Tag Archives: Esclavage

Silence occidental sur le massacre et l’esclavage des chrétiens d’Orient

Email Twitter Facebook Pinterest Google+ Linkedin

© Lina Murr Nehmé, L’Islamisme et les femmes, Salvator, 2017

En Orient, Daech a commis ses massacres et ses viols en plein jour, tuant tantôt des chiites ou des sunnites (et en diffusant les vidéos), tantôt des alaouites, tantôt des chrétiens et des yazidis.

litiqueur une raison ou pour une autre, l’Occident n’a pas entendu parler de toutes ces catégories humaines massacrées. Il n’a entendu parler que des yazidis. Et quand Irbil était encerclé, puis ravagé, personne n’a raconté, en Occident, qu’il y avait des villages chrétiens et pas seulement des villages yazidis ou musulmans. Seuls le savaient ceux qui étaient en contact avec ces villages.

Et les femmes et les enfants des victimes, tant chrétiennes que yazidies, ont été vendus ou prostituées.

Mais il y a un racisme dans l’information à destination du public occidental, information qui doit avoir aussi ses raisons politiques, car cela dure depuis le début de la guerre du Liban. Est-ce que les chrétiens sont d’une race inférieure, qu’on ne les mentionne pas quand ce sont eux qui sont victimes ?

Ainsi, l’Occident politique et médiatique n’a parlé que des yazidis, ignorant de façon presque systématiquement les massacres et l’esclavage qui frappaient les chrétiens.

Il faut revenir à la propagande de Daech et à sa liste des prix minimum auquel un moudjahid a droit de vendre une esclave “chrétienne” ou “yazidi” (voir photo supra) pour savoir que les chrétiens étaient également massacrés en cas de résistance — car eux aussi résistaient, ils n’étaient pas des fuyards — et que leurs femmes étaient également violées et vendues.

Lina Murr Nehmé, 7 septembre 2018

 

Email Twitter Facebook Pinterest Google+ Linkedin

Syrie : Le génocide des chrétiens passé sous silence

Email Twitter Facebook Pinterest Google+ Linkedin

On a parlé du génocide des yazidis et non de celui des chrétiens. Quant aux esclaves, il faut que Daech le signale pour qu’on sache que Daech ne prenait pas seulement des esclaves yazidis mais aussi des esclaves chrétiennes (cf. dans L’Islamisme et les femmes, le fac-similé de la liste publiée par Daech, au sujet du prix des femmes captives yazidis et chrétiennes) ! Et quand Afrin était assiégé, on n’a pas dit que des villages chrétiens étaient également en jeu. Des dizaines, des centaines de morts au Nigéria ne sont pas signalés non plus. Je ne parle évidemment pas des massacres de chrétiens au Liban, on dira que je suis concernée.

 

Lina Murr Nehmé, mai 2018

Email Twitter Facebook Pinterest Google+ Linkedin

Esclavagisme arabe en Afrique noire et en Afrique du Nord: ce que Taubira ne veut pas entendre

Le 4 mai 2006, Christiane Taubira affirmait dans L’Express : « Il ne faut pas trop évoquer la traite négrière arabo-musulmane pour que les jeunes arabes ne portent pas sur leur dos tout le poids de l’héritage des méfaits des Arabes. »

Il faut signaler que ce que dit Taubira est injuste envers les Arabes eux-mêmes, car ils ont été eux-mêmes massacrés et asservis avant que ceux qui les avaient ainsi tourmentés s’en aillent occuper et asservir les nations africaines, l’Afrique du Nord avant l’Afrique Noire, d’ailleurs.

Dans Tariq Ramadan, Tareq Oubrou, Dalil Boubakeur: ce qu’ils cachent (Salvator, 2017), j’ai raconté la vérité de l’esclavage des Noirs et des Maghrébins par les Arabes : d’abord des centaines de milliers capturés et vendus ou distribués, puis 360 enfants par an à titre d’impôt. Il paraît que Taubira n’aime pas ce genre de discours.

Tidiane N’Diaye, dans Le Génocide voilé (Gallimard), raconte, lui aussi, l’histoire de l’esclavage des Noirs par les Arabes. Seulement, il ne parle pas du Maghreb alors que celui-ci a autant souffert de l’esclavage pratiqué par les Arabes, quoique à une moindre échelle :
« Les Arabes ont razzié l’Afrique pendant treize siècles sans interruption. La plupart des millions d’hommes qu’ils ont enlevés et déportés ont disparu du fait des traitements inhumains. Cette douloureuse page de l’histoire des peuples Africains n’est apparemment pas définitivement tournée.

Le “Grand Désastre” a commencé lorsque l’émir et général arabe Abdallah Ben Saïd a imposé aux Soudanais un bakht (accord), conclu en 652, les obligeant à livrer annuellement des centaines d’Africains ensuite esclavagisés par les Arabes. La majorité de ces femmes, hommes et enfants était prélevée sur les populations du Darfour. Et ce fut le point de départ d’une énorme ponction humaine qui devait s’arrêter officiellement au début du XXe siècle. »

Lina Murr Nehmé, 15/01/2018