Tag Archives: Emmanuel Macron

Quand attaquer et quand défendre

Email Twitter Facebook Pinterest Google+ Linkedin

Il y a eu aujourd’hui un consensus autour de Mohamed Safadi comme nouveau Premier ministre au Liban. Il semble donc qu’il sera nommé durant les consultations.

J’ai précisé dans mon post précédent que j’attaquerais Safadi s’il ne combattait pas la corruption. J’ai bien cité cette seule clause. S’il se dénonce lui-même et répare ses torts, pourquoi en serais-je fâchée? Ceux qui m’ont suivie les dernières semaines savent que je l’ai attaqué pour une affaire très grave, dans une vidéo en arabe où je me suis adressée à lui personnellement autant qu’à Mikati, et je les ai traînés dans la boue en leur disant que leurs milliards et leurs élections comptaient davantage, pour eux, que la sécurité de leur ville, Tripoli.

J’ai toujours dit qu’il y avait des masses de musulmans sunnites de très haute qualité humaine au Liban, et qu’on n’est pas obligé de prendre les pourris. Mais j’ai écrit, la semaine dernière, un article montrant que le Premier ministre libanais serait nommé par l’Arabie Saoudite et que son identité ne changerait rien. Les Saoudiens nomment le Premier ministre à travers les hommes corrompus qui ont été imposés au Liban à la faveur de l’occupation. Ils se vendent, et les Saoudiens paient.

La vidéo suivante, en arabe, fondée sur un document saoudien publié par Wikileaks, donne un exemple de leurs méthodes. Il s’agit d’une lettre envoyée par l’ambassadeur saoudien à son ministre, pour lui dire que le leader chrétien Samir Geagea demande de l’argent saoudien pour financer sa milice, et dit qu’il est prêt à aller en discuter en Arabie. Et l’ambassadeur a expliqué au ministre que Samir Geagea serait utile pour combattre le général Aoun et le patriarche Rai (chefs politique et religieux de la majorité des chrétiens), ainsi que le Hezbollah. Depuis, Geagea va et vient régulièrement en Arabie. L’accord financier qu’il a demandé a donc été conclu et demeure actif. Les Saoudiens ont payé Abdel-Halim Khaddam 30 millions de dollars pour monter une milice et combattre le Président Assad. Combien donnent-ils à Geagea pour rendre le même genre de services au Liban?

Les chefs d’Etat occidentaux collaborent en reconnaissant ces personnalités corrompues. Ils refusent ainsi de traiter avec des hommes qui représenteraient vraiment le peuple libanais. Ils ne traitent pas avec la majorité chrétienne. Ils ne traitent pas avec les sunnites intègres. Et ils ont contribué à fabriquer une majorité sunnite haririenne qui, à l’origine, ne correspondait pas à la volonté populaire. Comme le prouve le besoin qu’a eu Rafic Hariri de recourir aux attentats pour éliminer son rival politique Mustapha Saad, et plus tard, aux distributions d’argent pour se faire élire et réélire.

Après la mort de Rafic Hariri, les Saoudiens ont imposé son fils Saad pour lui succéder, alors que le parti et la famille Hariri, au Liban, avaient déjà élu son frère Baha, l’aîné. Du jour au lendemain, Saad a été parachuté au Liban, et il a mené les élections à la place de Baha. Puis l’Arabie Saoudite a imposé le banquier des Hariri, Fouad Siniora, comme Premier ministre à la place de Saad qui avait gagné les élections. Et on n’en finit pas de raconter les histoires des ingérences saoudiennes dans les affaires du Liban, dont la plus grave reste le changement de la Constitution et le pillage des pouvoirs du Président (qui doit rester chrétien d’après ce texte) au profit du Premier ministre (qui doit rester sunnite). À ce sujet, je renvoie à mon livre “Du règne de la Pègre au réveil du Lion”.

A cause de ce processus de corruption qui se nourrit d’elle-même, j’ai écrit, la semaine dernière, que le Premier ministre serait choisi par l’Arabie Saoudite et que son identité importait peu. Car le régime saoudien n’est pas une entreprise de philanthropie. S’il désigne quelqu’un, c’est pour qu’il agisse selon sa volonté. Et cela, ce n’est pas la faute des Libanais. Quand vous êtes en prison, on vous impose les geôliers que l’on veut. Que vous soyez un homme ou que vous soyez un peuple. Mais quand on vous impose un Premier ministre, autant lui donner une chance. Sinon, on va dans le sens du chaos.

Ceux qui ont vu ma vidéo ci-dessus sur Mikati et Safadi savent que, selon moi, Safadi est très corrompu. Il est donc évident que d’après moi, il ne pourrait combattre la corruption que s’il commençait par se dénoncer lui-même. Mes lecteurs sont assez intelligents pour comprendre ce sous-entendu sans que j’aie à le souligner.

Ma raison me dit que Safadi ne le fera pas. Mais je ne l’attaquerai pas, en tant que Premier ministre, avant qu’il n’ait donné de raisons de le faire.

J’ai agi de même avec Macron: si vous vous en souvenez, je l’ai attaqué en veux-tu en voilà; puis, quand il a été élu, j’ai écrit l’article “Emmanuel Macron ou le cauchemar qui vient”.

Ensuite, j’ai cessé les attaques, car pour la sécurité du public, on ne doit pas attaquer un conducteur d’autobus au démarrage. On ne l’attaque par la suite, s’il conduit l’autobus dans le précipice. J’ai donc repris les attaques lorsqu’il a réuni les évêques de France aux Bernardins. J’ai alors annoncé que nous devions nous attendre à voir une ouverture vers les islamistes, notamment l’UOIF, qui l’avait soutenu aux élections. J’ai également montré ce que signifiait sa réception de Sherin Khankan. Et ce que signifiait sa donation à Syria Charity, la façade d’une organisation djihadiste.

Les informations que je mets sur ce site, sur ma page Facebook, sur ma chaîne Youtube, et occasionnellement, sur mon compte Twitter, sont des bouteilles jetées à la mer. Parfois, elles arrivent à destination; mais le plus souvent, elles n’arrivent nulle part, sauf dans les cœurs de bonnes gens remplis de bonne volonté, et qui, comme moi, ne peuvent rien faire; et que je remercie pour leur fidélité et leur affection, que je leur rends de tout cœur.

Je me rappelle cette scène qui a eu lieu en 1969, lorsque le président Charles Helou avait laissé Yasser Arafat imposer au Liban, par le biais de Nasser, le traité du Caire, qui donnait aux camps palestiniens le statut d’extraterritorialité. Petite fille, et entendant tout le temps mes parents attaquer Charles Helou (mon père disait: “Charles ma elo” (Charles qui n’a pas [les organes]), j’ai voulu le ridiculiser en lui mettant des oreilles d’âne sur une photo. Mon père a regardé et m’a dit: “C’est tout de même ton Président”.

Ce fut pour moi une leçon pour toujours. Finalement, les institutions — la présidence, les ministères, la police, l’armée — ne doivent pas être confondues avec ceux qui les commandent. Un policier peut être salaud, brutal, il doit être puni. Lui et non l’institution, car celle-ci a pour but de servir la société.

Idem pour la Présidence. Macron doit rendre des comptes. Il doit être jugé, mais après l’échéance présidentielle. Encore faudrait-il ne pas le réélire. Mais non le brûler en effigie pendant qu’il est Président, car si l’institution et la fonction sont méprisées, un bon Président, par la suite, ne pourrait pas gouverner.

Or actuellement, c’est ce qui arrive au Liban, avec des slogans, des injures, des insultes, des dessins obscènes préparés par avance par des personnages qui flétrissent des institutions, indépendamment du fait que les hommes qui les occupent le méritent, ou non. Car pourquoi vouloir la chute du Parlement, puisqu’il a été élu deux ans plus tôt? Il n’y a qu’à attendre deux ans pour en élire un autre: c’est la règle en démocratie. Pourquoi vouloir la chute du Président qui, de toute façon, va finir son mandat? Pourquoi vouloir la chute du gouvernement, et exiger un “gouvernement de technocrates”, alors qu’on accepte que le Premier ministre soit un homme politique et non un “technocrate”? Il y a quelque chose de corrompu dans le fait d’accepter que le Premier ministre soit issu de la classe politique, tout en exigeant que les ministres, qui représentent tout le pays, ne le soient pas.

J’ai toujours été connue comme une empêcheuse de tourner en rond. Il n’y a pas un politicien que je n’aie pas attaqué en public. En feuilletant mon livre “Du règne de la Pègre au réveil du Lion”, une journaliste m’a dit: “Mais tu attaques tout le monde! Je comprends que ton livre les dérange. Ainsi, si quelqu’un veut changer d’alliances, tu l’en empêches!”

Pour la même raison, et après avoir attaqué Safadi dans la vidéo ci-dessus qui le traînait dans la boue, et même après avoir écrit que le nouveau Premier ministre ferait ce que voudrait l’Arabie, j’ai voulu lui donner sa chance, et croire sincèrement — car l’hypocrisie n’est pas mon genre — à un impossible amendement. Comme, au chevet d’un agonisant, un secouriste qui fait le bouche à bouche croit, jusqu’à la dernière minute, que grâce à son souffle, le corps d’un noyé aura un sursaut et reviendra à la vie.

Croire et essayer contre tout espoir, c’est cela qu’on appelle “l’espérance”. Et parfois, ça marche: les secouristes le savent. A plus forte raison essaierais-je avec un politicien placé au sommet de l’échelle, qu’il soit Hariri ou Safadi, et alors que le pays descend vers l’abîme.

Lina Murr Nehmé, le 15 novembre 2019

Email Twitter Facebook Pinterest Google+ Linkedin

Emmanuel Macron accumule les scandales (Libnanews)

Email Twitter Facebook Pinterest Google+ Linkedin

Le président Macron accumule les scandales. Il rogne sur les retraites des personnes âgées et réduit les APL des étudiants. Mais la vaisselle de l’Élysée ne lui plaît pas et il décide de faire payer au contribuable un demi-million d’euros pour la renouveler. Il veut passer ses vacances au fort de Brégançon, forteresse avec vue imprenable, que ses prédécesseurs avaient utilisée comme résidence secondaire, ou pour recevoir des chefs d’État étrangers.

Mais il veut une piscine dans ce château-fort dont il est pourtant impossible de modifier l’aspect, puisqu’il est classé monument historique. Et la piscine sera hors-sol! Une horreur, quoi : un bassin aux parois apparentes, au milieu de la pelouse. De toute façon, une piscine en plein air sera visible sur les photos aériennes qu’achètent les touristes, et sur les photos satellitaires que fournit Google. Coût de cette piscine? 34.000 euros!

Mais ces scandales — et les autres — sont des broutilles face à celui qui défraie actuellement la chronique. Il s’agit du garde du corps et favori du Président, Alexandre Benalla, qui a été temporairement suspendu de son emploi à l’Élysée, aussi bien que de son affiliation de franc-maçon à la Grande loge nationale de France. D’origine maghrébine, Benalla a un physique musclé qu’il doit à sa pratique intensive du sport dans son adolescence. Et il bénéficie d’un traitement de faveur. À 26 ans, il a été nommé, par faveur, lieutenant-colonel sans être passé par les grades intermédiaires. Il aurait ainsi été intégré comme «spécialiste expert» de la gendarmerie et son grade de lieutenant-colonel lui aurait été attribué en raison de son «niveau d’expertise»1. Il a obtenu un badge à l’Assemblée nationale, qui lui donne accès partout à l’égal du directeur de cabinet du président de l’Assemblée, alors même que le président de la République ne se rend pas à l’Assemblée nationale… Le 16 juillet, au retour de l’équipe de France de football, il est dans l’autobus qui leur fait remonter l’avenue des Champs-Élysées, et il est, paraît-il, responsable de ce passage si rapide qui les prive des ovations de la foule massée pour les voir.

Le public ignorait Benalla, il le découvre pendant le déballage qui suit la publication, par le journal Le Monde, de deux vidéos montrant Benalla, portant un casque et un brassard de policier, en train de frapper des manifestants, le 1er mai 20182. Que faisait le garde du corps de M. Macron ainsi déguisé en policier et molestant des manifestants ? Les coups et blessures tombent sous le coup de la loi. La tenue de policier aussi. Or on la lui a fournie, coupée sur mesures. C’est bien là le plus grave. Ce déguisement permettant d’attribuer sa brutalité aux policiers peut aboutir à mort d’homme, puisque les policiers sont de plus en plus souvent victimes de violences dans l’exercice de leur fonction. Le climat est tellement tendu qu’ils en sont à recevoir des cocktails Molotov. Un policier a ainsi flambé comme une torche le 1er mai 20183, sans que cela émeuve particulièrement l’opinion publique, conditionnée par les médias à ne voir les choses que du point de vue de la foule. Un syndicaliste s’en est moqué, parlant de «poulet grillé». Et il y a un an, des manifestants avaient brisé la vitre d’une voiture de police et jeté un cocktail Molotov à l’intérieur4. Le policier qui s’y trouvait aurait pu être brûlé vif s’il n’avait eu le sang-froid de sortir à la dernière minute de la voiture en flammes. Mais alors, on l’attendait avec des matraques.

Je ne défends évidemment pas les injustices commises par certains policiers, je constate seulement qu’ils sont attaqués sur simple dénonciation et sans vérification, ce qui n’est pas le cas quand il s’agit d’un casseur. En fait, les auditions du Sénat nous apprennent que Benalla avait un permis de port d’arme en tant que policier. Pourtant, il n’exerçait aucune fonction de police à l’Élysée. Mais Benalla est un proche du Président, très proche. Les photos sont nombreuses à le montrer. La presse a affirmé que ce dernier lui paie, aux frais du contribuable bien sûr, un salaire faramineux : 7013 euros bruts mensuels3, d’un chauffeur personnel et d’une berline de luxe — une Renault Talisman équipée d’une sirène et d’un gyrophare «en principe réservés à l’usage de la police4». Elle ajoute qu’il est logé somptueusement dans une dépendance de l’Élysée, quai Branly, dans l’appartement où M. Mitterrand logeait sa maîtresse5. Et comme cette dernière, Benella vit presque dans l’intimité du Président. Leurs rapports donnent tellement à jaser qu’un journaliste parle d’«une relation particulière qui s’est liée entre eux. Benalla vit avec le chef de l’État et sa femme, il est de tous les déplacements officiels comme privés6.» Après la publication des vidéos montrant Benalla frappant des manifestants, le ministre de l’Intérieur, Gérard Collomb, est interrogé à son sujet par l’Assemblée Nationale et le Sénat. Il répond qu’il «ne pense pas» que son chef de Cabinet Jean-Marie Girier, directeur de campagne de M. Macron, ait validé l’embauche de Benalla durant la campagne présidentielle. C’est pourtant impossible, vu l’échange d’emails publié par Wikileaks dans les Macron leaks en juillet 2017, qui nous informe qu’Alexandre Benalla avait été embauché, à partir du 5 décembre 2016, pour assurer la sécurité de Macron, avec un salaire de 3500 euros par mois. Où est la vérité ? Il y a eu tant de contradictions, tant de mensonges dévoilés durant les auditions de l’Assemblée Nationale et du Sénat, que l’on est en droit de se poser des questions. Quand, une semaine après le début de L’Affaire Benalla, M. Macron sort de son silence, c’est pour crâner et démentir: «Je suis fier de l’avoir embauché à l’Élysée parce que je considère que c’est quelqu’un qui était dévoué et qui avait un parcours différent.» En quoi est-ce un sujet de fierté, pour un Président français, d’avoir embauché un garde du corps? Le niveau du Premier magistrat de France est devenu celui d’un recruteur de voyous? Car il est vrai que Benalla avait un parcours différent: il était violent de façon gratuite. Gilles de Laclause, ancien gérant de l’immeuble abritant les locaux du mouvement En Marche d’Emmanuel Macron, affirme, en novembre 2016, avoir eu deux altercations avec Benalla, qui avait été très agressif au téléphone. Il en avait averti des personnes du mouvement; on lui répondit que Benalla était bénévole auprès du mouvement. Malgré son arrogance et sa brutalité, il a été embauché dès le 5 décembre suivant, comme le prouve l’échange d’emails publié par Wikileaks et que nous reproduisons en fac-similé. Le même Gilles de Laclause raconte une autre anecdote : Benalla étant venu, «Un de mes agents lui a demandé qui il était, et il s’est emporté aussitôt. Je descends, et il s’emporte aussi contre moi, en mode “je vais te péter la gueule”. Il me sort une carte tricolore, expliquant qu’il travaille pour les services du Premier ministre. Il menace d’appeler la police, ce que j’ai fait moi-même. À l’arrivée de la police il était parti7.» Et il ajoute : «Je me disais, un jour il y aura un clash majeur avec Alexandre. Tout le monde savait… qu’il était sujet à des coups de gueule. Après il y avait deux attitudes : soit il y avait déjà des gens qui n’acceptaient pas, ce qui était mon cas, et il y avait des gens qui minimisaient en disant “il est excellent, il est juste un peu chien fou, un jeune”8.» Et le président Macron qui s’est déclaré fier d’avoir embauché cet homme impoli et brutal, de citer aux députés de son mouvement les énormités pour ne pas avoir à s’exprimer sur les questions posées: «La République exemplaire n’empêche pas les erreurs, leur dit-il. S’ils cherchent un responsable, c’est moi et moi seul! Qu’ils viennent me chercher. C’est moi qui ai fait confiance à Alexandre Benalla. C’est moi qui ai confirmé la sanction… Alexandre Benalla n’a jamais détenu les codes nucléaires, Alexandre Benalla n’a jamais occupé un appartement de 300 m2, Alexandre Benalla n’a jamais eu un salaire de 10.000 euros, Alexandre Benalla n’est pas mon amant.» Macron connaissait-il ce discours de Mussolini à la Chambre, le 3 janvier 1925, suite à l’assassinat du député socialiste italien Matteoti ? «Je déclare ici, en présence de cette Assemblée et en présence de tout le peuple italien, que j’assume, moi seul, la responsabilité politique, morale, historique de ce qui s’est produit. … Si le fascisme a été une association de criminels, je suis le chef de cette association de criminels!» D’ailleurs Macron a dit plusieurs contre-vérités que la presse et le Sénat se chargèrent de prouver durant les jours suivants, nous apprenant, par exemple, que d’après sa feuille d’impôts, Benalla résidait bel et bien au 11 quai Branly. Quant à aller chercher M. Macron, comme il l’a dit de cet air de défi, il est évident que les sénateurs et les députés ne pourront pas le faire, à moins d’une révolution par laquelle c’est le peuple qui le ferait. Une manifestation se prépare pour le vendredi 27 juillet pour aller «chercher Macron». Des incidents sont à craindre, car cette manifestation rassemblera les extrêmes. Même après la publication d’une troisième vidéo montrant que Benalla était allé frapper les manifestants après qu’ils aient jeté des verres au visage des policiers9. Reste à savoir ce qu’il faisait en ce lieu, vêtu en policier. Comment réagira le pouvoir? Comment se poursuivra le mouvement d’opposition ? Telle était l’inquiétude que j’avais exprimée le 9 mai 2017 dans mon article Emmanuel Macron et le cauchemar qui vient10. On a effectivement vu le cauchemar venir comme on pouvait le prévoir : en partie dans les esprits, en partie dans la rue, d’une manière qui fait peur. Car l’on ne pouvait considérer ces élections représentatives de la volonté du peuple, la majorité n’ayant pas voté, ou ayant considéré qu’on lui avait volé la liberté de choisir. Il n’y avait donc pas eu de choix. Des sabotages médiatiques fort peu démocratiques ont fermé des clôtures pour envoyer la foule dans le seul chemin que lui indiquaient les médias, qui par ailleurs avaient trouvé opportun de programmer des films et des émissions sur le nazisme, comme pour faire croire que M. Macron serait un rempart contre la dictature. Mais ce genre de pratiques, en soi, est dictatorial. Dans les totalitarismes, la propagande se charge d’indiquer un chemin unique en interdisant les autres, soit par le terrorisme intellectuel, l’hostilité, les accusations, soit par l’arrestation physique. Et ceux qui s’y engouffrent se croient libres. Comme on fait avec les moutons en mettant des barrières partout, sauf là où on veut les voir. Ils croient avoir réfléchi, tout simplement parce qu’il n’y avait pas d’autre voie.

Notes

1 Le Parisien, 21-07-2018.

2 Le Monde, 18/07/2018.

3 Vidéo visible sur : www.20minutes.fr/tv/actus/276877-qui-est-le-policier-grievement-brule-apres-un-tir-de-cocktail-molotov

4 Vidéo visible sur : www.lepoint.fr/societe/voiture-de-police-incendiee-des-images-inedites-18-05-2016-2040316_23.php

5 Le Canard Enchaîné, 25/07/2016.

6 BFMTV, 19/07/2018.

7 L’Express, 23/07/2018.

8 Laurent Léger, L’Express, 19/07/2018.

9 francetvinfo.fr, 25/07/2018.

10 francetvinfo.fr, 25/07/2018.

11 francetvinfo.fr, 23/07/2018.

12 Libnanews, 9/05/2017. https://libnanews.com/emmanuel-macron-cauchemar-vient/

Emmanuel Macron accumule les scandales

Email Twitter Facebook Pinterest Google+ Linkedin

Tareq Oubrou et sa “charia de minorité”

Email Twitter Facebook Pinterest Google+ Linkedin

Tareq Oubrou est pressenti pour remplir le rôle de représentant des musulmans français sous Emmanuel Macron. Dans un entretien publié par Libnanews en 2016, Lina Murr Nehmé alertait déjà sur le profil de l’imam bordelais.

“Que veut dire l’expression « charia de minorité » dans la bouche de Tareq Oubrou ?

Il s’agit tout simplement de vivre dans la société occidentale en renonçant à ce qui, dans la charia, ne s’y adapte pas. Donc les musulmans, minoritaires en France, peuvent renoncer à la lapidation, à l’ablation des mains, à la décapitation de l’apostat et du blasphémateur, etc.

C’est cela, la charia de minorité. S’il faut une charia de minorité à une minorité musulmane en Europe, c’est qu’il lui faudra une charia de majorité si elle devient un jour majoritaire — ce qui peut arriver, aux dires de cheikh Youssef Qaradawi, qui affirme que l’Occident sera conquis sans violence, parce que le taux de natalité des familles d’immigrés, généralement musulmanes, est supérieur à celui des Européens de souche.

Dans ce cas, la charia de majorité remplacera la charia de minorité, qui ne sera plus nécessaire. C’est cette charia de majorité qui régit en effet le califat prôné par Tareq Oubrou.

Lire l’interview complète sur Libnanews

Voir T. Ramadan, T. Oubrou, D. Boubakeur: ce qu’ils cachent (Salvator, 2017)

Email Twitter Facebook Pinterest Google+ Linkedin