Khaybar, Khaybar, ya yahoud

Email Twitter Facebook Pinterest Google+ Linkedin

Suite à cette frénésie d’antisémitisme, et pour remettre les pendules à l’heure et rappeler ce qu’il en est vraiment, si l’on compare les manifestations à Paris même, j’ai fait cette vidéo. Cette fois, je passe devant la caméra, chose dont j’ai horreur, mais il fallait faire vite, car par sa violence, ce genre de vagues d’accusations cause des haines et des méfiances, et cela peut finir dans des coups et blessures, dont certaines peuvent être mortelles.

Que signifie le slogan “Khaybar, Khaybar, ya yahoud” ?

Le slogan qu’on va entendre : « Khaybar, Khaybar, ya yahoud, jaych Mhammad sa (ou saoufa) yaaoud », veut dire : « Khaybar, Khaybar, ô juifs, l’armée de Mahomet va revenir ». On l’entend lors de cette manifestation, qui a eu lieu à Paris, place de la République, le 9 décembre 2017.

Il faut savoir ce qui s’est passé à la bataille de Khaybar (VIIème siècle). Khaybar est une oasis et une fortification naturelle qui se trouve sur la route des caravanes, en Arabie saoudite actuelle. Quand les armées de l’islam l’ont attaquée, c’était non pour des raisons politiques, mais uniquement pour une raison religieuse, et ceux qui changeaient de religion étaient épargnés. Au début, les juifs ont résisté, ils ont perdu la bataille, et tous ont été massacrés, tous les hommes et les garçons à partir de 12 ans inclus.

Les femmes et les enfants ont été réservées pour l’esclavage, la vente et le service, et pour le viol. Voyant cela, les juifs de Khaybar qui n’avaient pas combattu (il y avait plusieurs fortifications) a demandé la paix. Elle a obtenu la paix avec le statut de dhimmi, et a été en métayage sur ses propres terres.

On se demande alors comment un slogan pareil peut être lancé à Londres, à New York, à Paris ou en Belgique. Pourquoi enseigne-t-on ce slogan aux enfants en Orient ? Pourquoi fait-on des séries télévisées sur Khaybar ? Quand on parle de Khaybar, quand on prononce ce slogan, on se réfère à une attaque qui n’a pas été menée pour des raisons politiques ou militaires. Le hadith est bien clair : les juifs de Khaybar n’avaient rien fait. Ils ont été tués pour ne s’être pas convertis.

Donc, quand on emploie ce slogan aujourd’hui, ce n’est pas du tout dans un but « antisioniste », mais dans un but antijuif. Et quand on parle de massacre de Khaybar, on parle d’un massacre de juifs perpétré pour des raisons religieuses ou ethniques. Voilà ce qui, aujourd’hui, fait peur.

Lina Murr Nehmé, 19 février 2019

Email Twitter Facebook Pinterest Google+ Linkedin

Nouria Benghabrit face aux islamistes

Email Twitter Facebook Pinterest Google+ Linkedin

Je crois qu’il y a un seul homme parmi les ministres qui forment le gouvernement algérien. Cet homme, c’est Nouria Benghabrit, la ministre de l’Education nationale.

Elle l’a prouvé dans l’affaire de la fille, élève de l’Ecole algérienne à Paris, a voulu faire l’intéressante. Mercredi dernier (6 février), cette fille est sortie de classe pour aller faire la prière de façon ostentatoire, dans une cour entourée d’immeubles. La directrice de l’école à Paris a interdit les prières, et la ministre algérienne a dit que que la « directrice de l’école n’a fait que son travail ». « En ce qui concerne l’école internationale de Paris, les élèves y vont pour étudier, pour apprendre ». « Quand on envoie son enfant à l’école c’est pourquoi ? La prière doit se faire à la maison… »

Voyant cela, les islamistes en Algérie, qui n’ont jamais admis d’avoir des femmes au-dessus de leur tête, semblent avoir entamé un bras de fer avec la ministre. Ils ont prescrit d’imposer des prières aux enfants en classe.

La ministre Nouria a répondu en réitérant l’interdiction, en Algérie comme à Paris.

Il en faut, du courage, pour tenir à la fois tête aux islamistes à Paris et en Algérie, et aux ministres algériens désireux de procurer un nouveau mandat à leur Président Bouteflika, qui leur renverrait l’ascenseur. Résultat: personne n’a soutenu Nouria quand elle a couru au secours de la laïcité en France.

Mais moi, je la soutiens !

Lina Murr Nehmé, 12 février 2019

Email Twitter Facebook Pinterest Google+ Linkedin

G. BENCHEIKH et Le VOILE

Email Twitter Facebook Pinterest Google+ Linkedin

Ghaleb Bencheikh a dit : «Cette affaire du voilement des filles a été réglée au lendemain du recouvrement des indépendances de quasiment tous les pays musulmans, ça n’a jamais été un problème».

Que veut-il vraiment dire? En Algérie et au Maroc, on ne se voilait pas avant l’indépendance.

Comme je sais qu’ils considèrent faussement le Liban comme un pays arabe et musulman, il se trouve qu’en 1973 j’étais dans une école dans le quartier musulman de Beyrouth, et je peux donc parler de cela. J’étais l’exception qui confirmait la règle: les autres élèves venaient du quartier, et la moitié d’entre eux au moins étaient de confession musulmane (les autres étaient orthodoxes).

Voici notre photo de promo, prise en 1973. A cette époque, oui, le voile et la mini-jupe ne posaient pas de problèmes aux musulmanes, et c’était 30 ans après l’indépendance, n’en déplaise.

Dans cette école comme dans les six autres écoles où j’ai été avant mon bac 2e partie, nous nous levions quand le professeur entrait en classe. Au Liban, on ne me croit pas quand je raconte que des professeurs, en France, sont parfois frappés en classe ou à l’école, ou encore tabassés par des parents d’élèves.

Lina Murr Nehmé, 9 février 2019

Email Twitter Facebook Pinterest Google+ Linkedin

Tunisie : une jeune fille internée pour soupçon d’athéisme

Email Twitter Facebook Pinterest Google+ Linkedin

En Tunisie, une jeune fille, fille d’imam, internée dans un hôpital psychiatrique car jugée “athée” par son père.

Un médecin la juge anormale parce qu’elle fait du camping avec ses amis et que cela ne correspond pas aux normes sociales tunisiennes.

Je me demande si ce médecin ne serait pas en même temps un spécialiste de la roqya. Car ces gens, qui voient des djinns partout, prétendent que le fait de ne pas prier ou d’avoir un comportement qui ne correspond pas aux normes, prouve l’existence d’un djinn qu’il faut expulser ou convertir à l’islam avec des coups. (Voir au sujet de la roqya le livre L’Islamisme et les femmes.)

L’Islamisme et les femmes, Salvator, 2017

Heureusement que cette jeune fille n’a écopé que de l’hôpital psychiatrique. Car elle aurait pu y laisser sa peau, si son père l’avait livrée aux mains d’un imam pour une roqya, comme c’est arrivé à Louisa, à Roubaix, qui en est morte.

Lina Murr Nehmé, 8 février 2019

Email Twitter Facebook Pinterest Google+ Linkedin

DAECH est-il fini ?

Email Twitter Facebook Pinterest Google+ Linkedin

On vient d’annoncer que Daech ne contrôle plus qu’1% du territoire syro-irakien.

Cela n’est pas tout à fait exact. Car si Daech ne se bat plus que dans
un petit réduit près de la frontière irakienne, cela ne veut pas dire
qu’il soit fini, loin de là. Encore moins, que l’Etat islamique le soit.
Car cet Etat, le califat, étant à vocation mondiale, peut avoir
n’importe quelle organisation, n’importe quelle tribu à sa tête. Il peut
être dirigé de n’importe quelle capitale. Même si Daech était fini,
l’Etat islamique ne le serait pas. Il ne peut pas l’être tant que les
passions actuelles dans le monde seront aussi violentes.

D’ailleurs, Daesh n’est pas du tout fini, il a juste fait un
redéploiement. Il s’est retiré du Proche-Orient pour envoyer ses forces
conquérir du terrain ailleurs, en Asie orientale et en Afrique. Partout,
il fait des alliances avec les terroristes locaux, comme il avait
autrefois fait en Irak et en Syrie. Il reconstitue ainsi ses forces, il
remplace ses morts et ses déserteurs syriens et irakiens, par des
Asiatiques et des Africains. Tant lui que les chefs d’Etat occidentaux
ont intérêt à ne pas mettre ceci en lumière. Lui y a intérêt parce qu’il
a besoin de travailler dans le secret avant de se dévoiler soudain dans
sa puissance. Et eux y ont intérêt parce qu’ils ne veulent pas passer
pour des perdants, ils perdraient les élections, après tout ce qu’ils
ont fait payer au contribuable pour mener la guerre en Syrie et en Irak.
Obnubilés par les approvisionnements en pétrole, ils laissent Daech
gagner des territoires aux Philippines, au Myanmar, au Nigéria, au Tchad
et ailleurs. Comme si ces pays, leurs citoyens et leur souffrance,
n’avaient pas de valeur. Pour le califat, d’ailleurs, ils représentent
des conquêtes plus importantes que les territoires que Daech a perdus en
Irak et en Syrie. À partir de ces pays, il compte reprendre l’offensive
mondiale une fois que les Américains se seront retirés du
Proche-Orient. Ce qui arrivera tôt ou tard.

Cette carte montre la
situation de Daech en Syrie fin 2018, c’est-à-dire il y a quelques
semaines. Cela n’a pas beaucoup changé: plus que d’une présence sur le
terrain, Daech dispose de régions amies en Syrie ou en Irak. Ce sont
essentiellement celles dont l’EI a “nettoyé” la population, et où il a
distribué du bakchich aux chefs, et des vivres aux habitants.

Ces régions amies se rabattront sur Nosra si le califat de Daech venait à
disparaître. Ce n’est pas le cas, nous l’avons dit : Daech, existe
encore. Vous pourrez dire que Daech est fini le jour où Nosra se donnera
le nom de califat. Tant qu’elle ne l’aura pas fait, c’est que Daech
sera encore le plus fort, et il ne peut y avoir deux califats au monde.
Les médias occidentaux peuvent raconter ce qu’ils veulent. Les
habitants, les terroristes, les islamistes savent ce qu’il en est
réellement.

Il faut se rappeler qu’à terme, le but du fondateur
d’al-Qaïda Oussama Ben Laden — tout comme celui d’Hassan al-Banna et de
Saïd Ramadan (respectivement grand-père et père de Tariq Ramadan) — a
toujours été l’établissement du califat pour une invasion mondiale. Le
différend entre Ben Laden et Zarqawi, chef de la branche “al-Qaïda en
Irak”, reposait sur un problème de “timing”. Ben Laden voulait ne
proclamer le califat qu’une fois devenu très fort, alors que Zarqawi
voulait le proclamer immédiatement. Finalement, Zarqawi est mort avant
Ben Laden, et c’est le successeur de Zarqawi, Baghdadi, qui proclama le
califat en donnant ce nom à “al-Qaïda-Irak”.

Auparavant,
al-Qaïda-Irak avait obligé les organisations sunnites irakiennes à
s’allier avec elle, et elle a donné à l’ensemble le nom d'”Etat
islamique-Irak”.

Puis elle s’est donné le nom de Daech, acronyme d'”Etat islamique en Irak et à Cham”.

(“Cham”, c’est l’ensemble formé par le Liban, la Syrie, la Jordanie, Israël et la bande de Gaza.)

Daech a pris ce nom parce que la branche qu’elle avait envoyée fonder
un Etat islamique à Cham, s’était révoltée contre Baghdadi. Cette
organisation s’est révélée au public en se donnant deux noms:
“al-Qaïda-Cham”, et “Jabhat Nusrat ech-Cham”, c’est-à-dire “Front d’aide
aux gens de Cham”. Elle s’est donné plusieurs noms par la suite, mais
le peuple continue à l’appeler “Nosra”.

Daech demeure la plus
puissante des branches d’al-Qaïda, si l’on tient compte de ses conquêtes
orientales et africaines — et Daech sait qu’en se dispersant ainsi,
elle entraîne l’Occident à se battre sur un terrain sur lequel il ne
peut pas le suivre. Ce qui le prouve, c’est l’effacement de Nosra, la
rivale qui, au Levant, fait le nécessaire pour remplacer Daech. Son but
est le califat et l’invasion mondiale. Car Nosra, comme Daech, demeure
une branche d’al-Qaïda. Toutes deux ont porté le nom d'”al-Qaïda” durant
des années, et ne se sont coupées de l’organisation mère que pour des
raisons stratégiques.

Tant que le chef de Nosra ne se sera pas fait plébisciter calife comme avait fait celui de Daech avant lui, c’est que le califat de Daech est encore assez puissant pour ne pas pouvoir être supplanté.

Lina Murr Nehmé, 7 février 2019

Email Twitter Facebook Pinterest Google+ Linkedin

Pistage des femmes saoudiennes par leur mahram

Email Twitter Facebook Pinterest Google+ Linkedin

Dans mon livre L’Islamisme et les femmes (Salvator, 2017), j’ai raconté l’histoire des princesses saoudiennes séquestrées par leur frère et leur père à titre de tuteurs ou “mahram”. Ces princesses avaient été condamnées à mourir lentement de faim par leur père et leur frère pour avoir révélé leur séquestration sur les chaînes de télévision satellitaires BBC (anglais) et Channel 4. Elles communiquaient par Skype et donnaient ainsi des nouvelles de leur dépérissement. Ce fil même a été coupé après l’arrivée du père de MBS (et de son conseiller MBS) au pouvoir. Par la même occasion, j’ai expliqué le système qui oblige les femmes saoudiennes à avoir un “mahram” toute leur vie. Il sera leur père ou grand-père, leur frère, leur mari, leur fils ou leur petit-fils. Une femme peut avoir 80 ans, elle devra obéir à son fils ou petit-fils ou arrière-petit fils. Une sorte d’esclavage.

Dans ma vidéo sur la conduite automobile, j’ai montré que ce n’est pas par bonté que le gouvernement saoudien a fini par accepter que les femmes saoudiennes conduisent. Mais bien pour imposer le respect de la charia qui interdit à la femme de se trouver avec un homme sans son mahram.

L’actualité vient de confirmer ce que je pensais: MBS a imposé un programme de données qui empêchent les femmes de voyager sans l’autorisation de leur mahram.

Le gouvernement saoudien a fait numériser des informations sur les femmes saoudiennes, permettant à leurs mahrams de gérer leur vie en ligne.

Le mahram peut spécifier quand et depuis quel aéroport une femme sous sa tutelle peut voyager. Ainsi sont-elles bien plus efficacement emprisonnées en Arabie saoudite depuis qu’on les autorise à conduire… qu’avant, où la surveillance n’était pas digitale.

Le système de surveillance comprend un système de messagerie-texte. Un sms avertit le mahram lorsqu’une femme sous sa tutelle utilise son passeport. Il peut ainsi la faire arrêter.

Sans ce système, croyez-vous que MBS aurait autorisé les femmes à conduire? Et vous pouvez gager que leur mahram les suit à la trace grâce à leur portable.

Voici le lien de la vidéo en question:

www.youtube.com/watch?v=TDw1zKIF3Bw&t=54

Lina Murr Nehmé, 6 février 2019

Email Twitter Facebook Pinterest Google+ Linkedin

Miss Algérie : racisme et polygamie

Email Twitter Facebook Pinterest Google+ Linkedin

Khadidja Benhamou, originaire du sud de l’Algérie, a été élue Miss Algérie 2019. C’est la première femme noire à recevoir ce prix. Certains en sont choqués: pour eux, une Noire ne devrait pas représenter les Algériens. Alors qui voudraient-ils faire élire? Houria Bouteldja, sur le visage blanc de laquelle un rictus de haine bande pour un oui ou pour un non?

Malheureusement, mademoiselle Benhamou soutient la polygamie:

«Allah permet à l’homme d’épouser quatre femmes. Si mon futur mari désire épouser d’autres femmes, je n’aurais aucun problème à cela»

Khadidja Benhamou serait-elle amoureuse d’un homme déjà marié? Quoi qu’il en soit, ceux qui l’ont défendue au début sont devenus ses détracteurs. Dommage pour elle.

Lina Murr Nehmé, 5 février 2019

Email Twitter Facebook Pinterest Google+ Linkedin

sur la restauration de l’Elysée

Email Twitter Facebook Pinterest Google+ Linkedin

Réfection de l’Elysée, selon les vœux de Brigitte Macron. Photos: Le Figaro.

Voici
des photos publiées par Le Figaro, qui répondent à ma question
précédente. Pour un demi-million d’euros, donc, M. et Mme Macron ont
transformé une salle de style baroque-rococo-rois de France, en une
salle de style romain antique à peine modernisé. Une salle qui n’est pas
sans rappeler les thermes de Caracalla, ou du moins leur
reconstitution, quand on ne voyait pas la brique, parce qu’elle était
recouverte de marbre à l’intérieur.

Je ne connais pas
personnellement le conseiller du patrimoine qui aurait, nous dit-on,
conseillé Mme Macron, mais c’est certainement elle qui a pris la
décision principale: tout architecte d’intérieur sait que le client est
roi et qu’il ne pourra conserver un chantier que s’il lui fait les
concessions qu’il veut. Et plus le chantier est coûteux et prestigieux,
plus l’architecte doit s’aplatir. Quant à Madame Macron, elle s’y
connaît autant en architecture sur le plan du fond, qu’un chauffeur de
taxi.

Car l’architecture charrie un message. Et le style est un
langage. Quand on construit une mosquée en France, on ne la construit
pas dans un style baroque ou rococo, on la construit dans un style
musulman.

Pour savoir ce que, sur le plan symbolique, le
changement de style à l’Elysée signifie, il faut réouvrir nos manuels
d’histoire et se rappeler ce que fut l’imperator (“général en chef” et
non “empereur”) romain pour les Français, au temps où ils s’appelaient
Gaulois.

Jules César, fondateur de l’Empire romain, a massacré
les Gaulois et a vendu leurs femmes et leurs enfants en esclavage. Pour
avoir une pâle idée de ce qu’a fait Jules César en France, on peut
revoir une des vidéos de Daech. César a fait la même chose, mais à bien
plus grande échelle.

Avec l’argent tiré du prix de la vente de la
souffrance des mères et des vierges gauloises, César a acheté un tribun
(ancêtre des journalistes d’aujourd’hui) pour qu’il lui fasse de la
propagande. Ce tribun vendit Rome pour l’or tiré par César du pillage de
la Gaule (qui comprenait alors la Belgique francophone) et — on ne le
répètera jamais assez — de la vente des prisonnières gauloises. Cette
propagande permit à César de devenir le grand pontife, c’est-à-dire le
chef des grands-prêtres de l’Empire romain que Pompée venait de
constituer avec des massacres et des pillages non moins horribles. Le
titre de “Grand Pontife” était une sinécure qui procurait à César un
logement de fonction à vie, en plein forum, au centre de Rome, et qui,
en faisant de lui le pape des grands-prêtres de l’Empire, lui donnait
une auréole sacrée. Sans compter les autres avantages financiers et
politiques. A dater de ce moment, le nom de Jules César eut un sens, une
valeur sur la place publique. Le grand pontificat fut pour lui un
marchepied grâce auquel il lui devint possible d’accéder à la dictature
suprême, opprimant les opposants romains ou italiens comme il avait
opprimé les Gaulois.

Le tout, en imposant l’art dit gréco-romain par le biais de grands monuments qui impressionnaient le peuple.

Cet art, que l’on retrouve dans tous les pays occupés, opprimés par les
Grecs ou les Romains, est devenu le symbole de cette oppression. C’est
dans ce genre de décor qu’on se livrait à des orgies dégoûtantes qui
finissaient en vomissements (il y avait tout un art de se faire vomir
pour aller manger davantage une fois que l’estomac était plein). C’est
dans ce genre de décor qu’on condamnait les citoyens à mort ou qu’on les
torturait. On a beaucoup parlé de Vercingétorix, mais beaucoup d’autres
Gaulois ont subi des tortures épouvantables dans ce genre de décor.
Beaucoup de Phéniciens, beaucoup de Numides (Maghrébins), beaucoup de
juifs. Le plus célèbre de tous ces personnages est Jésus-Christ, qui fut
tué en tant que résistant, parce qu’il s’était dit roi des juifs, et
que seul César (l’empereur Tibère) prétendait être le roi des juifs.
C’est dans un décor de ce genre qu’eurent lieu ses conversations avec
Pilate et sa condamnation. Ses tortures eurent lieu dans une partie du
même palais qui était moins joliment décorée, puisqu’elle était destinée
aux gardes.

Le décor dans lequel furent moqués, condamnés et
torturés les Gaulois, et leurs femmes violées, est aujourd’hui copié
dans le palais d’où sont gouvernés les descendants des Gaulois:
l’Elysée. Tout un symbole que les Macron, j’en suis sûre, n’ont pas
choisi sciemment. Ils se sont tellement penchés sur l’UOIF, les
Algériens et autres soi-disant arabes, qu’ils ont oublié qu’en grec et
en latin, le nom de la France est : “Gallia”.

L’ambiance
gréco-romaine est peu connue de nos jours, et c’est pourquoi il faut
être architecte ou professeur d’histoire de l’Architecture pour s’en
apercevoir. Mais je l’ai dit plus haut, l’architecte propose, et le
client décide. Cette ambiance est bien aimée dans les “grands hôtels de
luxe” des Arabes, qui ne seront sûrement pas dépaysés lors de leurs
visites à l’Elysée. C’était, après tout, l’ambiance qu’on trouvait dans
les palais des rois que leurs ancêtres arabes ont massacrés en Irak, en
Syrie, au Liban, au Maroc, en Algérie, en Libye, en Égypte, à Petra,
Jerash, Césarée, Tyr, Sidon, Jaffa, Beyrouth, Tripoli, Byblos, Damas,
Tartous, et les autres villes au VIIe siècle. Car alors, cette mode
décorative subsistait encore.

500 000 euros pour ramener l’Elysée
au temps où les Romains occupaient la France… pendant qu’on rogne sur
les retraites des Français pauvres. Mme Macron s’est affairée à tant de
choses futiles depuis l’élévation de son ex-élève au pouvoir suprême en
France, des choses qui prennent tant de temps, qu’on a l’impression qu’à
part ses nuits avec son ex-élève et ses réceptions et tournées en
public, elle passe la totalité de son temps à se vêtir, se farder, se
coiffer, recevoir des décorateurs, des vendeurs de piscines, des
vendeurs de vaisselle, de grands couturiers — bref, faire du shopping à
domicile.

Lina Murr Nehmé

P.S. : Une lectrice a critiqué ce texte en disant que la mode
gréco-romaine a été largement utilisée dans l’art chrétien, et que les
constructions romaines étaient toujours peintes de fresques, et en
rouge. Voici la réponse que je lui ai faite :

La mode de
l’antique est venue dès la Renaissance comme une réaction contre l’art
chrétien gothique. C’est alors qu’on a commencé à faire des portraits
des Douze Césars. Il n’empêche que les ors baroques et rococo ont
représenté un éloignement de ce style antique dépouillé. Juste avant la
Révolution, David a privilégié des intérieurs dans ce style comme une
réaction aux rois et aux ors et aux couleurs dans lesquels ils vivaient.

Non, le rouge n’était pas la couleur nécessairement dominante. Vous
trouvez à Pompéï des fresques qui ne sont pas sur fond rouge. Et vous
trouvez dans les boutiques d’Apollodore de Damas dans le marché de
Trajan, des pièces décorées de fonds blancs, tant celles en mosaïque que
celles en fresques.

Non, l’édifice n’était pas nécessairement
peint. Il pouvait être tout simplement recouvert de marbre, comme
l’intérieur du Panthéon de Rome, qui ne contient aucune peinture. Quand,
à la Renaissance, Brunelleschi et ses disciples ont voulu suivre la
mode antique, ils n’ont pas fait de fresques, mais imité le Panthéon:
plaques de marbre. Beaucoup plus beau et plus cher. Les fresques sont
laissées pour les intérieurs bon marché.

Le Parthénon d’Athènes
montre des traces de couleur sur la frise, mais rien ne prouve que ces
couleurs soient d’époque antique: les couleurs ne durent pas 2000 ans
quand elles sont sujettes aux intempéries. A peine durent-elles quelques
années. Voyez vous-même combien de temps dure la peinture de
l’extérieur de votre maison ou appartement. Je ne suis d’ailleurs pas
sûre que les couleurs vont avec ce genre de constructions. La
reconstitution, en utilisant ces couleurs, est laide, loin de la majesté
du Parthénon.

Certes, on trouve des fresques dans la maison dorée de Néron, et dans les maisons des riches à Pompéï et Herculanum. Mais il n’y a pas là de quoi généraliser. Ce sont des cas spécifiques dont les artistes européens (Raphaël, David, Vien) se sont inspirés. Quand la pierre est parfaite sans peinture, il n’y a pas lieu de l’enlaidir avec de la peinture. On peignait plutôt les constructions de brique, comme les marchés de Trajan ou les maisons de Pompéï.

Lina Murr Nehmé, 4 février 2019

Email Twitter Facebook Pinterest Google+ Linkedin

Du bon usage de la gifle

Email Twitter Facebook Pinterest Google+ Linkedin

Miliciens nassériens à Beyrouth, pendant les “Evénéments de 1958”, improprement appelés “guerre civile” par la propagande. Photo : Getty

J’ai raconté jeudi dernier (31 janvier) la scène que mon père m’avait faite parce que je m’étais exposée face à des miliciens armés.

Mais mon père avait fait pire en son temps. Durant la prétendue guerre civile de 1958, les étudiantes qui habitaient près de chez nous n’osèrent pas prendre les transports en commun pour rentrer de l’Ecole Normale, en région ouest, à Achrafié, Sin el-Fil, etc. Mes parents en bourrèrent la voiture. Les voitures de mes parents devaient être extensibles, quand je pense au nombre de passagers qu’ils réussissaient à y fourrer. Nous nous asseyions sur les genoux les uns des autres, ce qui fait que dans une VW coccinelle, nous pouvions être 6 ou 7, dépendant du nombre de bonnes ou de cousines qui montaient avec nous. Un jour, nous étions allés à Baalbek à 17 dans une voiture, il est vrai, américaine et décapotable, mais disposant de 5 places seulement. Il n’était évidemment pas question de ceintures de sécurité.

Ce jour-là, donc, où aucun de nous n’était avec eux, mes parents avaient fourré dans leur voiture toutes les étudiantes de l’Ecole Normale qui avaient demandé à ma mère de les prendre avec elle. Ils avaient été arrêtés à un barrage de gens de Nasser, qui comprenaient des Palestiniens et des Syriens. (Car durant cette prétendue guerre civile entre libanais, il y eut beaucoup plus de morts palestiniens et syriens que libanais.)

Les miliciens du barrage refusèrent de les laisser passer, je ne me souviens plus pourquoi, peut-être parce qu’il y avait des musulmanes parmi les filles et qu’ils ne voulaient pas qu’elles aillent en quartier chrétien.

Mon père cria des injures et dit: “Frère de p… ! Ce n’est pas vous qui m’empêcherez d’aller chez moi.” Il descendit à toute vitesse, gifla le milicien le plus proche de lui si fort qu’il le fit tomber, remonta en voiture, démarra à quadruple vitesse et força le barrage. Ils leur tirèrent dessus, mais ne réussirent à atteindre aucun d’eux. Tout ceci, sachant que ma mère était enceinte de mon frère Kamal, à son neuvième mois.

Les jours suivants, la famille appela mes parents en leur disant de fuir à la montagne : on pensait que le quartier chrétien allait être envahi par les gens de Nasser. Mes parents refusèrent, et pendant que les batailles faisaient rage, ils mettaient un 78 tours, la “Petite Musique de Nuit” de Mozart, assez haut pour couvrir le bruit des combats, et ils me faisaient danser. J’avais près de trois ans. Ils me firent tellement danser sur cette musique durant ces combats que le disque en fut tout rayé.

Quand, à l’âge de quatorze ans, je me mis à explorer la discothèque de mes parents, je tombai sur ce disque. Je le posai sur le tourne-disque, et au milieu des bruits de fond et des rayures, je reconnus une musique familière. Mais je n’appris l’histoire de la danse que des années plus tard.

Lina Murr Nehmé, 3 février 2019

Email Twitter Facebook Pinterest Google+ Linkedin

Les 130 djihadistes sont-ils français ?

Email Twitter Facebook Pinterest Google+ Linkedin

Dans cette vidéo diffusée par Daesh (voir en fin d’article), des djihadistes français brûlent leur passeport devant la caméra et appellent les musulmans de France à renier la nationalité française et à rejoindre l’Etat islamique en Syrie… pour combattre les Syriens, les Libanais, et plus tard, les Israéliens. Ils appellent à commettre des attentats en France. (C’était en 2014, un ou deux mois avant les attentats de Charlie Hebdo et de l’Hypercasher en janvier 2015, comme par hasard.)

L’un des djihadistes français a été reconnu comme ayant participé au massacre de 18 Syriens et d’un Américain (Analyse Euronews).

Parmi eux se trouve Quentin Le Brun, originaire de la région d’Albi :

“[Il] apparaît dans une vidéo de sept minutes diffusée par le forum djihadiste Al-Hayat en novembre 2014, en compagnie de deux autres Français, Kevin Chassin (mort dans un attentat-suicide à Mossoul en 2015) et Romain Garnier (prisonnier des forces kurdes depuis décembre 2017). Romain Garnier appelait les musulmans français à venir rejoindre l’Etat islamique ou bien à tuer les Français « par les armes, les voitures, le poison ».”

(Paris Match, 01/02/2019)

Malgré tout, la Syrie, et notamment les parties kurdes de ce pays, ont reçu des menaces diplomatiques très claires: ils ne doivent pas toucher aux citoyens français. C’est pourquoi ils n’y touchent pas en effet, mais évidemment, ils ne diront pas ce qui s’est passé dans les coulisses, qui les a poussés à préserver leurs assassins et à vouloir leur procurer les douceurs françaises.

Il est bien étrange d’interdire ainsi aux Kurdes et aux Syriens de juger ceux qui ont commis des crimes chez eux. D’après le droit international, un criminel est jugé d’après les lois du pays dans lequel il a tué. C’est pourquoi quand la France met la main sur un assassin syrien, elle le juge selon ses propres lois, elle ne l’extrade pas vers la Syrie. Si elle exige l’extradition de ces djihadistes, c’est au nom de la loi du plus fort. La France ayant déclaré que ces djihadistes étaient des citoyens français, ils lui sont à ce titre plus précieux que les citoyens syriens qu’ils ont assassinés.

Mais sont-ils français? Un djihadiste est citoyen de l’Etat islamique qui, comme son nom l’indique, est un Etat. Et la double nationalité ne peut être cumulée, puisque cet Etat, le califat, est l’ennemi de la France. Le gouvernement français l’a d’ailleurs signalé après les massacres en 2015: il y a “une guerre” entre la France et Daech, et ce n’est pas la France qui a déclaré cette guerre à Daech. Dans ce cas, comment concevoir que des citoyens français, ayant renié leur citoyenneté pour adopter celle de l’ennemi, puissent être considérés comme des citoyens français? Ils ont quitté la France pour aller en Irak ou en Syrie aider le califat à envahir le monde. L’idée était de faire flotter le drapeau noir sur l’Elysée, Matignon, Downing Street, Windsor et… surtout, Saint-Pierre de Rome. L’un de ces djihadistes occidentaux, Emwazi, dit “Jihadi John”, l’a dit dans la vidéo de l’assassinat des coptes.

Si le gouvernement français l’a oublié, il n’en est pas de même des djihadistes concernés. Ils savent qu’en cas d’amnésie, leurs compagnons, citoyens du califat, les tueraient.

Lina Murr Nehmé, 1er février 2019

Email Twitter Facebook Pinterest Google+ Linkedin