Tag Archives: Dealers

Yassine Bellatar rachète des parts du bar de Sevran

On apprend que l’humoriste Yassine Bellatar a acheté plus du tiers des parts dans le bar de Sevran dont un reportage de France 2 avait dit qu’il interdisait l’entrée aux femmes. Pour jeter de la poudre aux yeux, Yassine Belattar l’inaugure le 8 mars, à l’occasion de la journée de la femme. Mon expérience et l’expérience des Sevranais prouvent pourtant le contraire. Probablement dans le futur ce café deviendra mixte à cause de toute la publicité qu’il a eue. Il n’empêche que ses clients chassaient les femmes ou les poursuivaient pour les bloquer sur la route afin de leur voler les photos qui prouvaient que ce café n’avait que des hommes pour clients.

Les journaux prétendent que ce bar n’était pas interdit aux femmes. J’y suis allée et j’ai vu le contraire et j’ai pris des photos pour le prouver. Mais des hommes nous ont poursuivis et séquestrés sur la route, nous menaçant de nous garder à Sevran si nous ne leur livrions pas les photos. Ils ne nous ont laissé sortir qu’après avoir détruit toutes les photos, sauf celle ci-dessous. Quand je suis allée porter plainte au commissariat de police et que j’ai raconté l’histoire que je partage ci-dessous, la policière a refusé, disant que dans ce bar il n’y avait que des hommes et que je devais demander la permission de la préfecture pour aller à Sevran (Chic! nous sommes en France). Et un policier m’a dit que j’avais dû tomber sur une affaire de dealers qui, bien entendu, n’avaient pas envie de voir leurs visages publiés.

Et avec ça on continue à dire que le bar de Sevran est un bar mixte!!!! Cela permet à Yassine Bellatar de racheter 36% des parts du bar-PMU en prétendant qu’il veut “rétablir l’honneur d’un homme, d’un établissement, d’un quartier !” Comme si les femmes sevranaises qu’on chassait de ce bar ne faisaient pas partie du quartier!

Quant à mon post publié à l’époque (5 août 2017), le voici:

Jeudi en fin de journée, nous sommes allés, mon mari et moi, au Jockey Club de Sevran. C’est de ce bar que des Françaises d’origine maghrébine ont été chassées en décembre 2016, alors que la scène était filmée en caméra cachée pour France 2. Clémentine Autain, candidate aux législatives, avait prétendu que ce reportage revenait à stigmatiser la banlieue, et que les femmes n’étaient pas interdites dans ce café. Puis le Bondy Blog, voulant se refaire une virginité après la découverte des tweets racistes d’un de ses membres, Mehdi Meklat, avait prétendu faire une contre-enquête. Le patron, averti de la date, avait organisé un buffet et avait rempli son café de femmes. Il y a eu des témoignages de femmes dont certaines disaient qu’elles fréquentaient le café.
Comme je parle de cette affaire dans mon prochain livre — «L’Islamisme et les Femmes » — à paraître fin octobre, je voulais vérifier si les femmes étaient oui ou non tolérées dans ce café. Je pensais qu’étant accompagnée, je pourrais y prendre une consommation et voir ce qu’il en était.
Je demandai donc à mon mari d’aller là-bas, et nous entrâmes à Sevran.
Mais dès qu’il vit l’endroit, mon mari me dit : « Il n’y a que des hommes. On s’en va. »
Et il continua sa route.
C’est vrai que le spectacle d’un si grand nombre d’hommes assis et regardant la rue était impressionnant, alors que tout le pays croyait ce café mixte. Il fallait que j’en publie une photo. Car qui me croirait quand je dirais ce que j’avais vu?
Je demandai à mon mari de revenir pour que je puisse prendre cette photo, il refusa, disant : « Il n’y a que des hommes, qu’est-ce que tu veux photographier ? »
Comme j’insistais, il me dit qu’une femme pouvait avoir des ennuis avec ce genre de clientèle. Je lui racontai l’histoire du reportage de France 2 et de la soi-disant enquête du Bondy Blog. Il continua à refuser, cependant que nous sortions de Sevran. Alors je dis que si je ne prenais pas une photo en étant avec lui, je reviendrais seule par le métro et je la prendrais sans lui, et c’est alors que j’aurais des ennuis.
Aussitôt il fit demi-tour et nous revînmes à Sevran. Nous passâmes devant le café. Par la fenêtre ouverte de la voiture en marche, je pris quelques mauvaises photos dont la plupart furent floues.
À la sortie de la ville, nous nous arrêtâmes à un feu rouge. Alors, comme dans les films, une voiture nous doubla et vint nous boucher la route en diagonale, et une autre voiture s’arrêta à notre gauche. Il y avait beaucoup d’automobiles derrière nous, et la circulation fut bloquée.
Et comme dans les films, deux hommes sortirent des voitures et vinrent se planter devant mon mari d’un air menaçant. C’étaient Laurel et Hardy, un grand Noir musclé qui dominait un Blanc gringalet d’origine maghrébine, mais ils n’étaient ni sympathiques ni rigolos.
Mon mari ouvrit la fenêtre et leur demanda ce qu’ils voulaient. Ils dirent qu’ils voulaient « la vidéo ».
Je dis qu’il n’y avait pas de vidéo mais des photos, et qu’en tout cas cela ne les regardait pas. L’un d’eux se mit à crier : « Nous sommes chez nous ici. » Je dis : « Nous sommes en France. » Il répondit : « Nous sommes à Sevran. »
Ils nous menacèrent : « Vous ne partirez pas d’ici. »
Comme ils semblaient prêts à sortir un couteau, mon mari me demanda mon portable et leur montra les photos. La loi m’autorise à les prendre, car un café est un lieu public. Et j’avais le droit de les publier en floutant les visages. Elles étaient de toute façon floues, sauf une. Mais ils nous obligèrent à les effacer toutes, floues ou pas. Ils nous laissèrent tout de même celle-ci, qui prouve mon passage devant ce café à une heure de grande affluence, puisqu’il y avait un client assis si loin de l’entrée du café.
En apprenant l’histoire, un policier se mit à rire et me dit : « Vous avec eu de la malchance. Il devait y avoir une affaire de trafic de drogue qui se concluait, et vous êtes tombée en plein dedans. Vous vouliez photographier des hommes, vous avez photographié des dealers. Evidemment, ils ne voulaient pas qu’il y ait des preuves. »
Telle fut également la réflexion faite par plusieurs Sevranais.

Clémentine Autain a garanti que ce bar acceptait toutes les femmes sans exception, et elle y a gagné un siège électoral, car on a voté pour elle dans des régions où ce sont les consignes électorales des islamistes qui décident du résultat d’une élection.
Clémentine a ainsi couvert un bar où un homme n’ose pas introduire sa femme parce que, justement, il n’y a que des hommes et qu’elle pourrait devenir leur victime. Elle a fait cela aux dépens des femmes musulmanes, et au profit de leurs oppresseurs.
Il est loin, le temps où c’est cette même Clémentine qui se faisait agresser et violer.
Elle est devenue une célébrité, personne n’osera toucher à elle.
Personne ne braquera son auto pour lui voler des photos prises pour son travail, comme ils ont fait avec moi.
La pègre, en effet, défend ceux qui la défendent. Cosa nostra.

Lina Murr Nehmé, le 6 mars 2018