Le droit d’épouser qui l’on veut


Email Twitter Facebook Pinterest Google+ Linkedin
Echange sur le droit marocain entre David Duquesne et moi:

David Duquesne: Selon le droit marocain, dans le cadre de mariages mixtes, l’enfant suit obligatoirement la religion de son père. C’est la raison pour laquelle une marocaine ne peut se marier avec un étranger qu’à la condition que celui-ci se convertisse à l’Islam. Dans le cas contraire, le mariage qu’elle aurait pu contracter en France serait nul aux yeux de la loi marocaine.
Il n’y a aucun empêchement à ce que la mère française, gardienne des enfants, ne soit pas musulmane. En revanche, s’il est avéré qu’elle n’élève pas ses enfants dans la religion musulmane, elle tombera sous le coup de la loi pénale et la garde des enfants lui sera retirée.

Moi: C’est une loi générale, dont le but est l’islamisation progressive de la société, les mariages mixtes n’étant acceptés que si l’homme est musulman; dans le cas contraire, il faut qu’il prononce la chahada et devienne donc musulman. Ainsi, la progéniture des mariages mixtes est toujours musulmane, et cela éteint, à terme, la “race” comme on dit en arabe, des non-musulmans.

Cela s’applique à tous les pays musulmans, en tout cas, à tout mariage religieux — et tous les mariages sont religieux en Orient. C’est une des raisons pour lesquelles les minorités diminuent tellement. Les jeunes tombent amoureux, il faut à tout prix qu’ils se marient, et ils ne pensent pas qu’il y a tant de conséquences à prononcer la chahada. C’est après qu’ils s’en rendent compte.

Au Liban, les chrétiens réclament depuis des générations la laïcité, qui est refusée par les oulémas au motif que “le chrétien pourrait épouser une musulmane”.

A noter qu’au Liban, contrairement à ce qui arrive dans les autres pays dits arabes, la loi voulant qu’un chrétien ne puisse pas épouser une musulmane, n’est pas vraie. Souvent, la progéniture d’un musulman est chrétienne. Et le fruit des mariages mixtes est généralement pro-chrétien. Mais cela, c’est le Liban.

C’est pourquoi, pour la première fois, le mariage civil semble en voie d’être instauré au Liban, où de toute façon la charia ne règne pas et ne règnera pas, parce que, comme l’expliquent les chefs du Hezbollah en déclarant leur regret “la majorité n’en veut pas; non seulement la majorité des Libanais, mais aussi la majorité des chiites. Ce ne serait donc pas durable.”

Lina Murr Nehmé, 7 Juillet 2019


Email Twitter Facebook Pinterest Google+ Linkedin

Passion vraie?

Email Twitter Facebook Pinterest Google+ Linkedin

Je vois de plus en plus les gens réagir par passion et non par raison. Ou est-ce que je me trompe? Il me semblait, quand j’étais jeune, que les gens réfléchissaient davantage.

Il faut de la passion par les temps qui courent, car tout devient si horrible, et les gens se révèlent bien décevants. Mais de la passion pour une cause, pas de la passion pour des mots écrits dans un commentaire ou un chat. On n’a plus le droit d’avoir une opinion!

Malheureusement, nous allons nous cogner durement à une guerre terrible. Dans ce cas, continuera-t-on à aider une cause si la personne qui la sert nous est sympathique? Car parmi les personnes sympathiques, beaucoup passeront à l’ennemi, quand les islamistes occuperont les pays qu’ils veulent — ce n’est plus pour très longtemps. Et ils utiliseront les réseaux sociaux pour les servir.

Je me désole de voir cette génération brisée. Autrefois, on faisait des excuses, et il y a une grande noblesse à reconnaître ses torts, même si ce ne sont pas des torts, même si c’est dû à de l’incompréhension. J’ai pris pour meilleure amie une collègue musulmane parce qu’elle avait téléphoné pour s’exuser alors qu’elle n’y était pas obligée: il y avait eu un malentendu. Elle avait d’autant moins de raison de le faire que nous ne nous connaissions pas. J’ai trouvé ce comportement tellement noble, me disant: “Les étudiants ne s’excusent plus, et voilà un professeur qui s’excuse!”
chez ou à accepter que par son comportement, on ait qui cherche . Maintenant, on préfère rompre que de faire des excuses. C’est pourquoi les relations ne durent plus.

Et le pire est que sur les réseaux sociaux et les messageries, on croit dialoguer, alors qu’en fait, c’est un monologue qui se fait à tâtons. On ignore le ton, l’expression, on ignore tout, et en plus, on écrit vite et on avale les mots, et on lit des mots écrits vite et avalés.

Il fut un temps où parler signifiait voir la personne, la regarder, deviner ses sentiments à son expression, à une intonation de voix. Il n’y a plus rien de cela. Civilisation de robots.

Lina Murr Nehmé, 5 juillet 2019

Email Twitter Facebook Pinterest Google+ Linkedin

Burkini ou Burqini

Email Twitter Facebook Pinterest Google+ Linkedin

Le problème, dans ce pays, c’est que l’initiative, l’art, la création, la lutte même pour les idées, ou contre l’islamisme, finissent par être bloqués par le système action-réaction.

On réagit contre l’assaut des femmes en burkini en faisant exactement ce qu’elles veulent: en se dénudant, ce qui leur permet d’attaquer les Français et de convaincre ceux qui ne veulent pas de cette nudité, qu’elles dans leurs burkinis sont des bijoux de pudeur (et allez savoir ce qu’elles font dans le secret). Ou on réagit en prétendant changer une orthographe! Mais ils font cela pour vous provoquer afin de pouvoir se moquer de vous. Car sur-le-champ, on ne réalise pas ce qu’un comportement peut avoir d’étrange…

C’est comme ceux qui boycottent certains de mes articles sur les réseaux sociaux, alors qu’ils réagissaient, partageaient, commentaient. Est-ce qu’ils ont cessé d’être contre l’islamisme? L’un d’eux m’a même annoncé qu’il ne me suivrait plus parce que j’avais dit une chose qui ne lui plaisait pas. Cela veut-il dire que les causes que je défends ne valent plus la peine d’être défendues parce que pour eux je suis devenue un personnage exécrable? Et en d’autres termes, est-ce pour moi ou pour la cause qu’ils commentaient autrefois et partageaient? Si c’est pour moi, c’est inquiétant, car cela veut dire que mon travail ne vaut rien. Si c’est pour la cause, c’est plus inquiétant encore, car est-ce qu’ils ne la soutiennent plus?

Pour le burkini, ils réagissent de la même manière, sans prendre la peine d’aller vérifier l’orthographe en arabe, puisque burka et bikini se prononcent exactement de la même manière en français. La différence de son qui justifie la différence de consonne, c’est en arabe qu’on la trouve.

Le mot “burkini” est arabe, forgé par une Libano-australienne qui voulait tabler sur bikini et burqa à la fois. Mais de burqa il n’y a que le “bu” dans ce mot. En arabe, il s’écrit avec un “k” et non avec un “q”: بوركيني et non برقعيني , burqa en arabe étant برقع. , et bikini étant بيكيني. On ne peut pas jouer avec des mots arabes dont on ne connaît ni l’orthographe ni la prononciation. Surtout que le burkini ne couvre pas le visage et ne peut donc pas être appelé burqa.

La convention internationale moderne en matière de transcription veut que le “q” soit utilisé pour transcrire la lettre ق , et le k pour transcrire la lettre ك. C’est le seul moyen de différencier les deux sons quand on les transcrit dans des langues européennes qui ne contiennent que le K, pas le ق

Lina Murr Nehmé

Email Twitter Facebook Pinterest Google+ Linkedin

Ce qui s’est passé au Chouf

Email Twitter Facebook Pinterest Google+ Linkedin
Le 30 juin 2019 en début de soirée, juste après la fusillade du Chouf, il y a eu des tirs nourris. J’enregistrais une vidéo pour commencer une série sur la guerre du Liban, et j’ai été interrompue par le bruit. C’était une fusillade avec, entre autres, des bruits d’armes lourdes. A part l’armée libanaise et les forces de sécurité intérieure, il n’y a que Joumblatt, Berri et le Hezbollah qui ont de telles armes, les chrétiens ayant été désarmés.

Sur le moment, j’ai pensé à Joumblatt, puisqu’il était question du Chouf. J’ai cru à un début de combats, car c’est ainsi qu’ils commencent. J’avoue que j’ai tendance à rire sous les bombes, ce qui explique mon comportement dans cette vidéo.

https://youtu.be/9zWBw0LEE5Y

4 juillet 2019:
Après que les récits des témoins oculaires et les vidéos aient été diffusés, et après que j’aie rencontré des personnes qui étaient là-haut (au Chouf, non loin de la tragédie), voici mon commentaire:

Il s’agissait d’une affaire entre druzes: cette fois, les chrétiens regardent. Mais la fusillade au Chouf était si inquiétante, d’après les vidéos et les témoignages oculaires, que les chrétiens n’ont pas osé prendre la route durant plusieurs heures, croyant que c’était encore un massacre de chrétiens commis par Joumblatt.

Des hommes, en cagoule ou non, avec des drapeaux rouges du parti de Joumblatt, attendaient sur la route le convoi du ministre druze qui a eu le “culot” — ironise un autre druze, l’ex-ministre Wiam Wahhab —, de ne pas demander la permission à Joumblatt de monter au Chouf, comme si c’était sa chasse gardée. (Je rappelle que sur les registres d’état-civil, 60% du Chouf est chrétien, et qu’une grande partie des druzes ne sont pas pro-Joumblatt).

Le ministre Gharib qui a osé monter au Chouf alors qu’il était druze non joumblattiste, en a été puni par le meurtre de son chauffeur et de son garde-du-corps. On dit cependant que le ministre était lui-même visé par la fusillade. J’attends des vérifications, mais des gens de là-haut m’ont dit que Gharib conduit parfois lui-même sa voiture et qu’il aurait probablement dû être la victime numéro un.

Il est un fait qu’après que la nouvelle loi électorale ait diminué le nombre de députés que Joumblatt peut avoir, rendant possible que les autres clans druzes puissent être représentés au Parlement, Joumblatt est moins fort. (La loi précédente avait été imposée sous l’occupation, pour avantager les collaborateurs.) Le ministre Gharib, Arslan et d’autres druzes ayant acquis une force qui affaiblit évidemment Joumblatt, dans une région où les druzes ont subi une dictature durant des décennies: d’après le témoignage d’un notable druze considérable, cheikh Farid Hamadé que j’ai traduit dans un de mes livres, Joumblatt a massacré des centaines de druzes pour pouvoir établir sa dictature au Chouf. On parle habituellement de massacres de chrétiens par Joumblatt, oubliant qu’il massacre aussi des druzes,.

Il a même appelé, il y a quelques années, à un génocide des druzes de Syrie parce que, comme toutes les minorités, ils défendent le régime, alors que Joumblatt sert les puissances islamistes. Or ces puissances qui enseignent la charia dans leurs écoles, veulent appliquer le principe premier de la charia, qui est que seul le sunnite peut gouverner le sunnite, quel que soit son nombre. Toutes les guerres qui ont eu lieu au Liban et en Syrie ont eu pour but de faire qu’il n’y ait que des sunnites au pouvoir en Orient. Les prétextes sont variés. Mais le vrai but des puissances qui financent l’islamisme dans le monde est de priver les minorités de tout pouvoir en Orient. Avant l’Occident.

Ils avaient trois pays dans leur collimateur:

– le Liban où ils se sont servis de la communauté internationale pour dépouiller les chrétiens de tout pouvoir en 1990;

– la Syrie où le processus contre les alaouites ou autres minorités que peut amener au pouvoir un parti laïque, est en cours;

– et enfin, “last but not least”, Israël, où il s’agit d’ôter le pouvoir aux juifs; mais cela, évidemment, ne peut se faire que par la violence. D’où le financement intensif de l’OLP, du Hamas et autres mouvements pouvant empêcher la paix. Et si on peut critiquer la politique israélienne depuis très longtemps, on ne peut pas nier que les Palestiniens soient utilisés comme un instrument pour faire la guerre religieuse: contre les alaouites en Syrie, contre les chrétiens au Liban, contre les juifs en Israël… Ils ont fait ainsi le malheur, non seulement de ces minorités, mais du peuple palestinien surtout.Pour en revenir à Joumblatt, il se présente à la presse occidentale comme étant le chef du “parti socialiste progressiste”, et tend un drapeau rouge à la communiste, mais il oublie de préciser qu’il est un seigneur féodal. Les druzes n’ont pas aboli le féodalisme quand les paysans chrétiens, au XIXe siècle, se sont révoltés contre les seigneurs, et ont aboli le servage. Et, comme vous le savez, le seigneur a droit de vie et de mort sur les serfs. C’est pourquoi Joumblatt tue si facilement. Ce qui m’étonne, c’est de voir les grandes puissances lui donner tant d’importance (et à son père avant lui) depuis des décennies. Est-il possible de favoriser ainsi un criminel de droit commun sans être complice de l’assassinat du pays sur lequel on l’aide à régner? Je n’oublierai jamais que, et alors que le sang de 3000 civils chrétiens au Chouf séchait à peine, Mitterrand recevait celui qui, au Liban, était un assassin hors-la-loi, et que ce hors-la-loi devenait, quelques jours plus tard, ministre avec son compère Berri.

Maintenant, et par la grâce des grandes puissances, ces deux hommes bloquent le pays pendant deux ans pour empêcher les chrétiens d’être représentés au pouvoir par le chrétien qui a eu le plus de voix aux élections, ce qui leur donnerait leur mot à dire……… Car, et encore que Berri soit chiite et que les chiites soient plutôt pro-chrétiens, il est clair que s’il avait refusé de participer au blocage, les chrétiens auraient été représentés par autre chose que des hommes faibles et n’ayant aucun député au parlement pour compenser la faiblesse dans laquelle se trouvent les chrétiens politiquement depuis 1990.

Ceci dit, les magouilles qui ont eu lieu pour permettre qu’un chrétien ayant un bloc parlementaire arrive au pouvoir, n’ont évidemment pas affaibli les mafieux qui ont été imposés au Liban par les puissances étrangères, et qui ont donné leur consentement… un consentement très chèrement vendu. Il fallait s’attendre qu’un adversaire politique de Joumblatt subisse une telle pluie de balles.

Malheureusement, seul l’affaiblissement des puissances qui font la force des mafieux pourrait en libérer le Liban, comme durant le siècle où c’était le seul pays sans guerre civile, sans émeutes confessionnelles, dans tout le Proche-Orient, et plus loin encore, durant toute a période entre m’argent des Ottomans 1961, et l’argent de Nasser en 1958.

Je ne désirerais le mal à personne, pas même à mon pire ennemi. Mais je vois qu’inéluctablement, ces puissances se dirigent vers ce sort qu’elles se sont tricotées à elles-mêmes. Et je suis la première à en être malheureuse, car je hais tellement la guerre que je voudrais voir la paix partout.

Lina Murr Nehmé

Pour comprendre ce qui se passe au Chouf, au Liban et au Moyen-Orient aujourd’hui, et pour réaliser dans quel sens s’exerce la politique anglo-saxonne (anglaise, puis américaine), il faut lire Quand les Anglais livraient le Levant à l’Etat islamique :

Cachez-moi ces photos…

Email Twitter Facebook Pinterest Google+ Linkedin
Facebook a masqué ces photos publiées par Zineb El Rhazoui dont le tweet a été partagé par la page Facebook de “L’islamisme et les Femmes”, car elles illustrent certains des “châtiments” dont parle ce livre.

Châtiments qui, à part le viol (viol collectifs au Caire ou viol des prisonnières de guerre), peuvent être infligés aux femmes sans voile dans certains pays.

Et à partir du moment où le voile est autorisé, les hommes ont le moyen d’exercer des coercitions que vous, vous ne voyez pas. Enfermer la femme à clé, par exemple. Ou la priver de toute vue sur la rue en entassant des pots de fleurs et autres garnitures sur sa fenêtre.

Méfiez-vous de certains murs fleuris de Paris. Derrière les plantes grimpantes, il y a parfois des fenêtres, et certaines de ces fenêtres sont totalement cachées par la végétation. Je ne crois pas que par ce temps de canicule, ce soit excellent pour la santé d’avoir une fenêtre qui, certes, est jolie à voir côté rue, mais qui, côté vie, est asphyxiante et empêche le moindre courant d’air. Pas de risque de voir les portes claquer…

Lina Murr Nehmé, 2 juillet 2019

www.facebook.com/IslamismeEtFemmes/photos/a.1499370606814496/2292155067536042/

Email Twitter Facebook Pinterest Google+ Linkedin

Oussama Ben Laden aurait-il été esclavagiste?

Email Twitter Facebook Pinterest Google+ Linkedin

Les chefs des grandes organisations terroristes islamistes sunnites au XXe siècle, ont tous révéré Hassan el-Banna, fondateur des Frères Musulmans.

Ce fut surtout le cas des dirigeants d’al-Qaïda.

Oussama Ben Laden avait été converti par les Frères Musulmans Qutb et Azzam, et il était devenu un Frère. Il avait pour but de ramener le règne de la charia et de l’étendre sur toute la terre, en restaurant le califat. Tous les chefs d’al-Qaïda avaient ce but. Mais à partir du moment où Ben Laden autorisa Zarqawi à fonder al-Qaïda-Irak, ils eurent des discussions sans aménité, car la stratégie de Zarqawi était de massacrer les chiites pour diviser les Irakiens sur une base chiite-sunnite, afin de radicaliser les sunnites et de fonder le califat immédiatement. Ben Laden, lui, estimait qu’il ne fallait proclamer le califat qu’une fois qu’al-Qaïda et ses avatas seraient très forts.

Mais après la mort de Zarqawi, le 7 juin 2006, toutes les disputes étaient oubliées. Ben Laden envoya un discours enregistré dans lequel il louait Zarqawi. Les difficultés de communication étaient telles que le discours n’arriva et ne fut diffusé que le 30 juin.

A noter que c’est al-Jazeera qui était le destinataire privilégié des vidéos et autres enregistrements de Ben Laden. Elle joua un grand rôle dans sa propagande. Les organisations Frères Musulmans ou amies des Frères, s’entraidaient tout naturellement.

Baghdadi, le nouveau chef d’al-Qaïda-Irak, accomplit le rêve de Zarqawi, après avoir lui-même envoyé des hommes fonder al-Nosra, une branche d’al-Qaïda dont le but était de s’emparer de toute la Syrie, plus le Liban, Israël et les territoires palestiniens, et la Jordanie. D’où son nom d’al-Qaïda-Cham [al-Qaïda au Levant], ou Jabhat al-Nosra li ahl ach- Cham [Front de l’aide aux gens du Levant], et plus tard, Fatah-el-Cham [Conquête du Levant].

Mais remontons en arrière pour voir ce que disait leur mentor à tous, Hassan al-Banna, révéré par l’UOIF, Qaradawi et Tareq Oubrou:

« Nous espérons [dans le califat] une réforme totale et un salut rapide. Chaque jour qui passe et où la oumma n’accomplit pas un acte la sortant de sa décadence, la retarde en fait pour une longue période. Si les hommes comprenaient le salut qu’il y a pour eux dans l’appel des Frères Musulmans ! Et si la oumma suivait leur programme, il serait pour elle un succès, et leurs efforts, si on les y aidait, seraient couronnés de succès, la victoire ne venant que d’Allah, le puissant et le sage.

“On lit dans l’Authentique [Bokhari]… poursuit el-Banna, que le Prophète a dit à Moaz alors qu’ils marchaient ensemble : “Si tu veux, Moaz, je te parlerai de la tête de cette affaire et de sa queue. Sa tête, c’est que tu témoignes qu’il n’y a de Dieu qu’Allah, qu’il n’a pas de compagnon et que Mahomet est son esclave et son messager. Le pilier, c’est l’observance des prières et le don de la zakat. Et le summum de la queue, c’est que tu fasses le djihad dans la voie d’Allah. Car j’ai reçu l’ordre de combattre les hommes jusqu’à ce qu’ils fassent les prières, paient la zakat, et témoignent qu’il n’y a de Dieu qu’Allah, qu’il n’a pas de compagnon et que Mahomet est son esclave et son messager. S’ils font cela, ils se seront épargnés et auront épargné leur sang et leurs biens, qui ne pourront plus leur être pris, sauf contre rétribution équitable”. »

Dans la mentalité islamiste, les femmes et les enfants font partie “des biens” des hommes, au même titre que les animaux. Si Ben Laden avait vécu libre, il aurait probablement été l’homme qui aurait rétabli l’esclavage. Car c’est lui qui, sans risque de doute possible, aurait été le calife — et Baghdadi se serait soumis à lui.

Lina Murr Nehmé, le 30 juin 2019

Email Twitter Facebook Pinterest Google+ Linkedin

Le Daesh qui a réussi

Email Twitter Facebook Pinterest Google+ Linkedin

Quelqu’un a dit : « l’Arabie Saoudite, c’est un Daesh qui a réussi ». De fait, si les États-Unis reconnaissaient Daech, sa situation serait comme celle des Saoudiens.

Le pouvoir saoudien a été fondé dans
un carnage horrible, jusqu’au moment où les Anglais l’ont reconnu dans
les années 1920. Et ce régime continue à effrayer ou à choquer
l’Occident, notamment quand il exécute des dizaines de prisonniers
politiques, condamnés pour leurs opinions. Pourtant, on lui vend des
missiles et des avions, tout comme les Vénitiens vendaient aux califes des canons et des navires de guerre.

Cela ne veut pas dire que la situation de guerre ne prévaut pas entre le régime saoudien et l’Occident. L’argent que l’Arabie Saoudite verse à des organisations comme l’OLP, al-Qaïda, Daech, al-Nosra, Boko Haram, pour qu’elles combattent les non-musulmans, est une série d’actes de guerre. Ils ont provoqué des guerres terribles, qui ont causé des millions de victimes. Entre autres, les occupants des tours du World Trade Center, et les victimes des guerres menées contre l’Afghanistan et contre l’Irak pour venger ces victimes. Et, bien sûr, les guerres de Daech qui en ont découlé.

Ce n’est pas la faute du régime saoudien si l’Occident ne veut pas voir tout cela.

Lina Murr Nehmé, 28 juin 2019

Email Twitter Facebook Pinterest Google+ Linkedin

Email Twitter Facebook Pinterest Google+ Linkedin

Extrait du serment des Frères Musulmans

Email Twitter Facebook Pinterest Google+ Linkedin

C’est aujourd’hui l’anniversaire de la fondation, par Daech, du nouveau califat. Al-Qaïda étant un sous-produit des Frères Musujlmans, et Daech étant une branche d’al-Qaïda, il ne serait pas mauvais de méditer en ce jour sur cette partie du serment qu’Hassan el-Banna, grand-père de Tariq et Hani Ramadan, faisait prononcer à ses hommes lorsqu’il leur faisait subir leur initiation:

“5) Je crois que le musulman a le devoir de faire revivre l’Islam par la renaissance de ses différents peuples, par le retour de sa législation propre [la charia], et que la bannière de l’Islam doit couvrir le genre humain et que chaque musulman a pour mission d’éduquer le monde selon les principes de l’Islam. Et je promets de combattre pour accomplir cette mission tant que je vivrai et de sacrifier pour cela tout ce que je possède.

6) Je crois que tous les musulmans ne forment qu’une seule nation unie par la foi islamique et que l’Islam ordonne à ses fils de faire le bien à tous ; je m’engage à déployer mon effort pour renforcer le lien de fraternité entre tous les musulmans, et pour abolir l’indifférence qui existent entre leurs communautés et leurs confréries.

7) Je crois que le secret du retard des musulmans réside dans leur éloignement de la religion, que la base de la réforme consistera à faire retour aux enseignements de l’Islam et à ses jugements, que cei est possible, si les musulmans oeuvrent dans ce sens, et que la doctrine des Frères Musulmans réalise cet objectif.”

Cet extrait du serment qu’Hassan el-Banna faisait prononcer à ses hommes lorsqu’il leur faisait subir leur initiation, permet de comprendre la stratégie de l’UOIF (MF) et de Tareq Oubrou, qui n’ont jamais renié le fondateur.

Et de Tariq et Hani Ramadan qui le louent.

Que ces deux frères aient ou non subi une initiation importe peu, puisque leur père Saïd en a subi une, lui. Il a prononcé ces paroles, et il a éduqué ses fils en fonction de son serment. Et c’est lui qui a introduit les Frères Musulmans en Europe.

Le résultat permet de mesurer l’importance de son activité, notamment souterraine.

Lina Murr Nehmé, 29 juin 2019

Email Twitter Facebook Pinterest Google+ Linkedin

Phrase célèbre d’Hassan el-Banna, reprise avec son portrait. (AZ quotes.)

Email Twitter Facebook Pinterest Google+ Linkedin

Fatiha Boudjahlat: “Ne pas être voilée ne signifie pas être dénudée”

Email Twitter Facebook Pinterest Google+ Linkedin

“Ne pas être voilée ne signifie pas être dénudée” fait remarquer Fatiha Boudjahlat. Malheureusement, dans les manuels sur le voile tant propagés par les Frères Musulmans (dont fait partie l’UOIF, renommée “Musulmans de France”, qui a appelé à voter Macron), il est bien spécifié que “tout le corps de la femme est nudité [awra] sauf son visage et ses mains”.

On se rappelle que quelqu’un avait dénoncé Henda Ayari à Facebook sans son voile, comme étant “nue” !

Lina Murr Nehmé, 19 mai 2019

Email Twitter Facebook Pinterest Google+ Linkedin

Charia et esprits éclairés

Email Twitter Facebook Pinterest Google+ Linkedin
Voilà où mène l’esprit des lumières chez certains oulémas de l’entourage des Frères Musulmans! Un homme enseigne à des filles voilées. Je suppose que les lumières, ici, vont jusqu’à ne pas exiger l’application de la charia qui stipule qu’un homme ne peut pas s’isoler avec une (ou des) femme(s) sans la présence de sa mère, de sa femme, de sa fille ou de sa petite-fille.

Tel n’a-t-il pas été le cas de Tariq Ramadan?

A signaler qu’un homme peut enseigner à des adolescentes visiblement pubères, mais l’inverse n’est pas vrai.

Lina Murr Nehmé, 26 juin 2019

Email Twitter Facebook Pinterest Google+ Linkedin