Archives par mot-clé : Censure

Quand les lanceurs d’alerte sont identifiés avec les terroristes

Email Twitter Facebook Pinterest Google+ Linkedin
Capture d’écran du post de Facebook où je copiais le texte de mon article Daesh en Algérie

Le 1er décembre 2019, j’ai publié sur Facebook mon article Daesh en Algérie, où j’analyse l’avancée de Daesh en Afrique, et rappelle à mes lecteurs les ambitions de Daesh en Europe.

Le lendemain, mon profil FB a disparu. On me propose de cliquer sur un lien si je “pense qu’il s’agit d’une erreur”, et je le fais. On me demande alors la photo d’une pièce d’identité, et je l’envoie.

Le week-end passe. Le lundi matin, je reçois un email de Facebook m’informant que mon compte est définitivement clos, parce que j’aurais, selon eux, “violé les règles de leur communauté”. Et ils expliquent: ils ne peuvent pas “tolérer des menaces crédibles”, “le soutien à des organisations violentes”, ou un “contenu extrêmement graphique” sur Facebook.

Un des administrateurs de la page déniche la série de notifications ci-dessous qui assure que l’article censuré est Daesh en Algérie. Il y a la photo du document de Daesh que, visiblement, leur ordinateur a repérée. Cette notification parle d’infractions “répétées” parce que nous avons partagé cet article à plusieurs reprises, les administrateurs et moi (en haut, sans nom parce que le profil avait été supprimé).

Le modérateur marocain m’accuse de soutenir Daesh, alors que mon analyse commence par les mots: “C’est vrai que Daesh ment comme pas deux”. Mauvaise foi, sottise, paresse ou méconnaissance de la langue française? Et comme le même article rappelle que Daesh veut attaquer l’Europe, il m’accuse de lancer des “menaces crédibles”!

Moi, menacer ceux que je cherche à prévenir? Quel ridicule!

Quant aux images “extrêmement graphiques”, cela doit être le nom donné à toutes les images émanant de Daesh, même quand il s’agit de photos de communiqués militaires. Les machines ne font pas la distinction.

Les machines, oui, mais les hommes ? A ma connaissance, ce sont les modérateurs qui ferment les pages, et non les machines. Et si c’est une machine, est-il plausible qu’elle juge la photo d’un communiqué “graphique”, mais non celles d’Asia Bibi égorgée par un terroriste, et de Geert Wilders le visage transpercé par un tournevis, publiées sur le même réseau français, dans la même ville de Paris, un an plus tôt, mais non bloquées par les modérateurs marocains de Facebook?

Après la fermeture de mon compte Facebook, j’ai partagé le lien de l’article Daesh en Algérie à partir de cette page.

Suite à cette republication du même article, le modérateur m’envoie un nouvel avertissement, toujours sans m’expliquer ce dont il est question ou me dire dans quelle colonne je serai informée:

Je ne touche à rien, puisqu’à ce moment, je ne sais pas encore au juste de quoi je suis accusée.

Un an plus tôt, un étudiant pakistanais, Ali Hassan Rajput, avait assassiné son professeur à Courbevoie, à coups de couteau et en criant: “Allahou Akbar!” Il affirma l’avoir tué pour une caricature de Mahomet. Mais la procureure de Nanterre prétendit que l’étudiant était stressé et qu’il n’avait nullement commis un crime semblable à celui contre Charlie Hebdo. Quelqu’un dut être choqué, et il informa des journalistes de l’adresse Facebook du tueur. Ils la publièrent, avec des captures d’écran prouvant que l’homme était totalement radicalisé. Nous avons dû être des centaines à éplucher ce compte. Et en le faisant, je réalisais combien le meurtre de ce professeur ressemblait à celui de Sarah Halimi par l’acharnement de la justice à alléger la responsabilité d’un tueur musulman issu de l’immigration, et à minimiser l’importance de son crime.

Les ordinateurs de Facebook ont des programmes de reconnaissance faciale ultra perfectionnés. Ils peuvent détecter un tout petit visage sur une photo floue. Un jour, un jeune inconnu a publié une photo de mon livre “Quand les Anglais livraient le Levant à l’Etat islamique” montrant le 1er et 4e de couverture avec la tranche. Facebook m’a aussitôt demandé si je voulais être taguée sur la photo. Leur moteur de recherche m’avait reconnue dans une minuscule photo déformée en diagonale et subissant un reflet! Ce même moteur de recherche ne peut pas ne pas avoir reconnu Asia Bibi égorgée. Ou le visage ensanglanté du député néerlandais Geert Wilders, “graphique”, mais non celles d’Asia Bibi égorgée (ici). Ou le visage du député neerlandais Geert Wilders transpercé par un énorme tournevis, Pourtant, le compte d’Ali Hassan Rajput a été toléré. Il est même resté ouvert durant deux ans, jusqu’à ce que la police le ferme. Et moi, parce que je combats Daesh, je suis traitée de terroriste pour avoir publié une analyse de la stratégie de Daesh!

La vérité, c’est que c’est apparemment ma guerre à l’islamisme et mon audience, qui dérangent. Quand j’ai voulu ouvrir un nouveau compte, je l’ai fait sous mon nom, avec ma date de naissance. Le compte n’a gêné Facebook que lorsque j’ai posté un article sur Sarah Halimi qui a eu une grande audience. En voici la capture d’écran: comme la page est gelée, il n’est presque pas vu et n’a pas de réactions. Mais sur le compte, il a eu des centaines de partages et des milliers de réactions.

Alors Facebook me remarque de nouveau, et le nouveau compte “Lina Murr Nehmé” est fermé. Sarah Halimi gêne encore!

Et quel est le prétexte invoqué par FB cette fois? FB déclare que j’usurpe l’identité de quelqu’un d’autre… Lina Murr Nehmé usurpe l’identité de Lina Murr Nehmé! FB qui autorise la même personne à avoir dix comptes sous le même nom, a fermé mon second compte en prétendant que j’usurpais ma propre identité! Ils ne m’ont pas demandé de prouver mon identité. Ils m’ont fermé mon compte en prétendant que je l’usurpais, et en exigeant une pièce d’identité pour accepter de répondre. (Ainsi ont-ils une copie de vos papiers.) Comme j’avais déjà envoyé mes papiers et que je savais que c’était moi qu’ils voulaient faire taire, je n’ai pas pris la peine cette fois de faire appel.

Voyant ce compte fermé, j’ai voulu avertir ceux qui avaient écrit à la page, que je n’étais plus sur FB. Mais la page a été bloquée sous mes yeux, et il a été impossible de joindre quiconque.

Avant de trouver la notification avec la photo du post incriminé, je citais les accusations de FB, mais je n’y croyais pas vraiment, tant elles me semblaient farfelues. Je le faisais en rigolant. Il a fallu que j’aie la certitude que FB m’accusait réellement de soutenir Daesh et de menacer l’Europe, pour que je commence à réfléchir aux conséquences.

Je ne suis qu’une voix. J’ai dédié le plus clair de ma vie — plus de quarante ans — à un travail ingrat qui ne m’a quasiment pas laissé de loisirs, me privant des sorties amicales naturelles pour une jeune femme, et usant mon corps, mes yeux et ma santé dans des veilles et des séances interminables de travail, parce que je voulais arrêter des massacres et en empêcher d’autres. Je marchais contre le vent et je plongeais les mains dans les ronces pour trouver quelques fruits. Et en résultat, on m’accuse de terrorisme pour pouvoir m’arracher un moyen de communication.

Certes, les accusations de Facebook ne détruisent pas ma crédibilité aux yeux de mes lecteurs qui me connaissent et rient de ces accusations. Mais Facebook n’est pas étanche. Celui qui peut ainsi accuser quelqu’un de terrorisme l’a peut-être condamné à l’enlèvement, à la prison ou à la mort.

Facebook est en effet accusé de vendre les informations privées. Pour se protéger sur ce plan par avance, Mark Zuckerberg vous a informés, en 2014, que toutes les données entrées dans Facebook appartiennent à Facebook et qu’il peut les utiliser sans vous payer de droits d’auteur, et sans limite dans le temps. Il a subi pour cela des procès en Europe, et il a légèrement modifié ses clauses. Mais il vend toujours vos informations à Google. Et à qui encore? Et que fait-il de celles qu’il collecte sur Whatsapp? Que vous l’utilisiez ou que vous ne l’utilisiez pas, cette application parle de vous. Les gens parlent de vous ou transmettent vos histoires, vos photos, vos vidéos. Et là, aucune censure. Whatsapp a été créé pour pouvoir fonctionner sans censure et collecter encore plus d’informations que Facebook.

Jusque-là, je n’y attachais pas d’importance, car je sais que nous sommes tous fichés, partout, qu’en Chine ou au Japon, on peut entendre les mots qu’un homme et une femme se disent sur l’oreiller en France ou en Italie. On n’a jamais vécu autant sous le règne de Big Brother.

Le serveur auquel vous vous connectez possède une copie de tout ce que vous y mettez. Surtout depuis que le président Hollande a instauré l’Etat d’urgence, en 2015. En un sens, cela nous a protégés, puisque cela a permis de déjouer quelques attentats. Mais en même temps, des gens comme Mickaël Harpon ont eu accès à nos données les plus privées. Et eux, personne ne les a déjoués. Car les vrais terroristes n’emploient pas Internet. Ils se donnent des rendez-vous et parlent oralement, sans avoir leurs téléphones portables près d’eux.

Mickaël Harpon était-il la seule cellule dormante dans les préfectures de police? Y en a-t-il d’autres qui attendent leur heure?

Sous l’occupation syrienne (1990-2005), et notamment sous le gouvernement de Rafic Hariri, la terreur régnait au Liban, et vraiment, j’attendais d’être en France pour faire les recherches que je voulais. Quand je posais des questions au sujet de l’espionnage par le biais de mon ordinateur ou de mon portable, on me disait: “C’est la police française.” Je répondais: “La police française? Ça me va. C’est des terroristes que j’ai peur.”

FB vend-il nos informations privées aux services secrets? Visiblement, puisque les Etats-Unis exigent maintenant l’adresse de votre compte Facebook avant de vous donner un visa.

Comme je ne fais rien de mal, je pensais n’avoir rien à craindre de l’espionnage des modérateurs de FB. Mais depuis que je sais que je suis accusée par eux de soutenir une organisation terroriste, je commence à me demander ce qui m’arrivera quand je serai dans l’aéroport de telle ou telle ville. Quand un modérateur FB vous a repéré et accusé de terrorisme, quand il a obtenu de vous la photo de votre passeport, sachez que vous pouvez être fiché dans des endroits auxquels vous ne penseriez pas. Surtout si le modérateur, pauvre et très mal payé, vit au Maroc, où la corruption gangrène la société, les employés, les fonctionnaires. On recrute des modérateurs au Maroc parce que c’est bon marché, sans s’inquiéter de leur compréhension du français, des Français, de leurs problèmes. Voici une publicité de recrutement pour un modérateur au Maroc pour la France:

De toute façon, les services secrets marocains, qui collaborent avec d’autres services secrets, ont accès à vos informations. Tout serveur peut servir à capter les données de ceux qui y sont connectés. Un officier des services de renseignement libanais a dit à un ami il y a quelques années: “Nous savons tout ce que vous écrivez sur Facebook, ou par email. Même si vous l’effacez, la copie reste chez nous.”

Il le disait en confidence. La même confidence a dû être dite tant et tant de fois, et dans tant d’autres pays.

Maintenant, donc, le fait d’être fichée “Daesh” dans les ordinateurs de FB signifie pour moi deux perspectives aussi désagréables l’une que l’autre:

1- Je peux être fichée terroriste dans n’importe quel service secret auquel l’agent modérateur de FB a accès, ou auquel FB vend ses informations, ou avec lesquel FB est obligé de collaborer.

2- Je peux intéresser les organisations terroristes elles-mêmes, qui sont à la recherche de sympathisants. Cela aussi pourrait me coûter la vie, car je ne collaborerai jamais.

En fait, je vous avoue que je n’ai envie ni d’être recrutée, ni d’être tuée. Et je sais que je ne suis pas la seule. Beaucoup d’entre vous ont eu leurs comptes fermés pour avoir subi la même accusation. Et n’importe lequel de ceux qui disent la vérité et partagent autre chose que des fleurs, des arbres ou des chats sur FB… pourra un jour se retrouver subissant le même traitement, sauf s’il se soumet à dame Anastasie avant publication. Les ciseaux de celle-ci sont prêts. Ils sont dans nos têtes.

Lina Murr Nehmé, 22 décembre 2019


Email Twitter Facebook Pinterest Google+ Linkedin

“Nul n’est prophète en son pays” !

Email Twitter Facebook Pinterest Google+ Linkedin

“Nul n’est prophète en son pays” !

Au Liban, le Dar el-Fatwa a poliment informé le ministère qu’il devait interdire la diffusion de mon livre “Tariq Ramadan, Tareq Oubrou, Dalil Boubakeur: ce qu’ils cachent” dans le pays.

Cette institution rédige des fatwas, elle interdit des livres: elle est dans son rôle. C’est elle qui a refusé de recevoir une candidate à la Présidence de la République française sans hijab. Et ce, alors que le voile n’est pas obligatoire au Liban. Il est vrai que mes derniers livres parlent du voile, et de sujets sensibles. Impossible d’expliquer le vrai discours de Tariq Ramadan, Tareq Oubrou, Dalil Boubakeur, sans revenir aux textes qu’ils citent.

Si on comprend que ces trois personnages soient protégés par leurs collègues oulémas qui censurent mon livre, on comprend moins facilement pourquoi cette protection s’exerce en France, en Belgique, et dans une moindre mesure, en Suisse. En effet, on vient de me faire remarquer que les bibliothèques universitaires francophones (françaises, belges et suisses) mettaient moins de mes livres à disposition du public que les universités américaines ou allemandes. Ainsi, il est plus facile à un lecteur habitant à Munich, Chicago ou à un étudiant de Harvard ou Stanford de me lire, qu’à un lecteur français, suisse, belge ou libanais !

Et cela est valable pour d’autres auteurs qui parlent un autre langage que celui d’Olivier Roy, Vincent Geisser, Alain Gresh ou François Burgat, qui continuent d’être consultés et interrogés sur leurs protégés.

Comme on ne peut pas censurer franchement, on ignore, ce qui est aussi efficace. Et si cette censure existe, c’est bon signe: c’est que le travail que l’on fait est efficace. Ce qui est inquiétant, c’est que cette censure touche des livres qui aident des pays victimes du prosélytisme et de l’islamisation agressive à y voir clair. Car toute bibliothèque universitaire ou municipale, en France, possède les livres de Tariq Ramadan, de Tareq Oubrou, de Dalil Boubakeur, ou de Ghaleb Bencheikh, pour ne citer qu’eux. Sans parler des bibliothèques musulmanes dans nombre de mosquées, à commencer par la Mosquée de Paris. Et bientôt, qui sait, Mehdi Meklat aura le prix Goncourt. En face, quels sont les livres qui fourniront aux étudiants de quoi se prémunir contre leur discours ?

Je me souviens de cet étudiant que j’avais plusieurs fois entendu, à la Bibliothèque Nationale de France, endoctriner une étudiante voilée qui le regardait avec des yeux passionnés. “Vous allez faire le djihad?”, lui demandait-elle entre deux bouchées de sandwich. C’était en 2009, l’année où j’avais posé à Tariq Ramadan la colle dont j’ai parlé dans “Fatwas et Caricatures” au sujet du mariage d’Aïcha, et de l’esclavage. Qui sait si cet étudiant, et peut-être cette étudiante, ne sont pas allés faire le djihad en Irak ou en Syrie depuis, et ne sont pas, aujourd’hui, des “revenants”?

En 1982, aux Beaux-arts de Paris, quand l’action des islamistes en France était encore assez faible. Je passais mon UV de tapisserie artistique, et face à moi, à travers la trame, un garçon et une fille réalisaient leur tapisserie; le garçon harcelait la fille en lui vantant sa religion et la beauté du chant du muezzin. Sans doute avait-il lu ou entendu les écrits du père de Tariq Ramadan, Saïd, ou ceux de Hamidullah, qui sévissait à l’époque, pour qui toute musique est interdite à l’exception de l’appel du muezzin. Et je devais ainsi subir tout au long de la journée le fredonnement: “Allahou Akbar, Mohamed est l’Apôtre d’Allah!”

Ce matraquage par le haut (lobbying auprès des politiques) et par le bas (propagande et prosélytisme) produit des convertis, des professeurs islamistes et des djihadistes. On l’a payé, des années plus tard, avec les attentats sur le sol français. Le laxisme et la censure actuels se paieront plus cher encore dans un futur proche, car ce genre de mouvement ne croît pas en ligne droite, mais de façon parabolique. Les livres des éditeurs salafistes sont bien en vue à la Fnac; après l’avoir fait remarquer à un vendeur, un de mes lecteurs s’est fait répondre: “Après tout, ce ne sont que des livres !”

Ibn Taymiyya, El-Djazaïri, Qaradaoui et leurs admirateurs. Puis, les islamistes honteux, qui entretiennent la confusion sur les idées et les textes, et se font passer pour modérés dans les colonnes des journaux et sur les plateaux de télévision. S’ils l’étaient vraiment, ne devraient-ils pas commencer par dénoncer ces auteurs qui mènent à la radicalisation, demander leur interdiction ? Et on continue à les prendre au sérieux.

Est-ce normal ? Vous me direz que la France n’est pas tout à fait dans son état normal. Comment peut-on décrier un phénomène, et faire semblant d’ignorer les textes mis en application ? Dans ces conditions, les livres d’histoire qui ne sacrifient pas aux bons sentiments et au romantisme (“histoire”, rappelons-le, signifie “enquête”), ou qui n’enrobent pas les pires commandements d’une “spiritualité” imaginaire ne peuvent pas être bien accueillis.

Les concepts flatteurs, les bons sentiments, l’optimisme béat ne sont pas de circonstance. Pour que l’histoire arme la pensée, il faut qu’elle aille à la rencontre des faits et des textes qui planifient les actes à venir.

Tous mes livres contiennent des centaines de traductions inédites, des documents reproduits en fac-similé, et présentent des faits difficiles ou scientifiques dans un style lisible, pour être accessibles à des lecteurs ordinaires. Ce sont des livres sans jargon. Ce ne sont pas non plus des livres de demi-savants, bourrés d’erreurs et de contresens, sous prétexte de faire de la vulgarisation. Les propagandistes comme Tariq Ramadan ont des mécènes richissimes, et ont des complices haut placés. Je n’ai payé personne. Mais si des gens ordinaires lisent mes livres et en parlent, la cause défendue par ces livres avancera. Même si ceux qui s’en servent et les utilisent pour leur propre production n’ont pas l’honnêteté de les citer.

Lina Murr Nehmé, 10 mars 2019

Email Twitter Facebook Pinterest Google+ Linkedin

La censure dans les médias américains: elle peut aller très loin

Contrairement à ce qu’on peut croire, les médias américains sont, en matière de politique étrangère, lourdement influencés par des entités sans scrupule qui sont, parfois, apparentées au gouvernement.

Cette sujétion n’est pas évidente, car les journalistes aux Etats-Unis sont impertinents en matière de politique intérieure. L’Américain moyen n’en sait donc pas assez en matière de politique étrangère pour pouvoir vérifier les informations qui lui sont fournies… ou pour savoir ce qu’on lui cache.

Etant au Liban en février 1989, j’avais commandé des impressions de certaines de mes peintures. Puis j’avais dû partir de Jounieh à Chypre par bateau pour rentrer aux Etats-Unis, dans la région de Boston, où je vivais alors. Je ne pouvais pas savoir que j’avais pris le dernier bateau, et que les bombardements allaient fermer ce port, quelques heures après mon départ.

Trois semaines plus tard, ayant besoin de quelques exemplaires de mes impressions, je téléphonai à mes parents au Liban et je leur demandai s’ils les avaient reçues. Mon père me dit :

« Nous faisons aussi vite que nous le pouvons. Mais nous sommes bombardés. Tu sais que nous sommes en guerre, n’est-ce-pas ?

— Non. Je ne savais pas. Sinon, je ne t’aurais pas interrogé au sujet de mes impressions.

— Nous subissons les pires bombardements que nous ayons jamais connus. Mais nous sommes heureux, parce qu’enfin, le Liban a déclaré la guerre à la Syrie. »

C’était inouï ! L’armée syrienne occupait une grande partie de Beyrouth et du Liban depuis des années. L’armée libanaise la combattait dans certains endroits, mais les politiciens libanais n’avaient jamais osé parler ouvertement de bombarder l’armée syrienne au Liban.

J’appelai les journalistes libanais que je connaissais aux Etats-Unis. Ils confirmèrent l’existence d’un black-out médiatique américain en ce qui concernait le Liban. L’un d’eux m’expédia, par fax, une lettre de protestation standard à signer et à envoyer à la Maison Blanche, à George H.W. Bush, qui était alors le Président. Dans cette lettre, le signataire demandait que les médias américains disent la vérité au sujet de ce que faisait la Syrie au Liban.

Je signai la lettre, la mis dans une enveloppe que laquelle j’écrivis le nom et l’adresse de George H.W. Bush. Puis je cachetai l’enveloppe et je la postai, sans vraiment espérer de résultat.

A la fin de la semaine, les médias mirent fin au black-out. Je téléphonai au même journaliste et je lui demandai ce qui était arrivé. Il dit : « Nous avons été 50.000 à envoyer des lettres à la Maison-Blanche. C’est pour cela que les médias ont mis fin au black-out. Lis le Boston Globe ».

Le 2 avril 1989, en effet, le Boston Globe avait publié l’éditorial suivant :

« Depuis le 14 mars, le peuple de Beyrouth subit souffre de bombardements d’artillerie qui ont fait de son existence un cauchemar. En une nuit, 5.000 roquettes venues des positions syriennes à Beyrouth-Ouest, sont tombées sur les quartiers chrétiens de Beyrouth-Est. D’énormes conteneurs de combustible ont explosé, et les incendies sont devenus incontrôlables. Des centrales électriques ont été frappées, et comme Beyrouth dépend des pompes électriques pour son approvisionnement en eau, la panne d’électricité signifie une ville sans lumières et sans eau.
“Les télévisions et les journaux américains ont subi des pressions pour ne pas rapporter la tragédie des bombardements de Beyrouth — les centaines de morts et de blessés, les milliers de réfugiés fuyant vers le sud. L’administration Bush a gardé le silence ».

Boston Globe 1989-Beirut Bombardment det-pt

Qui pouvait faire pression sur tous les médias américains pour les empêcher de faire leur travail, alors que l’administration Bush aussi gardait le silence ? Et pourquoi ?

Les effets de ces pressions sont étonnants. Durant la période allant du 14 mars jusqu’à l’éditorial précité, les articles du Boston Globe donnent l’impression que rien n’arrive au Liban excepté des cessez-le-feu et quelques combats entre chrétiens et musulmans ou druzes. Ci-dessous, nous avons traduit les résumés des sept articles concernant le Liban et publiés entre le 14 mars et le 1er avril, tels qu’on les trouve dans les archives du Boston Globe. Trois d’entre eux concernent des cessez-le-feu. Quatre décrivent les combats comme étant entre chrétiens et miliciens musulmans sans intervention syrienne. L’un d’entre eux décrit l’armée syrienne comme n’étant pas concernée (mais opérant un redéploiement pour le cas où). Aucun ne montre la Syrie comme étant impliquée dans les combats. Un seul (il s’agit d’une troisième mise à jour d’un article précédent) signale qu’un certain général dirigeant un « Cabinet chrétien » dit que les combats sont contre les forces syriennes :

  • 15 mars 1989 :« 40 Libanais Meurent dans des Confrontations Confessionnelles. 40 personnes au moins, pour la plupart des civils, ont été tuées le 15 mars 1989 à Beyrouth, pendant que les combats entre entre les unités de l’armée chrétienne et les miliciens musulmans. Les duels d’artillerie ont fait pleuvoir des centaines d’obus sur les quartiers résidentiels de Beyrouth.
  • 15 mars 1989 : « 40 Libanais Meurent dans des Confrontations Confessionnelles (troisième mise à jour de l’article précédent): le général Michel Aoun, qui dirige un Cabinet militaire chrétien et 20.000 soldats chrétiens, a dit hier : “C’est une guerre de libération contre les forces d’occupation syriennes. La bataille a commencé.” Le quartier-général d’Aoun a été endommagé par le bombardement terrestre. La police dit qu’en milieu d’après-midi, les forces d’Aoun ont bombardé la ville frontalière [sic] de Chtaura [au centre du Liban], quartier-général du commandement des forces syriennes à l’est du Liban, dans la vallée de la Békaa, et a fermé l’autoroute Beyrouth-Damas. Le général Sami Khatib, choisi par [Salim Hoss] pour commander les 22.000 soldats musulmans de l’armée, est resté en-dehors de la bataille entre les chrétiens et les druzes. Ses soldats sont mal équipés et disséminés dans tout le territoire musulman libanais, qui, grosso modo, s’étend sur Beyrouth-Ouest, les taudis au sud de la capitale, le Sud-Liban et les régions côtières.
  • 16 mars 1989 : « Les Libanais observent un cessez-le-feu non officiel. Les forces rivales, chrétiennes et musulmanes, faisant une pause après deux jours de combats qui ont tué 50 personnes et en ont blessé d’autres, ont observé un cessez-le-feu non officiel, au milieu d’avertissements et de combats renouvelés.
  • 19 mars 1989 :  « Les bombardements terrestres continuent dans les collines près de Beyrouth. Les troupes dirigées par l’armée chrétienne, ainsi que les miliciens musulmans pro-Syriens, se sont livrés à des combats de tanks et d’artillerie dans les collines surmontant Beyrouth. Des raisons ont été présentées pour les derniers combats.
  • 21 mars 1989 : « Duels d’artillerie et raids aériens secouent le Liban. Il y a eu une éruption de violence entre les forces chrétiennes et musulmanes au Liban, alors que les avions israéliens bombardaient les positions palestiniennes dans la vallée de la Békaa.
  • 23 mars 1989 : « Redéploiement des troupes syriennes près de Beyrouth. La Syrie a déplacé ses troupes à Beyrouth dans de nouvelles positions et a appelé à chasser le leader chrétien Michel Aoun. La réorganisation militaire a lieu pour le cas d’une guerre à travers Beyrouth divisée, entre les troupes d’Aoun et des musulmans syriens. »
  • 29 mars 1989 : « Le cessez-le-feu commence au Liban, les bombardements terrestres se poursuivent. L’armée libanaise a accepté un cessez-le-feu pour donner à la Ligue Arabe une chance de négocier une fin à la crise du Liban.

Une telle servilité est étonnante dans un pays qui prétend avoir la presse la plus libre du monde. Dans un pays libre, il n’est pas besoin d’envoyer des lettres au Président pour obtenir que les journalistes rapportent une tragédie aussi gigantesque. L’argent ou d’autres formes de pression poussent les médias américains à accepter, dans le domaine de la politique internationale — et c’est le domaine le plus important — de se livrer à une auto-censure similaire à celle que la terreur impose dans les dictatures.

http://www.unesco.org.uk/press_freedom

La Maison-Blanche était très bien informée : elle avait son ambassadeur au Liban. Le télégramme ci-dessous, publié par Wikileaks, fut écrit le 14 mars 1989 par John McCarthy, alors ambassadeur américain à Beyrouth. Il parle du bombardement, et dit que Nabih Berri, chef du mouvement Amal, avait fait savoir à l’ambassadeur que ce n’était pas lui qui avait bombardé le ministère libanais de la Défense (MOD). Berri sous-entendait ainsi que c’était l’armée syrienne qui avait bombardé le ministère en question. A part Amal et l’armée syrienne, en effet, il n’y avait, à Beyrouth Ouest, aucune force possédant une artillerie lourde lui permettant de se livrer à des bombardements de ce calibre :

US embassy Beirut 14 march 1989

Pourquoi George H.W. Bush a-t-il gardé le silence au sujet de la tragédie du Liban en mars 1989, alors qu’il était informé de façon quotidienne par ses diplomates et ses services de renseignement?

Peut-être parce que George Bush voulait laisser agir l’armée syrienne et les milices financées par la Syrie et l’Arabie Saoudite. Il approuvera par la suite l’invasion syrienne du Liban (13 octobre 1990). Quelques jours plus tôt, il aura préparé l’opinion publique américaine dans un échange à la Maison-Blanche, avec les représentant de la communauté moyen-orientale, le 24 septembre 1990. Durant cet échange, il refusera de mettre à égalité le Liban et le Koweït en matière de droits, et refusera de punir Hafez Assad comme il punissait Saddam, alors que le Liban avait subi l’occupation d’Hafez Assad depuis très longtemps, alors que le Koweït subissait tout juste celle de Saddam. Il alla jusqu’à annoncer que la Syrie jouerait un rôle pour mettre fin à la division du Liban, et donc, qu’elle l’occuperait complètement :

Une femme : « Une question au sujet du Liban, je vous prie… ».
Bush : « Feu ! ».
La femme : « …Notre gouvernement a pris contre l’Irak toutes les mesures que nous lui avions demandé avec insistance de prendre contre la Syrie qui a commis une agression similaire contre le Liban. Apparemment, la Syrie est maintenant l’alliée de notre gouvernement et des autres contre l’Irak. Ceci nous trouble beaucoup, excepté si notre gouvernement projette d’utiliser [l’agression de Saddam] pour pousser Hafez Assad à se comporter de la façon civilisée que nous tentons d’exiger de Saddam Hussein.
« Voici ma question : Quel est notre plan pour que la Syrie se comporte selon ces standards ? Et s’il n’y a aucun plan, est-ce que notre alliance avec la Syrie ne compromet pas, sur le plan moral, notre position dans l’effort mondial contre l’Irak ? »
Bush : « Cette affaire est si compliquée qu’il est joliment difficile de vous donner une réponse précise. Mais il pourrait bien sortir de tout cela un nouvel ordre mondial. De cela doit faire partie une solution pacifique de la division du Liban [la guerre d’après Bush est civile]. J’ai été là-bas. J’y ai travaillé il y a quelques années. Et je suis assez âgé… pour me rappeler le Liban comme un carrefour paisible. Quoi qu’il arrive dans le reste du monde, le commerce survivait. Les gens s’entendaient. Diverses religions et manières de vivre prospéraient.
« Nous voulons [aider] à apporter la paix au Liban… Et la Syrie a un rôle clé à y jouer. Et j’espère que, de cela, sortira un nouvel ordre mondial, si vous voulez, qui émergera si nous restons tous ensemble [avec Hafez Assad] pour être les catalyseurs de la paix au Liban… ».

George H.W. Bush

Et c’était le président d’un pays démocratique qui parlait, ouvertement, devant les caméras de télévision et les microphones, d’une dictature mettant fin à une démocratie par le moyen d’une invasion sanglante ! A comparer avec la façon dont le régime syrien est traité par les autorités américaines depuis qu’il a quitté le Liban et a accepté de reconnaître son existence comme un Etat libre et souverain, en procédant à un échange d’ambassadeurs, pour la première fois dans l’Histoire.

Ceci, sachant que Bachar Assad, contrairement à son père, n’avait pas commis de massacres avant que la guerre n’éclate en Syrie. Et que cette guerre avait été préparée depuis des années, et financée par les mêmes puissances étrangères qui avaient jeté de l’argent ou pesé diplomatiquement pour tuer au Liban. Juste retour des choses, ont dit certains. Non : injustice. Car l’Occident soutient les criminels survivants du régime d’Hafez Assad, tout comme il les soutenait avec Hafez autrefois. Rien n’a changé.

© Lina Murr Nehme,
Beyrouth le 25 novembre 2014.

Email Twitter Facebook Pinterest Google+ Linkedin