nombre d’autres posts violents qu’elle contenait: photos d’Hitler humiliant les juifs présentés comme un démon (ici), mépris du génocide des juifs (ici), appels au massacres, appels au djihad, etc.

En même temps, mon article mettant en garde contre ce genre de documents a été interdit par Facebook, alors même que circulaient, sur le même réseau parisien, les posts d’Ali Hassan Rajput appelant au crime.

Je ne puis conclure qu’une chose: Ali Hassan Rajput plaisait aux modérateurs marocains de Facebook, et moi qui mets en garde contre Daesh, je leur déplaisais.

A supposer qu’Ali Hassan Rajput ait inventé cette histoire de caricature de Mahomet montrée en classe, le problème reste le même. Car ce qui est grave n’est pas que cette caricature ait, ou n’ait pas été faite et montrée par le professeur d’anglais (la loi française ne le lui interdit pas en France), mais le fait qu’en France, on ait pu invoquer une caricature pour justifier un meurtre, et que la justice ait nié au lieu de relever un tel argument.

Pourquoi le gouvernement français, qui a épluché le compte d’Ali Hassan Rajput, n’a-t-il pas fait son devoir et demandé des comptes à Facebook au nom de la victime, John Dowling? C’était son devoir de le faire. Dans ce cas, Zuckerberg aurait été obligé de faire le nettoyage parmi ses modérateurs, pour voir lequel était le criminel qui avait bloqué les algorithmes quand il s’agissait d’appels au meurtre comme ceux d’Ali Hassan Rajput, ou censurait les lanceurs d’alerte. Car nous sommes en face de djihadistes cachés dans le noir, les uns pour lancer ces appels avec assez d’habileté pour pouvoir être défendus… les autres pour les laisser passer et bloquer ceux des lanceurs d’alerte. Et si Facebook, pour une fois, punissait un de ses modérateurs daéchiens, les autres apprendraient la leçon, et nous aurions moins de censure stupide du genre “fermer une page en une minute et demi”, dont se vante le DG de Facebook France, Laurent Solly:

Ce n’est pas sa faute, c’est la faute de son patron qui a décidé de mettre entre la main d’ignares, les données personnelles des gens, et de leur donner le droit de laisser parler des criminels, tout en faisant taire des lanceurs d’alerte. C’est évident qu’on trouvera davantage de pro-Daesh au Maroc qu’en Suisse, et que si on décide de payer les modérateurs au minimum, on va obligatoirement sous-traiter la modération des réseaux sociaux français, dans les pays où Daesh a réussi à se faire de la popularité.

Combien de fois on a trouvé sur Facebook des posts criminels? J’en ai cité plus haut concernant Ali Hassan Rajput, mais il y en a d’innombrables encore aujourd’hui, et la haine qu’ils suscitent explique qu’un Petitjean, jeune homme altruiste, soit devenu l’assassin d’un autre altruiste, l’abbé Hamel, parce que ce dernier était chrétien.

Est-il possible de se taire encore et de faire mourir, par notre silence, des personnes plus vulnérables que nous à cause de leur religion, de leur isolement, de leur âge ou de leurs manières?

La France est un État puissant. Puisqu’on a découvert dans le Facebook d’Ali Hassan Rajput des posts appelant à la haine, et facilement décelables par les intelligences artificielles, elle a la possibilité et le devoir de causer un scandale d’échelle internationale, obligeant Facebook à payer des réparations assez élevées pour être dissuasives. Des réparations dont une partie irait à la famille de la victime, et le reste, au contre-terrorisme.

Mark Zuckerberg possède, d’après Forbes, 62,3 milliards de dollars, tout cela gagné par le biais des publicités qu’il impose à ses utilisateurs, sans compter la vente d’informations à Google et à d’autres. Facebook n’est pas gratuit: nous payons son utilisation en subissant ses publicités, ou parfois, en les payant. Nous avons donc droit à ce que le patron de Facebook soit un peu moins pingre avec le paiement des modérateurs… et avec leur choix. Or ce qui arrive, c’est qu’il est en train de s’enrichir de façon démesurée, si l’on tient compte des salaires qu’il paie aux modérateurs. Comment peut-on faire modérer des Français par des gens d’un autre pays, qui ont appris parfois à penser exactement le contraire de ce qu’ils pensent?

Est-ce que Zuckerberg lui-même gagne à posséder une quantité d’argent qu’il n’aura jamais le temps de dépenser dans sa vie? Non, bien sûr. Alors pourquoi est-il tellement pingre avec les petits modérateurs qu’il paie un ou deux euros l’heure et recrute dans des pays où c’est possible, pour contrôler les données privées des gens? Et comme il ne fait pas surveiller ces modérateurs, il s’en trouve parmi eux des djihadistes qui aident certaines pages Facebook à transmettre le crime en les autorisant à publier des horreurs… tout en censurant les lanceurs d’alerte qui les empêcheraient de tuer? Pire: ils les traitent de soutiens d’organisations terroristes pour pouvoir justifier leur blocage.

Si la France exigeait de telles réparations à Zuckerberg chaque fois que le Facebook d’un tueur révèle des appels à la haine qui n’ont pas été supprimés et dénoncés à la police française, il consacrerait à la modération une somme proportionelle à celle qu’il tire des publicités et des ventes d’informations, et Facebook serait, comme il dit, “un endroit sûr”.

C’est pour cela que je me bats. Car franchement, je suis tellement mieux sans Facebook. Mais le travail que j’y faisais, mes analyses quasi quotidiennes auraient pu sauver des vies. C’est pourquoi on les a supprimées. Dans les pays totalitaires où Facebook recrute ses modérateurs, la censure ne frappe pas les vauriens.

Lina Murr Nehmé, le 23 février 2020.
Modifié le 12 mars.

Email Twitter Facebook Pinterest Google+ Linkedin

Quand les lanceurs d’alerte sont identifiés avec les terroristes

Email Twitter Facebook Pinterest Google+ Linkedin

Capture d’écran du post de Facebook où je copiais le texte de mon article Daesh en Algérie

Le 1er décembre 2019, j’ai publié sur Facebook mon article Daesh en Algérie, où j’analyse l’avancée de Daesh en Afrique, et rappelle à mes lecteurs les ambitions de Daesh en Europe.

Le lendemain, mon profil FB a disparu. On me propose de cliquer sur un lien si je “pense qu’il s’agit d’une erreur”, et je le fais. On me demande alors la photo d’une pièce d’identité, et je l’envoie.

Le week-end passe. Le lundi matin, je reçois un email de Facebook m’informant que mon compte est définitivement clos, parce que j’aurais, selon eux, “violé les règles de leur communauté”. Et ils expliquent: ils ne peuvent pas “tolérer des menaces crédibles”, “le soutien à des organisations violentes”, ou un “contenu extrêmement graphique” sur Facebook.

Un des administrateurs de la page déniche la série de notifications ci-dessous qui assure que l’article censuré est Daesh en Algérie. Il y a la photo du document de Daesh que, visiblement, leur ordinateur a repérée. Cette notification parle d’infractions “répétées” parce que nous avons partagé cet article à plusieurs reprises, les administrateurs et moi (en haut, sans nom parce que le profil avait été supprimé).

Le modérateur marocain m’accuse de soutenir Daesh, alors que mon analyse commence par les mots: “C’est vrai que Daesh ment comme pas deux”. Mauvaise foi, sottise, paresse ou méconnaissance de la langue française? Et comme le même article rappelle que Daesh veut attaquer l’Europe, il m’accuse de lancer des “menaces crédibles”!

Moi, menacer ceux que je cherche à prévenir? Quel ridicule!

Quant aux images “extrêmement graphiques”, cela doit être le nom donné à toutes les images émanant de Daesh, même quand il s’agit de photos de communiqués militaires. Les machines ne font pas la distinction.

Les machines, oui, mais les hommes ? A ma connaissance, ce sont les modérateurs qui ferment les pages, et non les machines. Et si c’est une machine, est-il plausible qu’elle juge la photo d’un communiqué “graphique”, mais non celles d’Asia Bibi égorgée par un terroriste, et de Geert Wilders le visage transpercé par un tournevis, publiées sur le même réseau français, dans la même ville de Paris, un an plus tôt, mais non bloquées par les modérateurs marocains de Facebook?

Après la fermeture de mon compte Facebook, j’ai partagé le lien de l’article Daesh en Algérie à partir de cette page.

Suite à cette republication du même article, le modérateur m’envoie un nouvel avertissement, toujours sans m’expliquer ce dont il est question ou me dire dans quelle colonne je serai informée:

Je ne touche à rien, puisqu’à ce moment, je ne sais pas encore au juste de quoi je suis accusée.

Un an plus tôt, un étudiant pakistanais, Ali Hassan Rajput, avait assassiné son professeur à Courbevoie, à coups de couteau et en criant: “Allahou Akbar!” Il affirma l’avoir tué pour une caricature de Mahomet. Mais la procureure de Nanterre prétendit que l’étudiant était stressé et qu’il n’avait nullement commis un crime semblable à celui contre Charlie Hebdo. Quelqu’un dut être choqué, et il informa des journalistes de l’adresse Facebook du tueur. Ils la publièrent, avec des captures d’écran prouvant que l’homme était totalement radicalisé. Nous avons dû être des centaines à éplucher ce compte. Et en le faisant, je réalisais combien le meurtre de ce professeur ressemblait à celui de Sarah Halimi par l’acharnement de la justice à alléger la responsabilité d’un tueur musulman issu de l’immigration, et à minimiser l’importance de son crime.

Les ordinateurs de Facebook ont des programmes de reconnaissance faciale ultra perfectionnés. Ils peuvent détecter un tout petit visage sur une photo floue. Un jour, un jeune inconnu a publié une photo de mon livre “Quand les Anglais livraient le Levant à l’Etat islamique” montrant le 1er et 4e de couverture avec la tranche. Facebook m’a aussitôt demandé si je voulais être taguée sur la photo. Leur moteur de recherche m’avait reconnue dans une minuscule photo déformée en diagonale et subissant un reflet! Ce même moteur de recherche ne peut pas ne pas avoir reconnu Asia Bibi égorgée. Ou le visage ensanglanté du député néerlandais Geert Wilders, “graphique”, mais non celles d’Asia Bibi égorgée (ici). Ou le visage du député neerlandais Geert Wilders transpercé par un énorme tournevis, Pourtant, le compte d’Ali Hassan Rajput a été toléré. Il est même resté ouvert durant deux ans, jusqu’à ce que la police le ferme. Et moi, parce que je combats Daesh, je suis traitée de terroriste pour avoir publié une analyse de la stratégie de Daesh!

La vérité, c’est que c’est apparemment ma guerre à l’islamisme et mon audience, qui dérangent. Quand j’ai voulu ouvrir un nouveau compte, je l’ai fait sous mon nom, avec ma date de naissance. Le compte n’a gêné Facebook que lorsque j’ai posté un article sur Sarah Halimi qui a eu une grande audience. En voici la capture d’écran: comme la page est gelée, il n’est presque pas vu et n’a pas de réactions. Mais sur le compte, il a eu des centaines de partages et des milliers de réactions.

Alors Facebook me remarque de nouveau, et le nouveau compte “Lina Murr Nehmé” est fermé. Sarah Halimi gêne encore!

Et quel est le prétexte invoqué par FB cette fois? FB déclare que j’usurpe l’identité de quelqu’un d’autre… Lina Murr Nehmé usurpe l’identité de Lina Murr Nehmé! FB qui autorise la même personne à avoir dix comptes sous le même nom, a fermé mon second compte en prétendant que j’usurpais ma propre identité! Ils ne m’ont pas demandé de prouver mon identité. Ils m’ont fermé mon compte en prétendant que je l’usurpais, et en exigeant une pièce d’identité pour accepter de répondre. (Ainsi ont-ils une copie de vos papiers.) Comme j’avais déjà envoyé mes papiers et que je savais que c’était moi qu’ils voulaient faire taire, je n’ai pas pris la peine cette fois de faire appel.

Voyant ce compte fermé, j’ai voulu avertir ceux qui avaient écrit à la page, que je n’étais plus sur FB. Mais la page a été bloquée sous mes yeux, et il a été impossible de joindre quiconque.

Avant de trouver la notification avec la photo du post incriminé, je citais les accusations de FB, mais je n’y croyais pas vraiment, tant elles me semblaient farfelues. Je le faisais en rigolant. Il a fallu que j’aie la certitude que FB m’accusait réellement de soutenir Daesh et de menacer l’Europe, pour que je commence à réfléchir aux conséquences.

Je ne suis qu’une voix. J’ai dédié le plus clair de ma vie — plus de quarante ans — à un travail ingrat qui ne m’a quasiment pas laissé de loisirs, me privant des sorties amicales naturelles pour une jeune femme, et usant mon corps, mes yeux et ma santé dans des veilles et des séances interminables de travail, parce que je voulais arrêter des massacres et en empêcher d’autres. Je marchais contre le vent et je plongeais les mains dans les ronces pour trouver quelques fruits. Et en résultat, on m’accuse de terrorisme pour pouvoir m’arracher un moyen de communication.

Certes, les accusations de Facebook ne détruisent pas ma crédibilité aux yeux de mes lecteurs qui me connaissent et rient de ces accusations. Mais Facebook n’est pas étanche. Celui qui peut ainsi accuser quelqu’un de terrorisme l’a peut-être condamné à l’enlèvement, à la prison ou à la mort.

Facebook est en effet accusé de vendre les informations privées. Pour se protéger sur ce plan par avance, Mark Zuckerberg vous a informés, en 2014, que toutes les données entrées dans Facebook appartiennent à Facebook et qu’il peut les utiliser sans vous payer de droits d’auteur, et sans limite dans le temps. Il a subi pour cela des procès en Europe, et il a légèrement modifié ses clauses. Mais il vend toujours vos informations à Google. Et à qui encore? Et que fait-il de celles qu’il collecte sur Whatsapp? Que vous l’utilisiez ou que vous ne l’utilisiez pas, cette application parle de vous. Les gens parlent de vous ou transmettent vos histoires, vos photos, vos vidéos. Et là, aucune censure. Whatsapp a été créé pour pouvoir fonctionner sans censure et collecter encore plus d’informations que Facebook.

Jusque-là, je n’y attachais pas d’importance, car je sais que nous sommes tous fichés, partout, qu’en Chine ou au Japon, on peut entendre les mots qu’un homme et une femme se disent sur l’oreiller en France ou en Italie. On n’a jamais vécu autant sous le règne de Big Brother.

Le serveur auquel vous vous connectez possède une copie de tout ce que vous y mettez. Surtout depuis que le président Hollande a instauré l’Etat d’urgence, en 2015. En un sens, cela nous a protégés, puisque cela a permis de déjouer quelques attentats. Mais en même temps, des gens comme Mickaël Harpon ont eu accès à nos données les plus privées. Et eux, personne ne les a déjoués. Car les vrais terroristes n’emploient pas Internet. Ils se donnent des rendez-vous et parlent oralement, sans avoir leurs téléphones portables près d’eux.

Mickaël Harpon était-il la seule cellule dormante dans les préfectures de police? Y en a-t-il d’autres qui attendent leur heure?

Sous l’occupation syrienne (1990-2005), et notamment sous le gouvernement de Rafic Hariri, la terreur régnait au Liban, et vraiment, j’attendais d’être en France pour faire les recherches que je voulais. Quand je posais des questions au sujet de l’espionnage par le biais de mon ordinateur ou de mon portable, on me disait: “C’est la police française.” Je répondais: “La police française? Ça me va. C’est des terroristes que j’ai peur.”

FB vend-il nos informations privées aux services secrets? Visiblement, puisque les Etats-Unis exigent maintenant l’adresse de votre compte Facebook avant de vous donner un visa.

Comme je ne fais rien de mal, je pensais n’avoir rien à craindre de l’espionnage des modérateurs de FB. Mais depuis que je sais que je suis accusée par eux de soutenir une organisation terroriste, je commence à me demander ce qui m’arrivera quand je serai dans l’aéroport de telle ou telle ville. Quand un modérateur FB vous a repéré et accusé de terrorisme, quand il a obtenu de vous la photo de votre passeport, sachez que vous pouvez être fiché dans des endroits auxquels vous ne penseriez pas. Surtout si le modérateur, pauvre et très mal payé, vit au Maroc, où la corruption gangrène la société, les employés, les fonctionnaires. On recrute des modérateurs au Maroc parce que c’est bon marché, sans s’inquiéter de leur compréhension du français, des Français, de leurs problèmes. Voici une publicité de recrutement pour un modérateur au Maroc pour la France:

De toute façon, les services secrets marocains, qui collaborent avec d’autres services secrets, ont accès à vos informations. Tout serveur peut servir à capter les données de ceux qui y sont connectés. Un officier des services de renseignement libanais a dit à un ami il y a quelques années: “Nous savons tout ce que vous écrivez sur Facebook, ou par email. Même si vous l’effacez, la copie reste chez nous.”

Il le disait en confidence. La même confidence a dû être dite tant et tant de fois, et dans tant d’autres pays.

Maintenant, donc, le fait d’être fichée “Daesh” dans les ordinateurs de FB signifie pour moi deux perspectives aussi désagréables l’une que l’autre:

1- Je peux être fichée terroriste dans n’importe quel service secret auquel l’agent modérateur de FB a accès, ou auquel FB vend ses informations, ou avec lesquel FB est obligé de collaborer.

2- Je peux intéresser les organisations terroristes elles-mêmes, qui sont à la recherche de sympathisants. Cela aussi pourrait me coûter la vie, car je ne collaborerai jamais.

En fait, je vous avoue que je n’ai envie ni d’être recrutée, ni d’être tuée. Et je sais que je ne suis pas la seule. Beaucoup d’entre vous ont eu leurs comptes fermés pour avoir subi la même accusation. Et n’importe lequel de ceux qui disent la vérité et partagent autre chose que des fleurs, des arbres ou des chats sur FB… pourra un jour se retrouver subissant le même traitement, sauf s’il se soumet à dame Anastasie avant publication. Les ciseaux de celle-ci sont prêts. Ils sont dans nos têtes.

Lina Murr Nehmé, 22 décembre 2019

Email Twitter Facebook Pinterest Google+ Linkedin

Censure à géométrie variable

Email Twitter Facebook Pinterest Google+ Linkedin

Aujourd’hui, anniversaire de l’assassinat, par Ali Hassan Rajput, de son professeur d’anglais à Courbevoie, aux cris d’Allahou Akbar. Etant donné le nombre de profils d’islamistes (Daesh et al-Qaïda) que j’ai trouvés sur Facebook, étant donné qu’ils ont fermé ma page et laissé ouverte, sans modération, les pages des islamistes du genre Ali Rajput, l’assassin du professeur à Courbevoie il y a un an, je tendrais à penser qu’il y a des gens de Daesh ou d’al-Qaïda parmi ces modérateurs.

Ali Hassan Rajput, en effet, passe dans Facebook sans aucun blocage, quand il appelle, en France, à tuer les Blancs, et notamment les Français et les Américains, et met des photos d’un Néerlandais au visage percé par un tournevis, de juifs représentés comme des cafards, ou d’Asia Bibi à la tête coupée. Mais moi qui appelle à aimer, et qui dénonce le mal pour que ce soit possible, on me bloque. Je suis un empêcheur de tourner en rond.

J’imagine l’homme ou la femme qui s’occupe de mon profil et qui est en train de m’espionner depuis hier en épluchant tout ce que j’ai écrit. Et s’il me lit, je le prie de savoir que je porterai plainte contre ceux qui ont toléré ces choses, même si, personnellement, je ne sais pas si j’ai envie de revenir sur Facebook. Pour m’informer de la fermeture définitive de ma page, on m’écrit: “Une de nos principales priorités est le confort et la sécurité des gens qui emploient Facebook, et nous n’autorisons pas les menaces crédibles pour nuire à autrui, le soutien à des organisations violentes, et le contenu très graphique sur Facebook.”

Contenu graphique? Menaces crédibles pour nuire à autrui? soutien à des organisations violentes? Voyez, je vous prie, ce que tolère Facebook dans la page d’Ali Hassan Rajput, qui a été fermée par la police et non par Facebook (ici.)

Je vous salue. Ce sera peut-être le dernier post que tolèrera l’homme ou la femme qui m’espionne en ce moment. Du moins, je peux dire que moi, j’ai combattu ce qu’il tolère, et j’en suis fière.

Lina Murr Nehmé
(Facebook, 3 décembre 2019)

Email Twitter Facebook Pinterest Google+ Linkedin